samedi 7 novembre 2009

Une belle page d'ex libris !


Voici une belle page d'ex libris ! Trois ex libris ont été successivement collés dans cet exemplaire d'un classique de la littérature gaillarde italienne du XIVe siècle (réédition Liseux de 1879 - Tirage de tête à 25 ex. sur papier de Chine).


Si le premier ex libris, celui de la librairie Auguste Blaizot, Paris, indique que l'exemplaire est passé par leurs murs, si le troisième ex libris or poussé sur cuir bleu (bibliothèque Georges Wendling), indique un séjour plus ou moins prolongé dans cette prestigieuse bibliothèque de bibliophile habitué aux plus belles éditions et aux plus belles reliures, que dire de l'ex libris au centre des plats qui arbore la devise "cum libris semper et ubique jucunda societas" et un chiffre aux trois lettres A, C et C entrelacées ? Sur les six volumes que compte la série, seule cet ex libris est collé dans tous les volumes, ce qui semblerait indiquer (et par son emplacement aussi, au centre du contreplat), qu'il s'agit ici du premier propriétaire de l'ouvrage, peut-être celui-là même qui a commandité la belle reliure signée en maroquin de David (réalisée vers 1880).

Le diable me prendrait si je voulais à mon tour coller mon ex libris au premier volume, à côté de ces célébrités bibliophiles ! Il n'y a plus assez de place ! Damned !! je vais devoir m'en séparer rapidement faute de pouvoir imprimer ma marque !

Si un bibliophile exlibrisophile bien documenté peu nous en dire plus sur cet ex libris (fin XIXe s.) à la devise latine, grand merci à lui !

Peut-on envisager de retracer le parcours de ces petits volumes sur un peu plus d'un siècle ? C'est ce que je vais m'attacher à faire... Quelques kilogrammes de catalogues Blaizot à labourer, retrouver les catalogues de la vente Georges Wendling, retrouver ce mystérieux "cum libris semper et ubique jucunda societas"

Bon samedi,
Bertrand

14 commentaires:

Léo Mabmacien a dit…

Attention Bertrand avec votre couteau, vous allez nous décoller un ex-libris ;-))

Tiens j'ai trouvé un autre livre avec l'ex-libris du milieu sur un ouvrage du 19e :

http://www.priceminister.com/offer?action=desc&aid=223589719

Sinon la réponse devrait se trouver dans cet ouvrage :
http://books.google.fr/books?id=BCDhAAAAMAAJ&

Bien cordialement
Léo

Bertrand a dit…

Mais je ne possède pas ce répertoire...

Je pense que M. Jacques Laget nous lit et qu'il pourra m'aider.

Sinon je passerai par l'AFCEL.

B.

martin a dit…

Chamberet

Bertrand a dit…

Chamberet ?

Je réponds : Chiche !

Blague à part et en plus d'un mot Martin... Chamberet, comment ? où ? qui ? quoi ? quand ?

Je sais que tu adores ces questions existentielles. (sourire)

B.

martin a dit…

fin XIXème, monogramme ACC, c'est tout ce que j'ai trouvé pour l'instant (google books)

Bertrand a dit…

ok Martin, j'en suis là aussi maintenant.

Bulletin de la société archéologique, historique et artistique le ..., Volume 4 (Google Books)

B.

Bertrand a dit…

Le plus probable repéré serait un certain Comte de Chamberet auteur d'une vie de Sainte Colette publiée en 1887 à la librairie des bibliophiles de Jouaust ??

Ce qui rattacherait notre bonhomme au monde bibliophilique de cette fin XIXe siècle.

A suivre donc.

B.

martin a dit…

Un Bourgignon?

Bertrand a dit…

Je viens de trouver ce passage :

"Leur fils, Georges de Chamberet, marquis de Frontenay, lettré, poète, musicien, entreprit d'importants travaux entre 1866 et 1874 : tourelles et terrasses crénelées dans le goût de Viollet-le-Duc. Animateur zélé des cercles catholiques jurassiens, il fut gratifié en 1880 du titre de comte de Chamberet par le pape Léon XIII. Ses fils continuèrent l'œuvre de conservation et de restauration (..." in Châteaux et demeures du Jura par Annie Gay, Frontenay)

On avance...

B.

Anonyme a dit…

Oui, mais comment un comte catholique ferait-il relier aussi somptueusement un Arétin, tiré sur chine de surcroît?... La formule "semper et ubique" se rencontre il est vrai dans l'Ordinaire de la Messe (Vere dignum et justum est aequum et salutare nos tibi semper et ubique gratias agere...).
Amitiés à tous.
Yves

Bertrand a dit…

Ce n'est pas l'Aretin mais Boccace.

B.

Textor a dit…

J'aime bien aussi l'ex-libris de Blaizot, très "art déco".
C'est le problème avec les ex-libris, quand on cherche à avoir le sien, comment ne pas plagier les anciens modèles, être dans l'air du temps ? Au fait, quel est la tendance aujourd'hui en matière d'ex-libri, et à quoi ressemble le vôtre, Bertrand ?
Bon Dimanche
T

aveze a dit…

Il s'agit de l'ex libris d'ARMAND COTTIN, membre des Amis de la Bibliothèque nationale en 1914.

Bertrand a dit…

Quelle est votre source de documentation pour Armand Cottin ?

De mon côté, vue l'époque de l'ex libris (avant 1900 vraisemblablement) et la devise, j'arrivais à la conclusion vicomte Georges de Chamberet, comme Martin.

Merci de vos précisions.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...