mercredi 25 janvier 2012

Victor Hugo quand tu nous tiens ! ou Notre-Dame de Paris pour bibliophile exigeant.



Voici un bien beau livre ! Que dire ? S'incliner. S'extasier ? Se lamenter peut-être ? S'enthousiasmer ? Appeler son banquier ? Que sais-je d'autre encore.

Ce n'est pas tous les jours qu'on croise, ne serait-ce que le temps d'un soulagement physiologique, une aussi belle Esmeralda parée de si beaux atours. Très séduisante Esméralda ! Trop peut-être.

Comme l'indique l'excellente fiche bibliographique (en ligne) de ce libraire français, Victor Hugo commence la rédaction de Notre-Dame de Paris le 1er décembre 1830 et la termine le 15 janvier 1831. Un mois et demi ! Un mois et demi pour écrire un chef d'oeuvre ! Qui dit mieux ? Publié le 16 mars suivant, le succès fut immédiat et enthousiaste ; ainsi Théophile Gautier, Jules Michelet et Eugène Sue ne tariront pas d'éloge envers ce monument.

Que dire de cet exemplaire hors norme ? Qu'il a figuré au catalogue n°42 de la Librairie Pierre Berès. Qu'il s'agit d'un des "très rares" exemplaires sans mention d'édition. Qu'il a été parfaitement établi en plein maroquin havane par Thibaron et Joly, deux belles mains de la reliure d'art du XIXe siècle (vers 1863). Qu'il a été truffé d'une belle lettre de Victor Hugo en rapport avec l'ouvrage. Qu'il est magnifique !

A sa décharge on dira qu'il ne peut pas se targuer d'être en reliure de l'époque. Le libraire indiquant donc tout naturellement "Reliures du XIXe siècle". La différence a son importance malgré tout.

Son prix ? (l'exceptionnel a-t-il un prix ?) : 30.000 euros (2011). Je n'ai pas regardé à quel prix il avait été proposé par P. B. Je vous laisse chercher cette information. Le catalogue n°42 P. B. remonte déjà à quelque temps...

Je vous laisse lire cette fiche bien faite pour un livre bien fait. Parfois je me dis que j'ai eu tort d'acheter une maison pour le prix de cinq EO bien habillées et bien truffées de "mon toto". Et puis j'oublie...

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

12 commentaires:

Textor a dit…

Quel est celui qui lui jettera la première pierre ?
Oh ! Laisse-moi rien qu'une fois
Glisser mes doigts entre les pages de cet ouvrage !

Bibi a dit…

Ce bel exemplaire avait été vendu en 2007 chez Sotheby's (vente Marcel de Merre) pour 13 200 euros. Puis proposé par la librairie les Argonautes pour 24 000 euros. Ou comment les marchands soutiennent l'inflation.

Anonyme a dit…

Pour être plus précis cher Monsieur, la librairie en question a proposé le volume une première fois en mars 2009 (catalogue romantique) pour 24 000 euros, puis au printemps 2011, avec la fiche ici reproduite et le prix réajusté.

Bertrand a dit…

Quelqu'un a t-il retrouvé le prix P.B. ? année ?

B.

Ccil a dit…

Pas de regrets, cela ne sert à rien. Te souhaitant quand même que tu puisses, comme l'a si bien dit Textor, glisser tes doigts entre les pages de cet ouvrage.
Ccil

Bertrand a dit…

Je préfère Esméralda Ccil !

Les livres c'est bien mais bon... hein.. ;-)

B.

Ccil a dit…

Si tu préfères un personnage fictif ;) !
Les livres sont rarement décevants... Mais bon, parfois peut-être quand ils ne finissent pas comme on aurait voulu ;)
Ccil

Bertrand a dit…

Esmeralda existe ! si si ! :-))

B.

Ccil a dit…

Si tu le dis :) !

Ccil

Bertrand a dit…

Je confirme !

Brune, le regard sombre, la mine sauvage, un déhanché à faire tomber des météorites, une poitrine pointant vers Vénus, j'ai pas pu me tromper ! :-)

Si ? On m'aurait menti alors ? :-)

B.

Ccil a dit…

Bonne description, ça donne envie d'être lesbienne :P

Ccil

Olivier a dit…

A titre de comparaison...
http://www.raptisrarebooks.com/pages/books/2345/john-le-carre/call-for-the-dead

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...