dimanche 6 juin 2010

Une brève histoire du Jardin parfumé






Un des moutons à cinq pattes des collectionneurs de curiosa est, sans nul doute, la traduction d' un manuscrit arabe du XVIe siècle, intitulé Le Jardin parfumé , qu'un capitaine d'état-major à Alger, le baron R...., rédigea en 1850. C'est le premier ouvrage érotique que m'avait montré un jeune collectionneur parisien acharné, qui m'avait invité, à l'époque, à consulter sa bibliothèque d'ouvrage érotiques. De l'eau a coulé sous les ponts avant que je ne puisse en être l'heureux propriétaire, après qu'il réapparût, comme par enchantement, récemment, lors d'une vente publique dans le Nord de la France. J'avais, une seule fois, repéré, il y a bien longtemps, cet ouvrage dans un catalogue à prix marqués, enrichi d'une lettre manuscrite de Guy de Maupassant, qui avait été l'heureux propriétaire de cet ouvrage !


Le Jardin parfumé, divisé en vingt et un chapitres renferme toutes sortes de conseils techniques et des histoires comme celle du bouffon Bahloul qui jouit plusieurs fois de la femme d'un vizir. Elle dit allégrement, à sa suivante: "Toute vulve porte inscrite à son ouverture le nom de celui qui doit y entrer", comme paraphrasant Mahomet qui disait que tout homme porte inscrite sa destinée sur son front ! Le Cheikh Nefzaoui enseigne les six mouvements en usage dans le congrès amoureux, les onze positions propres aux arabes et les vingt-neuf employées par les peuples de l'Inde. Il raconte des anecdotes sur les ruses et les trahisons des femmes, donne des remèdes contre l'impuissance et la stérélité. Il indique à l'homme qui a un trop petit membre comment en augmenter la dimension et par quel remède alimentaire, devenir un amant infatigable. Un des chapitres les plus amusants concerne le coït entre deux personnes de conformation différente comme l'hommme obèse avec la femme maigre, puis celui de la femme grasse et de l'homme gras. Les rapports entre l'homme excessivement petit et la femme d'une taille élévée, ainsi que le contraire et le coït entre bossus sont écrits savoureusement, envisageant tous les cas d'espèces (bosses sur leurs dos, leur poitrine, ou devant et derrière, à la fois !)

Ce fut Guy de Maupassant, séjournant à l'oasis de Bou Saada, en Algérie, qui découvrit la traduction française du Jardin parfumé. Maupassant a rencontré l'officier traducteur, dont il dit: "Malheureusement, il n'a pas osé traduire un des chapitres concernant un vice fort commun en ce pays : La Pédérastie, mais en somme, le livre est, en son genre, un des plus curieux que l'on puisse trouver !"


L'édition autographe fut reproduite en 1885 , puis l'éditeur Isidore Liseux donna, en 1886 du Jardin parfumé, une traduction revue et corrigée. A noter que Martin Van Maele , sur lequel j'ai écrit précédemment un article avait créé une superbe suite de 12 eaux-fortes pour illustrer cet ouvrage et qu'enfin, la collection de Gérard Nordmann contenait le manuscrit original mais pas l'ouvrage que je viens de décrire brièvement.

Quelles autres illustrations libres et quelques vues en fac-similé de l'ouvrage se trouvent dans l'album Picasa ICI.

Bonne journée,
Le Vicomte Kouyakov

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo vicomte,

Et merci de nous offrir ce Kama Sutra oriental, et un des mythiques 35 exemplaires !!!, vraiment BRAVO.

Je me contente de mon édition de 1904 (en attendant mieux), qui est estampillé Isidore Liseux [Elias Gaucher] (voir Paule Adamy, page 436)
Mon édition ne contient pas d'illustrations (elles étaient vendus séparément à l'époque), j'ai raté les planches il y a quelque temps ; un libraire maintenant bien connu les proposaient sur une liste de 2007.

Je me rassure en me disant que le texte est très explicite, et puis comme ça je travaille mon imagination.

