mercredi 30 juin 2010

Pensez-vous que la passion de la bibliophilie puisse vous abandonner un jour ?




Telle était la question que le Bibliomane moderne vous posait ces dernières semaines en guise de mini-sondage (colonne de gauche du blog).

Vous avez été 88 lecteurs à répondre à cette simple question qui recouvre sans doute pourtant tout le fonctionnement d'un monde : le monde bibliophile. Micropolis pourrait être son petit nom si l'on ne devait s'en référer qu'au nombre infiniment restreint de ses habitants. Mégalopolis pourrait-on l'appeler si l'on devait faire référence aux excès de certains à travers les temps (je pense présentement à Boulard et ses montagnes de livres). Une petite ville grouillante, frémissante et pourtant si calme ! Nous avions déjà essayé d'évoquer (sans grand succès) le nombre de bibliophiles de par le monde... peine perdue ! Le bibliophile est discret. Le bibliophile se cache. Le bibliophile est maladivement timide. C'est peut-être pour cela que je préfère m'auto-affubler du sobriquet de Bibliomane moderne... c'est plus dans mon caractère.

Bref, 88 votants donc. A la question : Pensez-vous que la passion de la bibliophilie puisse vous abandonner un jour ? 14 répondent oui (15%), 66 répondent non (75%) et enfin 8 ne savent pas (9%).

Réponse sans appel malgré ce petit échantillon de réponses. 75% des bibliophiles (et bibliomanes) pensent que cette passion ne les abandonnera pas ! Étonnant ? En fait je ne pense pas. Question passions, j'en ai eu... pêche à la mouche, culture des bonsaï, peinture de figurines en plomb, jeux de rôles, aéromodélisme, etc. J'ai essayé beaucoup de choses. L'amour du livre que j'ai touché du doigt il y a maintenant près de 20 ans ne m'a jamais abandonné. Je dirais même que cette passion s'est renforcée de jours en jours. Avec ses joies et ses peines. Et bien souvent plus de peines que de joies. Jésus nous dirait que c'est bien cela justement la passion !

Gageons que celui qui s'intéresserait aux livres anciens (ou modernes), aux livres dits "de collection" pendant un an, même deux, puis qui arrêterait net sa fougue dans la recherche ou l'amour des pièces rares, ne serai pas vraiment un bibliophile... un collectionneur de livres pour un temps... Je sais qu'en disant cela je vais m'attirer les foudres de ceux qui pensent le contraire. C'est la passion qui continue...


Bonne journée,
Bertrand

7 commentaires:

Pierre a dit…

En fait, je me demandais si nous n'avions pas peur,un jour, qu'elle nous passe...

Textor a dit…

Prudent, j'ai répondu que je ne savais pas. J'ai commencé à rechercher des livres anciens vers le milieu des années 90, c'est trop peu d'années pour savoir quand cela va s'arrêter....

J'aimais les livres avant cette date mais je ne recherchais pas forcément la pièce unique, la reliure étincelante ou l'origine prestigieuse.

Un jour, je regarderais peut-être un exemplaire du Songe de polyphile, relié pour Grolier, d'un œil torve, avec une moue dédaigneuse; j'aurais alors atteint la sagesse puisque je serais débarrassé de toute passion.

T

Textor a dit…

Exactement Pierre ! j'ai du répondre par supertition;
'Pourvu que çà dure' disait Laeticia Casta!

Anonyme a dit…

Pardon, ça n'a rien à voir mais ça m'intrigue, qu'y a-t-il sur l'étagère du haut, à gauche ?

Bertrand a dit…

Des gros livres non ?

B.

Textor a dit…

Ce sont les 4 volumineux tomes du "Royal phraseological French-English dictionary", dans une reliure anglaise, c'est à dire pas très solide, aux armes croisées des Woerth-Bettencourt....

J'ai juste ?

T

Bertrand a dit…

Belle provenance en effet !

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...