lundi 11 avril 2011

Histoire sans parole(s) ...


Cliquez sur les images pour bien voir ...








Ouf ! La crise économique est derrière nous ! ...

Bonne soirée, bonne digestion,
Bertrand Bibliomane moderne

14 commentaires:

Bertrand a dit…

Et dire que ma fille veut faire boulangère-pâtissière quand elle sera grande ... je lui ai pourtant bien dit que commissaire-priseur ou libraire-expert c'était autre chose ! ... me croit pas. Suis déçu. Les enfants c'est plus ce que c'était.

B.

Anonyme a dit…

Il était possible d'acheter quelques livres "dans l'estimation" mais seulement les petites choses... Les livres aux armes étaient intouchables, Marie-Antoinette par exemple et c'est logique : augmentation importante du nombre de personnes très riches et augmentation très importante de leur richesse ces 15 dernières années ! Il y a de plus en plus d'amateurs de reliques disons "culturellement facilement accessibles". Pour le Maupassant, corrigez-moi si je me trompe mais l'expert n'a pas mentionné que le monogramme sur les plats était celui d'un membre de la famille de Victor Hugo...

Bertrand a dit…

à titre purement informatif, un petit carré de soie rose brochée à fleurs, conservé sous carton étiqueté : « dernière robe de Marie Antoinette Reine de France. Ayant été donné à la famille de Beauregard (authentique) .(fragment de robe) ayant appartenu à Marie-Antoinette s'est vendu le 7 décembre 2010 ... 842 euros (Piasa, Paris). Estimé 400/500 euros.

4 reliques royales Marie-Antoinette et Louis XVI. 24 juin 2010. adjugé 7.500 euros. (fragment de coiffe de Marie-Antoinette, Cheveux de Louis XVII, morceau de cordon du comte d'Artois. Cheveux de Madame la duchesse d'Angoulême, fille ainée du couple royale.

Un autre morceau de robe avait fait 1.500 euros.

Mais Bussy-Rabutin hein ! C'est autre chose ! J'aurais aimer ... l'idée... juste l'idée...

B.

sandrine a dit…

mouaip.
Les enfants ont une forme de sagesse parfois. Elle sera sûre de manger à sa faim et en cas de disette, elle fera fortune; A moins de manger des livres, le papier ne nourrit pas encore, juste parfois, il chauffe... (à lire les combustibles d'A.Nothomb.)
Les prix sont hors d'atteinte de pas mal de monde.
Je crois que je vais changer de métier, ça me fait pas rever ce genre de livres. ça brule les doigts, quand les prix flambent.
Avis personnel toutefois.
Pour le même prix, une maison, un atelier, une boutique et je ne sais quoi d'autre.
C'est beau dans les musées à un moment donné.
Bonne soirée.
sandrine.

Textor a dit…

Je ne conseille pas, le boulanger, et la boulangère ont fini sur l'échafaud. Vaut mieux faire commissaire-priseur comme métier. J'ai jamais entendu dire qu'on en avait guillotiné aucun .
Textor

Textor a dit…

Dites, 2 millions le livre d'heures de Claude de France, çà fait chère la minute. On va le retrouver au Grand Palais à 6 millions. C'est un livre pour Hugues ! ;)
Thextor

Bertrand a dit…

mais ça pourrait venir Textor... qui sait ?

B.

Raoul Viergerie a dit…

M'est avis qu'on va relancer le débat sur l' honnêteté des "estimations" inscrites au catalogue... Là elle ressemblaient plus à des prix de réserve qu'à autre chose.

Le Bussy en reliure aux armes "estimé" 1, 200 € ..adjugé 60 000 €.. Un sublime livre d'heure de provenance royale "estimé" 400 000 €... Bertrand va peut être nous calculer le ratio des livres vendus plus de 2 fois l'estimation ? Curieux de voir le résultat.

Raoul

sandrine a dit…

Bonjour,
Il faudrait savoir qui achéte ces livres à ce prix aujourd'hui? le marché est-il toujours parisien, voir européen?
ou là aussi, un petit peu mondialisé, mais juste un peu.
Changhaï.
Qui sont les collectionneurs aujourd'hui, à part les musées, qui font appel à la générosité du public pour la conservation du patrimoine dans le lieu ou il a été crée?
Est-ce que c'est forcément de la spéculation ou du placement, ou des fous furieux, amoureux de leurs achats?

Voici les questions qui vont me nourrir toute la sainte journée;

pour être commisseurs priseurs, voici un lien qui, avec quelques stages devrait permettre à beaucoup de faire fortune, dans les années à venir;
Mieux vaut ne pas s'être trompé de filiére au début ou tout est à reprendre à zero:
http://www.commissaires-priseurs.com/?page_id=15



Bonne journée
Sandrine.

Anonyme a dit…

Mais quel est l'"expert" qui, dans la description du lot 656, a pu écrire "à Lutetiae chez Robert Stephani", et plus bas "imprimé par Jean Estienne"??????
Yves

Le Bibliophile Rhemus a dit…

L'expert est le cabinet d'expertises Valleriaux.

Raoul Viergerie a dit…

Ah ! Vallériaux !! Il y a de grosses casseroles qui trainent..

Qui achète encore de la reliure dans les ventes Vallériaux ?

Anonyme a dit…

Il n'est pas question de reliure, mais de connaissances de base concernant les plus grands imprimeurs français du XVIe siècle: la dynastie des Estienne, dont il a déjà été question ici à plusieurs reprises. Que penser d'un "expert" qui semble les ignorer?!

Raoul Viergerie a dit…

Hé si ! Avec le cabinet Valleriaux il peut être question de reliures Les connaisseurs auront compris à quoi je faisais référence...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...