Amitiés
Xavier

Raoul Viergerie a dit…

Bravo au Vicomte, qui a eu plus de courage que moi (l'exemplaire est passé dans la succession d'un libraire de province, le catalogue n'était pas en ligne comme annoncé, le téléphone ne répondait pas, j'ai laissé tomber, j'aurai pas dû)..il a fait un "chopin" ! (adjugé au tiers de la valeur)

Mon petit doigt me dit que le manuscrit Nordmann a justement rejoins la collection du jeune collectionneur parisien qui en avait autrefois montré un exemplaire au Vicomte

Anonyme a dit…

Le Bibliomane moderne apprécie beaucoup ce billet. Indisponible jusqu'à demain je suis pour la soirée aux Cailloux a la butte aux cailles.

B.

Textor a dit…

Ce jardin est des plus parfumé ! Merci Vicomte.
T

calamar a dit…

petit commentaire qui n'a qu'un petit peu à voir avec l'article : hier 13 juin a eu lieu une vente comportant de nombreux curiosa, à Marseille. Certains lots ont apparemment été estimés à des valeurs assez faibles, comme par exemple le numéro 555 :
555 – [VALOTAIRE, Marcel]. NELLY et JEAN. (DULAC, J.) : Nous deux. Simples papiers du tiroir secret S.l. : Imprimé pour les auteurs et leurs amis, s.d. 2 parties en 1 volume in-8 de 37 ff et 48 ff. Reliure moderne demi-chagrin rouge à bandes, dos à 2 nerfs cabochons, tête dorée, non rogné. Couvertures illustrées et dos conservés. Etui. Illustré de 46 délicates gravures au burin en couleurs reproduites en héliogravure de Jean DULAC. (Dutel : 2054): Tiré à 295 ex. numérotés. 1 des 240 sur vélin d’Arches. Dernière garde marbrée absente sinon TRES BON EXEMPLAIRE. Est : 60/80€
Y a-t-il une raison qui m'échappe, pour cette estimation ?

Raoul Viergerie a dit…

La raison est simple : c'est une contrefaçon de l'édition avec les vraies gravures au burin. Et je sais de source certaine qu'il y a quelques années cet expert a justement dû reprendre un exemplaire (celui-ci ?) de cette seconde édition à un collectionneur de curiosa qui blogue également ici de temps en temps. Un mauvais souvenir pour lui, donc. La vraie valeur est 300 €, pas 800 € ou plus...l'estimation, effectivement basse, c'était pour attirer tout en s' évitant d' éventuels reproches .."à ce prix là"

calamar a dit…

Ah, je comprends mieux, merci. C'est un peu ce que j'avais pensé. Je suppose qu'un connaisseur peut distinguer les 2 éditions, en examinant le livre. Par correspondance, avec uniquement le catalogue ou la description disponible sur interenchères, on ne peut que se fier à l'estimation pour supposer que c'est une contrefaçon... la dscription pose un problème, non ?
(enfin, à 70 euros, ça reste sans doute une bonne affaire pour l'acheteur).
Je ne connais pas cet expert (S. Guillen). Il organise souvent des ventes ?

Bertrand a dit…

De deux choses l'une, l'expert sait cela (cette différence entre les deux éditions) et ne pas en faire mention revient à donner une fausse information ou plutôt à essayer de tromper les clients potentiels, ou l'expert ne sait pas et ce guère encourageant pour la suite...

B.

Raoul Viergerie a dit…

Il dit "gravures au burin en couleurs REPRODUITES en héliogravure"....encore faut-il savoir qu'il y a de vraies gravures dans l' EO, mais ça c'est facile, c'est indiqué dans le Dutel.

C'est tout le charme des curiosa : il faut se fatiguer un peu, c'est pas toujours marqué dessus comme le porc salut...

GayKitschCamp a dit…

"Malheureusement, il n'a pas osé traduire un des chapitres concernant un vice fort commun en ce pays : La Pédérastie"

On le trouvera un jour ce chapitre ?

Raouf Karray a dit…

Bonjour à tous , moi j'ai illustré le jardin parfufé en 1999 et je l'ai calligraphié en calligraphie maghrébine dans un livre d'artiste de 45 cm sur 65 cm , vous trouvez quelques illustrations de ce livre dans mon Blog voici le lien : http://raoufkarray.blogspot.com/

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...