vendredi 25 juin 2010

De toutes les sortes de bibliomanes par le Bibliophile Jacob (Paul Lacroix), 1839.




Il passait sa vie au milieu des livres et ne s'occupait que de livres. (Ch. Nodier).

Les bouquinistes à la mode sont en quelque sorte patentés par les bibliomanes, qu'on aurait tort de confondre avec les bibliophiles et les bouquineurs. On pourrait distinguer plusieurs espèces de bibliomanes : les exclusifs , les fantasques, les envieux, les vaniteux et les thésauriseurs.

Le Bibliomane thésauriseur est heureux de posséder ses livres, parce qu'il les aime avec jalousie : sa bibliothèque est un sérail ou les eunuques même n'entrent pas ; ses plaisirs sont discrets, silencieux et ignorés : il ne permet pas à un ami la vue d'une de ses maîtresses, souvent fort peu dignes d'exciter l'envie ; il se persuade que nul rival ne lui dispute les attraits d'impression et de reliure desquels il est épris ; il jouit solitairement : il nie ses richesses, comme s'il craignait les voleurs ; il en rougit comme s'il les avait mal acquises ; il se fâche quand on le presse de questions à ce sujet, et il mentira plutôt que de s'avouer propriétaire d'un volume qu'il a légitimement acheté.

Ses livres gisent enfermés à triple serrure, cachés derrière un rideau opaque, semblable au voile de l'arche sainte ; encore ces précautions sont-elles rarement justifiées par la nature même des ouvrages, qui ne franchissent guère la rigoureuse catégorie de la morale et de la religion : il y a chez ces bibliomanes une passion concentrée, purement égoïste et nourrie de son propre aliment, passion qui se croirait profanée si l'objet n'était pas un mystère au monde.

Le Bibliomane vaniteux a de belles éditions, de splendides reliures, une bibliothèque bien choisie et bien rangée : il dépense des sommes immenses pour la compléter ; c'est un soin dont il se remet entièrement à un bouquiniste intelligent , à un bibliographe officieux; du reste, il ne lit pas, et souvent il n'a jamais lu : il collectionne des livres, comme il ferait des tableaux, des coquilles, des minéraux, des herbiers. Sa bibliothèque est une curiosité qu'il montre à tous , au premier venu, à des femmes, à des agents de change, à des enfants, peu lui importe que les gens sachent ce que c'est qu'un livre, et, qui plus est, un beau livre !

Le Bibliomane envieux désire tout ce qu'il ne possède pas ; et, dès qu'il possède, son désir change de but : sait-il que tel livre existe chez un amateur avec lequel il rivalise, aussitôt sa quiétude est aux abois ; il ne mange plus, il ne dort plus, il ne vit plus que pour la conquête du bienheureux livre qu'il convoite ; il emploie tout, jusqu'à l'intrigue et la séduction, pour attirer à lui le bien d'autrui ; les refus, les difficultés augmentent, irritent sa concupiscence ; bientôt il sacrifierait sa fortune entière à un seul instant de possession ; mais un rien , la découverte d'un second exemplaire du même livre, une critique en l'air, une réimpression, voilà cette impatience qui s'abaisse et cette ardeur qui se glace. Tout à l'heure l'envieux souhaitait la mort du maître de ce cher livre, afin de s'enrichir aux dépens du défunt ! Ce bibliomane est malheureux, comme tout envieux doit l'être , et son malheur recommence à chaque nouveau désir. C'est le Lovelace des livres : il en devient amoureux, et il les poursuit avec acharnement jusqu'à ce qu'il les ait entre les mains ; alors il les dédaigne, il les oublie, et il cherche une autre victime.

Le Bibliomabe fantasque n'adore ses livres que pour un temps ; il les recueille avec curiosité , il les habille avec générosité, il les installe avec honneur, il les entretient avec faveur ; tout-à-coup l'amour se lasse, se refroidit, s'éteint : le dégoût a commencé ! adieu, gentes demoiselles ! le grand Seigneur réforme son harem : aux Circassiennes succéderont les Espagnoles, aux blanches Anglaises, les négresses du Congo ; le grand Seigneur vend ses femmes à l'encan ; mais demain il en achètera de moins jolies qui auront pour lui le charme du caprice et de la nouveauté.

Le Bibliomane exclusif ne fait cas que d'un certain ordre de livres, et ne courtise ni les plus rares ni les plus singuliers ; il a une collection, c'est là son dieu et son âme ; tout ce qui est en dehors de sa collection ne l'intéresse pas ; mais il ne néglige aucune recherche, aucuns frais, pour étendre cette collection , pareille à ces immenses et informes monuments orientaux élevés sur le bord des chemins , avec les pierres que chaque voyageur y dépose en passant. Le bibliomane exclusif consacrera son temps, son argent et sa santé, à l'entassement d'une bibliothèque toujours curieuse, mais aussi toujours monotone. Ici, Pétrarque se multiple en douze cents volumes ; là, ce sera Voltaire en dix mille pièces réunies une à une, ou bien le théâtre seul fournira des milliers de brochures, ou bien la Révolution française régnera paisiblement sur des cimetières de paperasses.

