lundi 11 avril 2011

Une femme bibliophile : Madame d'Epinay (1726-1783). Reliures à ses armes.


Portrait de Madame d'Epinay (1726-1783) de Jean-Etienne Liotard (1702-1789).
Genève, Musée d'Art et Histoire (Cabinet des dessins).
Pastel sur parchemin (69 x 55 cm).

Quel livre pouvait-elle bien tenir ? Était-il relié à ses armes ?



Rentrons par la petite porte dans la bibliothèque d'une femme bibliophile du temps des Lumières.

Louise Florence Pétronille Tardieu d’Esclavelles de La Live ou de Lalive, marquise d'Epinay, née le 11 mars 1726 à Valenciennes et morte à Paris le 17 avril 1783. Elle était la fille unique de Louis-Gabriel Tardieu, marquis d’Esclavelles et de Florence Angélique Prouveur de Preux. Le 23 décembre 1745, à l'âge de 19 ans, elle devient marquise Lalive d’Épinay, en épousant son cousin germain, Denis-Joseph Lalive, marquis d’Épinay (1724-1782). Par ce mariage elle devient la belle-sœur de la femme du monde et épistolière Sophie Lalive de Bellegarde, comtesse d’Houdetot. Son mari était fermier général et faisait preuve d'un grand libertinage. Une séparation de biens, prononcée en 1748 pour ce motif, assura une position financière moins inconfortable à Louise.

Fréquentant les salons littéraires de l’époque et recevant elle-même des écrivains illustres, son amant Louis Dupin de Francueil, futur grand-père de George Sand, lui présenta, vers 1747, Jean-Jacques Rousseau avec qui elle se lie d’amitié. Elle fit construire pour lui, près de son parc de la Chevrette, dans la vallée de Montmorency, la petite maison restée célèbre sous le nom d’Ermitage où elle lui donnera refuge en avril 1756 avant que le baron Grimm, que Rousseau avait présenté à sa bienfaitrice, entre dans l’intimité de celle-ci, et se tournant contre Rousseau brouillé avec Louise, notamment à cause de la violente passion (non partagée) qu’éprouve alors Rousseau envers sa belle-sœur Sophie d’Houdetot, ne parvienne à le forcer de quitter ce séjour le 15 décembre 1757. Il est difficile de dire jusqu’à quel point Rousseau a exagéré, dans ses Confessions, les torts de ses ennemis, et si ses récriminations contre Louise d’Épinay elle-même vont au-delà des bornes mais, malgré cette brouille définitive, Rousseau et Louise d’Épinay auront eu l’un sur l’autre une influence très importante, notamment sur les sujets de l’éducation des enfants, du lien parent-enfant et de l’allaitement maternel.

Peu après sa rupture avec Rousseau, Louise d’Épinay se mit à vivre dans la retraite et dans un cercle restreint de lettrés et de philosophes. Elle accueillait régulièrement à Montmorency puis, à partir de 1770, à Paris, les beaux-esprits du siècle, au premier rang desquels son amant Grimm, son mentor et son conseiller moral, Diderot, D’Alembert, Marivaux, Charles Pinot Duclos, Marmontel, Montesquieu, Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Michel-Jean Sedaine, le marquis Jean-François de Saint-Lambert, Jean-Baptiste-Antoine Suard, Damilaville, Francueil, Aimable le Roy, Raynal, D’Holbach, l’abbé Galiani, Voisenon et Bernard-Joseph Saurin, le baron de Greutz, le marquis de Mora, le comte de Fuentès, le baron danois Gleichen et Stormont.

