dimanche 8 janvier 2012

Les premières éditions des Caractères de La Bruyère avec la clef manuscrite (1688-1696).



Quand on pense littérature de la fin du XVIIe siècle on pense forcément aux premières éditions des Caractères de La Bruyère. Je dirais même qu'il y a sans doute assez peu d'ouvrages aussi passionnant à étudier que celui-ci pour le bibliophile un tant soit peu curieux. Il faut dire que les Caractères ne comptent pas moins de neuf éditions officielles, revues, corrigées et augmentées par l'auteur entre 1688 et 1696, et ce sans compter les nombreuses contrefaçons et impressions clandestines de province ou de Hollande. Un bibliophile qui souhaiterait réunir l'ensemble de toutes ces éditions depuis la première un modeste volume de 1688 à la dernière publiée seulement quelques jours après le décès de La Bruyère en 1696 serait un bibliophile courageux et opiniâtre et ceux d'autant plus s'il est exigeant et souhaite des exemplaires en belle condition d'époque. Si la première édition n'est pas facile à trouver en belle reliure de l'époque (je ne parle que de reliures en veau car les exemplaires en maroquin d'époque peuvent se compter sur les doigts d'une main ou guère plus), la préférence des amateurs va le plus souvent à la dernière édition revue, la neuvième, celle de 1696, en 1 fort volume grand in-12. C'est pour ainsi dire l'édition définitive, la meilleure, celle que laissa La Bruyère à la postérité. Cependant, toutes les éditions sont intéressantes, la plupart augmentées de plusieurs dizaines de nouveaux caractères à chaque fois, voire largement modifiées. L'histoire de toutes ces éditions a été retracée admirablement dans les moindres détails par plusieurs bibliographes dont MM. Servois et Rochebilière à la fin du XIXe siècle. Ainsi je vous invite, si vous souhaitez en savoir plus sur les différents tirages, états et autres particularités de chacune de ces éditions primitives des Caractères, à consulter la Bibliographie des éditions originales d'auteurs français composant la bibliothèque de feu M. A. Rochebilière par A. Claudin, Paris, Claudin, 1882, pp. 318 à 348.

Mais ce qui nous intéresse ce soir, c'est une particularité toute autre, une particularité qui ne semble pas liée au travail d'imprimeur ni à celui d'éditeur (M. Michallet pour toutes les premières éditions de 1688 à 1696). Cette particularité c'est la présence dans certains exemplaires d'une clef manuscrite assez étendue voire très étendue sur les marges.

En effet, pour plusieurs exemplaires, nous avons pu constater la présence de cette clef marginale recopiée à l'époque même. Je prendrai pour exemplaire un spécimen de l'édition de 1692, septième édition revue et corrigée en 679 pages chiffrées (sans compter les pages préliminaires ni la table à la fin). Les photos que vous pourrez voir ci-dessous sont issues de cet exemplaire. J'ai dénombré pas moins de 232 notes marginales, certaines ne donnant qu'un nom et d'autres plus étendues donnant quelques détails. Ces notes sont d'une belle écriture bien lisible de l'époque. La question qu'on se pose tout de suite est la suivante : où le lecteur annotateur a-t-il récupéré cette clef ? une clef aussi complète ? J'ai également sous les yeux un exemplaire de la neuvième et dernière édition donnée par La Bruyère en 1696 où je ne compte que 102 annotations marginales. L'écriture est également l'écriture de l'époque et ces notes ont été prises à n'en pas douter très peu de temps après l'impression de l'ouvrage.




page 424


page 617


page 336

Alors ? D'où proviennent ces clefs ? S'il existe une clef complète pourquoi un nombre variable d'annotations marginales selon les éditions et les exemplaires ? L'édition de 1696 qui contient un plus grand nombre de caractères que la septième de 1692 devrait avoir un clef également plus importante. Ce qui n'est pas le cas ici. Ces exemplaires complétés d'une clef manuscrite sont-ils l’œuvre de lecteurs studieux qui savaient reconnaître dans le texte crypté de La Bruyère leurs infortunés congénères malmenés par le satiriste ? Se référaient-ils à une clef qui circulait en manuscrit dans les milieux lettrés de l'époque ? A vrai dire je ne sais pas et ni Rochebilière ni Servois, me semble-t-il, ne donnent une réponse satisfaisante à cette question.

Possédez-vous un ou plusieurs exemplaires avec cette clef manuscrite ? Combien comptez-vous de "notes marginales" et pour quelle édition ? Vos réponses m'intéressent et intéresseront peut-être aussi les lecteurs du Bibliomane moderne.

Dans l'espoir de vous lire,

Amitiés bibliophiles,
Bertrand Bibliomane moderne

18 commentaires:

Textor a dit…

Bonsoir,

Je ne possède que 2 exemplaires des Caractères, la seconde édition, premier tirage, de 1688 (Rochebilière 611) et la huitième, second tirage, de 1694 (dans un veau blond glacé aux armes).