En un mot, la bibliomanie la plus relevée et la plus illustre n'est pas exempte de manie ; et dans chaque manie on aperçoit aisément un grain de folie : or, Paris est à coup sûr le paradis des fous et des bibliomanes.

Observation générale : Ces nuances diverses du bibliomane sont peintes avec esprit et bien caractérisées, quoique les portraits soient quelquefois un peu chargés. Il y a bien entre toutes ces figures un certain air de famille , mais les traits principaux empêchent de les confondre. L'un est avare et jaloux de sa bibliothèque comme un sultan de son sérail ; un autre, au contraire, aime à la faire admirer ; un troisième est avide et amoureux des livres qu'il n'a pas ; celui-ci est inconstant ; il passe de l'amour au dégoût; celui-là est exclusif, comme celui qui n'aime que certaines physionomies. Cette personnification des livres en créatures douées de vie, et cette comparaison des manies qu'ils font naître avec les affections diverses qu'une moitié du genre humain inspire à l'autre, sont d'un effet très-comique. Le style a ce ton bref et cette verve plaisante qui conviennent à la peinture des ridicules. Toutefois le travers dont il est ici question , poussé fort loin chez quelques hommes , a des caractères particuliers et distincts , que l'auteur de ce fragment a eu tort de négliger : en ce genre, la plus ingénieuse création ne vaut pas un fait observé. Un bibliomane de bonne foi dirait à l'auteur qu'il n'a fait qu'une esquisse incomplète de son portrait. Ceci me rappelle le trait suivant. Lors de la vogue de la pièce des Cuisinières, où leurs tours sont spirituellement dévoilés , une dame crut devoir faire assister la sienne à l'une des représentations de ce vaudeville. « Hé bien, qu'en dis-tu , Marguerite ? — Ah ! Madame, ils en ont oublié la moitié. »

Le Bibliophile Jacob (Paul Lacroix). (*)

Et vous ? Vous êtes Bibliomane quoi ?

Bonne soirée,
Bertrand

(*) Extrait de Les Bibliomanes, article signé Paul Lacroix (Bibliophile Jacob) et publié dans Une lecture par jour, Nouvelles leçons de littérature, par A. Boniface, deuxième édition augmentée par Jules Janin, Mons, Librairie Manceaux-Hoyois, 1839, pp. 140-142. Le Bibliophile Jacob n'avait alors que 33 ans.

6 commentaires:

Pierre a dit…

J'ai du passer, un moment, pour un bibliomane vaniteux aux yeux de quelques amis qui me l'ont pardonné car je n'étais pas bibliophile.

Je crois être devenu aujourd'hui un bibliomane fantasque auprès d'amis qui me le pardonnent parce qu'ils savent que je suis enfin devenu bibliophile... Pierre

Bertrand a dit…

Promis Pierre je ferai prochainement un billet sur les différentes sortes de bibliophiles, thésauriseurs, vaniteux, envieux, fantasques et exclusifs. Car je crois que de passer d'une catégorie à l'autre, de bibliomane à bibliophile, ne rend pas moins homme.

B.

Bernard a dit…

Il y a beaucoup de dédain dans cet article. Toute passion est excessive (foot?). La catégorie "bibliomane lecteur" n'est pas envisagée.Je ne reconnait dans aucune des catégories de ce "bibliophile".
Bernard

Livres XIX°.Cartonnages Romantiques a dit…

Io Amici, nous sommes tous et pour toujours des apprentis bibliophiles...

Bertrand a dit…

Ce n'est sans doute pas un hasard si Paul Lacroix, dès son plus jeune âge s'est fait appelé "Bibliophile Jacob". Je pense qu'il a toujours eu une vision assez étriquée des types de Bibliomanes de son temps qu'il avait pu rencontrer.

Néanmoins je ne vois pas de dédain là-dedans, peut-être plus simplement une vision un peu trop simpliste. En effet, on peut bien être tout à la fois Bibliomane fantasque et envieux ou bibliomane thésauriseur et vaniteux, les qualificatifs ne se repoussent pas les uns les autres je crois.

Par ailleurs le Bibliophile Jacob était à mon sens plus un bibliothécaire qu'un amateur de livres pour les posséder vraiment. Bibliothécaire de l'Arsenal il avait son bureau dans les combles si je me souviens bien. Véritable caverne d'Ali Baba pleine de trésors de papier poussiéreux. Les livres ne lui appartenaient pas, mais ils étaient un peu tous à lui en fait.

Preuve en est, à sa mort je crois me souvenir que sa bibliothèque vendue à l'encan n'a montré que de bien pauvres livres, exemplaires sans grand intérêt et reliures banales. Paul Lacroix s'était penché sur les plus beaux livres, les plus belles reliures, il avait commenté avec talent des livres du catalogue Fontaine à 1.000 francs or et plus... et pourtant il n'en possédait pas.

J'en conclus que le Bibliophile Jacob n'était certes pas Bibliomane, mais plutôt que Bibliophile le qualificatif de Bibliothécaire-Bibliogaphe Jacob lui aurait mieux convenu.

B.

Textor a dit…

Oui, il manque une catégorie, celle du bibliomane transi.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...