dimanche 24 avril 2011

Le Bibliophile de Louise de Hem (1866-1922) exposé au salon de 1901.


Louise de Hem (1866-1922), autoportrait, détail.

Joyeuses Pâques (1) ! Aujourd'hui je vais vous exposer une nouvelle bluette juste arrivée sur mes rayons. Ce n'est ni un livre relié en maroquin, ni une lettre autographe d'Octave Uzanne, c'est une carte postale ancienne que vous pouvez voir ci-dessous.

Carte postale ancienne, vers 1901-1902.
Reproduction du tableau exposé au salon de 1901
"Le Bibliophile" par Louise de Hem.



LE BIBLIOPHILE, par Louise de Hem. Tableau exposé au salon de 1901 et dont il a été fait cette carte postale, probablement à l'occasion même de ce salon.

Louise de Hem (1866-1922) était pastelliste et peintre. Elle était la huitième et dernière fille de Henri de Hem (Dehem à l'état civil) et de Eulalie Bartier. Cette famille nombreuse connut des difficultés financières qui obligèrent le père à changer plusieurs fois de travail. Ainsi ils s'installèrent finalement dans le nord de la France. Louise de Hem nait à Ypres le 10 décembre 1866. Sa sœur Hélène, mariée au peintre de genre Théodore Cériez, l'introduit dans l'univers de la peinture. Dès 1876, c'est Théodore Cériez qui prend la place du chef de famille, le père étant décédé. Cériez remarque vite ses talents artistiques et lui apprend la peinture à l'huile et l'art de la nature morte. La jeune femme ne tarde pas à participer aux salons en sa compagnie. Elle complète sa formation à Paris où elle séjourne à plusieurs reprises au cours des années 1887 à 1891. Sur place, elle bénéficie notamment des conseils d'Alfred Stevens, qui l'encourage à expérimenter le pastel. Elle fréquente aussi quelques temps la célèbre académie Julian, où elle peut à loisir travailler d'après modèle vivant. A partir des années 1890, grâce à ses connaissances en matière de figuration humaine, Louise de Hem devient une portraitiste appréciée du public mondain. Elle signe aussi des tableaux de genre d'inspiration variée, souvent centrés sur un ou deux personnages. Elle aime peindre de belles dames dans des intérieurs, des enfants qui jouent, ou des scènes de dévotion. Attirée par les tonalités claires et chatoyantes, cette virtuose du pastel s'attache particulièrement au rendu de la lumière et à la création d'harmonies colorées. Progressivement, elle travaille de manière plus enlevée et plus libre : posée largement, la couleur vibre en autonomie par rapport au motif. L'apogée de la carrière de Louise de Hem se situe au début du XIXe siècle. En 1904, elle décroche une médaille d'or au salon de Paris avec La poupée japonaise. Sept ans plus tard, elle est faite chevalier de l'Ordre de Léopold. Avec la guerre, elle cesse définitivement d'exposer. Louise de Hem décède à Forest (Bruxelles) le 22 novembre 1922. En 1927, sa soeur Hélène lègue quarante-neuf de ses œuvres à la ville d'Ypres. Cette donation permet la renaissance du Stedelijk Museum, détruit avec ses collections pendant les hostilités. (Source : Dictionnaire des femmes belges du XIXe et XXe siècle, par Éliane Gubin).

Comme je vous le disais, une simple bluette, mais quelle bluette ! Une bluette pour bibliophile. Et cette petite carte postale insignifiante de prime abord, reproduisant cette œuvre peinte (huile ou pastel ?) pose questions, beaucoup de questions. Je vous les livre comme elles me viennent : Tout d'abord, qu'est devenue cette œuvre ? Fait-elle partie des quarante-neuf toiles léguées à la ville d'Ypres en 1927 ? Fait-elle partie du fonds du Stedelijk Museum ? Est-elle chez un collectionneur particulier ? Quand l'a-t-on vue pour la dernière fois ? La carte postale ne reproduit que bien imparfaitement je pense ce tableau, en noir et blanc qui plus est. Quelle technique a-t-elle utilisé ? Huile sur toile ? Pastels ? Ce bibliophile, est-ce une pure vue de l'esprit ou a-t-elle comme pour bon nombre de ses tableaux utilisé un modèle vivant ? si oui qui était ce bibliophile ? Ce tableau a été exposé pendant le salon de 1901 nous dit la légende de cette carte postale. De quel salon s'agit-il ? Dans quelle ville ? Autant de questions qui resteront sans doute pour la plupart sans réponse. Cependant cette carte postale m'a suffisamment émoustillé la fibre curiosistique pour que je m'y intéresse de plus près. Je vais donc essayer de contacter la ville d'Ypres et le Stedelijk Museum pour en savoir plus (mais je vais avoir un problème de langue...). De votre côté, si vous habitez à proximité de la ville d'Ypres et que cette recherche vous intéresse, à vous de jouer ! Il y a certainement pas mal de choses à découvrir pour savoir ce qu'il est advenu de son tableau et de son histoire après 1901 (2).