Aucune des deux n’a de mention manuscrite ! Dommage.

Je pense que les gens de la Cour qui achetèrent un exemplaire à Michallet étaient tenté d’identifier les personnalités décrites et que beaucoup ont donc du annoter leur livre; et laisser des commentaires. Non ? Enfin, c’est une hypothèse.

T

Daniel a dit…

Une autre hypothèse

Certaines éditions XVIIIe avec les notes par Coste comprennent une clé des caractères imprimée.(Par exemple une de 1769 chez Prault que j'ai en main) La poule qui fait l'oeuf ou l'inverse ? Je pense que de nombreuses éditions originales antérieures à celle critique de Coste qui eu un immense succès, ont été annoté au XVIIIe au moment de la sortie imprimée de la clef des caractères par Coste. Ce semble être le cas de votre exemplaire, les annotations sur le Prince de Conty ou l'abbé de Roquette sont presque identiques à celles imprimées.

Daniel B.

Bertrand a dit…

Voilà une explication très plausible en effet.

Reste que pour certains exemplaires, l'écriture semble bien de la fin du XVIIe s. et que le nombre variable de notes manuscrites m'intrigue.

Merci Daniel.

B.

sebV a dit…

J'ai un exemplaire de l'édition de 1692 qui est annotée par deux mains, l'une plus récente complète et corrige la première .
Bertrand si vous pouviez me donner le numéro des pages photographiées on pourrait comparer les annotations.

Bertrand a dit…

Bonsoir SebV,
je viens d'ajouter le numéro des pages qui n’apparaissait pas.

Merci et à bientôt

B.

sebV a dit…

Merci je poste des photos du mien demain.
Le commentaire à la page 617 est identique au votre ce qui laisse penser à une source commune plus tardive (2ème main dans mon exemplaire)

Bertrand a dit…

Dans ce cas oui, il n'y a plus de doutes. C'est un recopiage commun. Les clefs moins complètes seraient donc l'oeuvre de bibliophiles un peu flemmards... ;-)

B.

Anonyme a dit…

Tu as l'exemplaire de Saint-Simon.
Lui seul savait tout ;-)
a+
Yohann

sebV a dit…

Ma page 336 : http://www.naturalibris.fr/VENTES/DS3_6312.jpg

Ma page 617 :
http://www.naturalibris.fr/VENTES/DS3_6310.jpg
(on y voit les 2 écritures d'ailleurs)

et la clef de coste correspondante (prise dans l'édition de 1750 chez David):
http://www.naturalibris.fr/VENTES/DS3_6313.jpg

Bertrand a dit…

Merci SebV, en effet, le texte est proche, mais pas identique. Cela me laisse tout de même un peu songeur.

Dans les deux exemplaires que je possède annotés, je ne voyais pas une écriture du milieu du XVIIIe s., mais j'ai du me tromper.

B.

Textor a dit…

« Dans cent ans le monde subsistera encore en son entier ; ce sera le même théâtre et les mêmes décorations, ce ne seront plus les mêmes acteurs. »

La Bruyère.

calamar a dit…

est-ce qu'on sait d'où Coste a tiré ses clefs ?

Textor a dit…

Voilà une bonne question ! A-t-il fait des recherches personnelles ou a t-il utilisé un exemplaire annoté de l'auteur ... ?

Bertrand a dit…

Là est la question Textor !

B.

Daniel a dit…

Dans les notes bibliographiques de l'édition Garnier prestige 1964, par Robert Garapon, se trouve un chapitre :" principales clefs des caractères" il liste 5 clefs et on apprend ici que la première clef imprimée daterait de 1697 et que d'autre part les clefs des éditions Costes publiés en 1731 pour la première fois ont été plusieurs fois augmentées ce qui pourrait expliquer les différences dans les copies :

1 clef manuscrite de 1693 Bibliothèque Arsenal Manuscrit Recueil Tralage Tome IV folio39

2 Clef de 1696 Bibliothèque arsenal Manuscrit 7116 Folio 269 a 286

3 clef Cochin fin XVII Arsenal Manuscrit 2313

4 clef imprimé de 1697 Clef du livre intitulé "Les caractères ou(...)" probablement publié en 1697 réimprimé en 1699

5 Clefs des édition Coste Amsterdam Changuion 1731 réimpression 1733 1739, ed Augmenté en 1740 1741 1743 1750 1754 1759 etc

Robert Garapon
Copie Daniel B.

Bertrand a dit…

Daniel est un grand chef !

Merci Daniel !

On vous décerne les Palmes ! (ça peut servir pour nager comme un poisson dans une bibliothèque)

;-)

B.

Textor a dit…

on va même peut-être se cotiser pour vous offrir un porte-clés !

T

Daniel a dit…

Merci Bertrand pour les palmes, mais elles ne sont pas méritées, plutôt les cuissardes ou les guêtres, ce n'est pas à vous que je vais apprendre que si l'on pêche au bon endroit, c'est mieux!... ;-)

Daniel B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...