mardi 24 novembre 2009

Le livre ancien par l'image : une reliure en veau typique des années 1760.


Apprentissage de la bibliophilie par l'image.

Parce qu'une belle image vaut quelque fois mieux qu'un long discours. Voici, sélectionné pour vous, une reliure plein veau avec un décor de fleurettes dorées, le tout étant suffisamment typique de son époque pour le montrer en exemple.


Cliquez sur l'image pour l'agrandir et voir les détails.


Reliure en veau glacé marbré, dos lisse orné de fleurettes dorées, filets et roulettes dorés, pièce de titre de maroquin rouge (reliure de l'époque exécutée peu de temps après 1762).


Ce type de reliure se recontre entre 1750 et 1770 environ. L'édition en question est une Ecole de l'homme (titre prometteur...) publiée en 1762 sous la fausse adresse de Londres. L'édition est très probablement due aux presses helvétiques. La reliure, en veau, avec un dos lisse, une pièce de titre et de tomaison de maroquin rouge, est sans doute française. L'exemplaire, parfaitement conservé après près de 250 ans de pérégrinations, s'expose à vous.

Ceux parmi nous qui sont déjà familiers des styles de reliures selon les époques doivent considérer que tous les visiteurs du Bibliomane moderne ne sont pas des experts et que l'apprentissage de la bibliophilie doit également faire partie des missions du Bibliomane moderne. De plus, même pour un fin connaisseur, il n'y a jamais de mal à étudier de près un exemplaire.

Savoir reconnaître un style de reliure et son époque de fabrication au premier coup d'œil, c'est à coup sûr se mettre à l'abri des remboitages et autres bidouilleries de certains marchands peu scrupuleux ou des amateurs sans expérience qui s'improvisent marchands. C'est savoir dire en un clin d'œil : "elle est bonne !"

Bonne journée,
Bertrand

J'ajoute, suite à la suggestion de Guillaume (j'avoue y avoir pensé une fois le billet publié), et afin que la fiche soit la plus complète possible pour permettre de reconnaître une reliure de cette période sans se tromper, une photographie de la doublure et de la garde volante intérieures, ainsi qu'une photographie de la tranchefile supérieure (simple, lin ou coton non teinté).


Papier tourniquet en doublure intérieure des plats et pour les gardes volantes. Papier typique du XVIIIe siècle, cependant on le retrouve pratiquement inchangé de la fin du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, son examen seul ne permet donc pas une datation très précise.


Tranchefile supérieure, simple, certainement en coton ou en lin ?
Cette technique de fabrication des tranchefiles, comme pour les papiers décorés servant aux doublures et aux gardes volantes, n'est pas spécifique d'une période précise. Pendant plus d'un siècle les tranchefiles n'ont pas varié. Le XIXe siècle inventera de nouveaux types de tranchefiles que nous verrons bientôt.

12 commentaires:

Louis a dit…

C'est une très bonne idée.

Textor a dit…

Jolie reliure,et bien photographiée, miam miam, il ne nous manque que le toucher. C'est un supplice de voir une belle reliure et de ne pourvoir la caresser....

Bertrand a dit…

et son parfum...

La reliure ancienne a ses parfums typiques... les intérieurs aussi...

Quand je vous dis qu'il est fou !

Malheureusement, je n'ai pas encore réussi à faire comme Jean-Baptiste Grenouille, parfumeur pour dames de son état...
Mais j'y travaille.

B.

Guillaume a dit…

Excellente idée. Une petite fiche didactique pour chaque époque et style de reliure ferait du bibliomane une encyclopédie de la bibliophilie!

Mais n'oubliez pas, s'il vous plaît, de montrer aussi des photos des gardes (j'imagine que pour cet exemplaire c'est un papier marbré jaune, vert orange (avec des figures en spirales dont j'ai oublié le nom)) et de la coiffe.

Sinon, Bertrand je ne vous souhaite pas le destin J-B Grenouille, homme de grand talent certes, mais légèrement excessif dans ses passions.

Bertrand a dit…

Voici l'omission réparée, en espérant que cela permettra aux plus néophytes de se former l'œil.

Concernant Jean-Baptiste Grenouille, je ne sais pas comment je finirai, mais ce qu'il y a de certain, c'est que finir dévoré par un troupeau de bibliophiles serait peut-être une mort plus digne qu'une autre.

B.

Pierre a dit…

Belle leçon magistrale Bertrand.

Excellente idée que de faire une rétrospective des styles.

Envelopper un bibliophile dans de la cire BNF couterait quand même très cher...

Pierre

Anonyme a dit…

Merci Bertrand.

Guillaume

Bergamote a dit…

Rutilant et très joli !
Je parle du livre, bien sûr :)

Anonyme a dit…

Cher Bertrand, il faut sans doute avancer un peu la date limite de ce type de reliure, car j'ai presque exactement la même que la vôtre (mêmes fers! seules les tranchefiles diffèrent: coton blanc et bleu) sur un Barbou de 1787.
Amitiés,
Yves

Bertrand a dit…

date limite acceptée !

1787 donc. Mais comme vous savez, les fers ont été utilisés par les fils de relieurs des années 1760, mais en 1787 le décor typique change justement pour aboutir à d'autres types de décors (années 1790-1800),
je vous en reparlerai.

B.

p.m a dit…

Ah oui, oui, très bien. J'ai encore une foule de choses à apprendre et je suis donc preneur de toute info historique, notamment sur la reliure. Merci Bertrand!

p.m

Bertrand a dit…

Je poursuis donc aujourd'hui avec un billet du même tonneau.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...