Je ne sais pas vous, mais en ce qui me concerne, je vois bien ce tableau comme un joli pendant au tableau de Carl Spitzweg Der Bücherwurm (Musée Georg Schäfer, Schweinfurt, Allemagne).

Bon dimanche,
Bertrand Bibliomane moderne

(1) Mais non Monsieur le gendarme, c'était pas du vin ! c'était du Chassagne-Montrachet premier cru 2009 ! Ah ? 3 points ? ... 4 peut-être ? Comment ça M'sieur l'agent un r'trait d'permis ?? ... Joyeuses Pâques quand même M'sieur le gendarme et mes amitiés à vot'dame ! ...

(2) pour information, un pastel de 73 x 59 cm intitulé Jonge vrouw in interieur (une dame dans son intérieur avec un livre) a été adjugé 2.640 euros en Belgique le 10 octobre 2009. Une cote donc assez faible pour ce peintre dont les adjudications semblent pourtant assez rare. Je ne sais pas si un catalogue raisonné de l'oeuvre peintre de Louise de Hem a été réalisé ?

26 commentaires:

sandrine a dit…

Il me semble, mais cela sera facile de vérifier sur google, que cela doit être le salon des artistes français, à Paris. peut être en relation avec
ceci

http://www.culture.gouv.fr/documentation/archim/albumsdessalons.htm

Sans certitude cependant.
S.

Textor a dit…

Le bibliophile a un déficit d'image que cette photographie ne va pas contribuer à améliorer!

Pour l'homme de la rue, le bibliophile est nécessairement âgé, vouté, entouré de vieux grimoires au trois quart déreliés ; il a la vue basse et l'habit élimé puisqu'il consacre ses maigres économies à l'achat de vieilleries qui ne lui rapporte aucun revenus.

Il s’exalte pour des auteurs que tous ont oublié ; il est grincheux et incessamment amasse tous ces trésors qu’il entasse.

T

Bertrand a dit…

en même temps Textor, peut-on raisonnablement montrer un bibliophile jeune, beau, fringuant, plutôt à son aise avec les femmes, volontiers flambeur et hédoniste ? (sourire).

A vous de juger comme disait Arlette !

B.

calamar a dit…

je vous envoie un de mes autoportraits !:)
je m'étonne de l'absence de certaines réactions : vous l'avez appelé Louis 2 fois, cette pauvre Louise !

Bertrand a dit…

Je viens de faire les corrections gynécologiques adéquates Calamar ;-)

PS : Tout le monde est en vacances je crois.

B.

calamar a dit…

et le titre Bertrand, et le titre ???
(heureusement tout le monde cuve son chocolat)

Bertrand a dit…

Effets secondaires du Chassagne-Montrachet....

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

"un bibliophile jeune, beau, fringant, plutôt à son aise avec les femmes, volontiers flambeur et hédoniste" : n'est-ce pas le portrait d'Octave (pour rester chez les anciens, afin de ne pas faire de jaloux !) ?

Bertrand a dit…

Tu sais bien que c'est mon mentor !! ;-))

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

et tu lui ressembles ...

Textor a dit…

Jeudi au Gd Palais, je ferai circuler une pétition auprès des bibliophiles de manière à interpeler le conseil municipal d'Alise St Reine pour débaptiser la place de l'église et la renommer Place Octave Uzanne !! ça vous va ? ! :)
Textor

sandrine a dit…

Si vous voulez , je peux vous donnez l'adresse d'un site qui explore en photos, SVP, la gynécologie féminine, site sur lequel je suis tombée en faisant des recherches sur Loiuse.
Je ne suis pas sûre que cette façon de détailler les femmes soit trés poétique, bien que trés bien documentée par des documents du 18ème, je crois et des photos non suggestives. juste anatomique.

"http://fr.wordpress.com/tag/louise-de-hem/", je crois, est le nom du site, bien loin des charmants pastels tout en harmonie et en lumiére de Louise.
En cliquant sur le titre vous tombez sur un autre site... J'ai l'esprit ouvert, mais se voir ainsi détaillée est... et reste glauque, pour moi.
Bien à vous.
Sandrine.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

chiche, Textor !

Bertrand a dit…

Le site que vous indiquez Sandrine, recèle en effet bien des pépites, et je n'ai d'ailleurs pas manqué de le signaler moi aussi à l'un de mes bons amis ici présents (sourire).