Lorsque l’on apprit que Jean-Jacques Rousseau avait entrepris la rédaction de ses Confessions, on pensa, à tort, que l’écrivain réglerait ses comptes avec le tout-Paris en livrant au public des ragots divers. Louise d’Épinay, afin de parer à des attaques sur sa vie privée de la part de son ancien ami rédigea ses « Contre-confessions » (Histoire de madame de Montbrillant), ouvrage copieux dans lequel elle détaille et justifie, entre autres, pourquoi elle en est un jour venue à tromper son époux. Il s’agit de pseudo-mémoires puisque les noms sont modifiés. Grimm et Diderot aideront Louise d’Épinay à rédiger son livre, notamment en faisant un portrait à charge de Jean-Jacques Rousseau sous les traits du personnage de René. Cet ouvrage, paru de manière posthume en 1818, est désormais connu comme un des chefs d’œuvre de la littérature féminine du xviiie siècle.

Louise d’Épinay a contribué anonymement à la Correspondance littéraire dirigée par Grimm qui a fait d’elle ce portrait : « Ce qui distinguait l’esprit de Louise d’Épinay, dit Grimm, c’était une droiture de sens fine et profonde. Elle avait peu d’imagination ; moins sensible à l’élégance qu’à l’originalité, son goût n’était pas toujours assez sûr, assez difficile, mais on ne pouvait guère avoir plus de pénétration, un tact plus juste, de meilleures vues avec un esprit de conduite plus ferme et plus adroit. » En 1773, elle publie les Conversations d’Émilie, un dialogue mère-fille judicieux et bien écrit composé en vue de l’éducation de sa petite fille, Émilie de Belsunce, qu’elle éleva comme sa propre fille, et dont la seconde édition recevra le prix d’utilité de l’Académie française en 1783, peu de temps avant la mort de l’auteur. On a encore d’elle : Mes moments heureux (Genève, 1752, in-12) ; Lettres à mon fils (Genève, 1758, in-8°). Louise d’Épinay a par ailleurs laissé une abondante correspondance adressée à Jean-Jacques Rousseau, Voltaire, Buffon, D’Alembert, Denis Diderot, Richardson, l’abbé Galiani...

Elle a eu quatre enfants : Louis-Joseph Lalive d’Épinay (25 septembre 1746 - 10 avril 1813), qui sera militaire, éditeur et musicien. Françoise-Suzanne-Thérèse de Lalive (24 août 1747 - 3 juin 1748) Angélique-Louise-Charlotte (1er août 1749 - 1er juin 1824), reconnue par Denis d’Épinay bien que son véritable père soit vraisemblablement Dupin de Francueil. M. Leblanc de Beaulieu, fils lui aussi de Dupin de Francueil, né le 29 mai 1753, mort en 1825, placé dans une ferme puis dans les ordres et qui sera évêque de Soissons de 1802 à 1820 puis d’Arles. (Source Wikipedia et Perey (Lucien) et Maugras (Gaston), Une femme du monde au XVIIIe siècle : Dernières années de Madame d'Epinay, son salon et ses amis d'après des lettres et des documents inédits, Paris, Calman Lévy, Editeur, 1894, septième édition).

D'après ce que j'ai pu lire ici ou là, elle serait tombée enceinte du baron de Grimm et serait allée faire soigner "sa maladie" à Genève, escortée de son ... mari ... Jean-Jacques Rousseau ayant refusé de l'accompagner ... A-t-elle avorté ? A-t-elle accouché et laisser son enfant aux enfants trouvés ? ...

Pierre Berès proposait un exemplaire relié à ses armes dans un de ses catalogues des années 40 en insistant sur la rareté de cette provenance. A priori, c'est à la suite de la destitution de sa charge de fermier général que le marquis d'Epinay fut réduit, avec sa femme, de réduire son train de vie. Ruiné, les livres de la bibliothèque de la marquise furent vendus à l'encan. Cette belle bibliothèque d'une femme de lettres était entreposée dans le château de la Chevrette, à Montmorency. Malgré le dénuement, Madame d'Epinay continua de tenir salon littéraire à Paris. Cette femme est citée parmi les femmes bibliophiles listées par Quentin-Bauchart (p. 450).

Exemplaire relié aux armes de Madame d'Epinay (1726-1783)
Les œuvres de M. Poisson, seconde édition. Paris, Compagnie des libraires, 1743.
2 volumes in-12, reliure en veau.



Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

Aucun commentaire:

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...