Il y a quelque chose de primaire et de sauvage dans ce site. Il faudrait l'avis éclairé d'un médecin généraliste. Bibliophile Rhemus ? Une idée ? Que penser de l'érection d'un Temple à la gloire de la Grande Femelle ? (sourire). Oui je sais, on s'éloigne de Louise de Hem... mais tout de même...

B.

Textor a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Textor a dit…

Un temple? je suis pour ! Mais vous nous faites passer des commentaires du Jurisconsulte Paul de Castre (mon prochain article) à Female Temple sans transition ! J'ai plus qu'à aller prendre des tranquillisants, moi ! :)
T

25 avril 2011 17:48

Pierre a dit…

Cette image du bibliophile fait un peu cliché et on aimerait qu'elle soit vrai : Un brave homme un peu solitaire mais prêt à de notables sacrifices financiers pour l'acquisition de l'exemplaire de ses rêves.

La réalité XXIe est quelque peu différente. Souvent branché ordi, business killer et hyperactif, le bibliophile privilégie son confort matériel (maison, voiture, vacances) avant sa passion. Et c'est tant mieux ! Vous vous voyez, dire à votre épouse "Chérie, on part pas en Grèce car j'ai acheté un incunable" ?

Il n'empêche qu'une reproduction de ce tableau irait bien dans ma bibliothèque...

sandrine a dit…

Heureusement que Pierre est Là, imperturbable.
Ce bibliophile photographié, vieux barbon, qui plus est, tourne le dos, pris en flagrant délit d'infidélité à son épouse, pour ses livres... sa femme n'est pas partie souvent. Ou alors juste là où il y avait quelques bibliothèques et librairies suceptible de receler quelques trésors.

Quant au temple de la femelle... "Rien que le titre, y m'enerve". C'est pas possible internet!
Votre côte de visionnage va remonter avec cette adresse.

Une rose à vos femmes et c'est une bien plus belle célébration, qui fera passer vos caprices de bibliophiles... parfois même un bouquet entier, pour un plus gros livre,
qui gréve les vacances.
:)
Bien à vous,
Sandrine.

Bertrand a dit…

Ah mais nos femmes aimeraient sans doute qu'on leur érige un Temple Sandrine ! Ne préjugez pas ! Il y a des femmes comme cela aussi...

B.

sandrine a dit…

Hum, oui,oui, bien sûr je n'en doute pas.
Ne soyons pas hypocrite, mais des fleurs, c'est autre chose tout de même, à la place de ce terme de "femelle", qui me raméne juste à une espéce de côté bestial.
Lin de Louise, à moins que l'on ne soit dans le grand principe des contraires( = L'eau qui dort, en dessous, ne dort pas vraiment.)
Et que ces peintures rose tendre révélent fait une douceur qui n'est pas sans rappeller cette histoire de temple.
Soit dit en passant ce site a quelques vérités vraies.
Bonne soirée.
S.

Bertrand a dit…

C'est tout hors sujet, mais ce n'est pas grave, je trouve seulement étonnant qu'on emploie avec plus de liberté le terme mâle que le terme femelle, notamment dans la publicité (parfums).

Je ne vois pas ce qu'il y a de plus dégradant à ramener la femme à l'état de femelle tandis qu'on se plait à ramener à l'état de mâle un homme. Étrange.

Étonnant tournant que prennent les commentaires de ce billet sur la Louise ! (sourire).

B.

sandrine a dit…

Bon vous pouvez effacer ces digressions.. je ne me vexerai pas. :)
Mais la digression est venue du site et des recherches sur La Louise. Quant au mâle, le terme est connoté orgueil et presonption. C'est pas mieux.
:))
Louise de Hem Artiste à qui le mari avait construit un atelier et une maison Art Nouveau très belle, toujours visible, je crois.
S.

Bertrand a dit…

Je n'efface pas les digressions auxquelles je participe (sourire).

B.

sandrine a dit…

:)
soit dit en passant participation qui vous honore, Où sont donc passer Textor, Bibliophile Rhémus, Calamar, et surement bien d'autres qui lisent... La bibliophile est un vilain defaut.

S.

Textor a dit…

Female, n'a pas cette connotation péjorative en anglais.
Au fait, pourquoi Louise de Hem a choisi ce thème pour le moins peu courant en peinture? Leda et le cygne, d'accord, mais le Bibliophile, franchement ! Ce qui est esthétique c'est le livre, pas son possesseur libidineux.
T

avg a dit…

Bonjour Bertrand,
Le lieu ou le tableau se trouve est inconnu, aussi on ne sait pas les mesures. Le technique est huile sur toit. Le tableau est enregistre dans le catalogue raisonnee de ms. Jan de Wild sous le numero c 40.
Ad van Gaalen, La Haye

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...