vendredi 8 avril 2011

Ce qu'est pour vous un livre important ? Les Oeuvres de Victor Hugo reliées par Charles Meunier (1929).



Hier m'est venu cette réflexion : Finalement, qu'est-ce qu'un ouvrage important ? Et là il faut bien essayer de trier par critères, forcément subjectifs. Rareté du texte, provenance, reliure exceptionnelle, tout ensemble ou bien d'autres critères encore. Je vous laisserai en débattre si vous voulez bien, ou plutôt je vous laisserai nous dire ce qu'est, pour vous, un ouvrage important. D'ailleurs n'hésitez pas à citer des titres, c'est toujours intéressant de se rendre compte des goûts des autres.


Pour rebondir sur ce sujet, l'actualité aidant, j'avais sous la main un exemple de livre que je juge important (parmi bien d'autres), je veux dire les Oeuvres de Victor Hugo (les 45 volumes de l'édition Lemonnyer, Richard et Testard, 1885-1895, 1/50 Japon), exemplaire unique relié par Charles Meunier en 1929 (lire le descriptif ci-dessous). 45 reliures de format in-4 chacune avec 1 plat mosaïqué différent, véritable œuvre de relieur d'art ! Travail d'artiste titanesque !

Cet exemplaire a été vendu par l'étude Aguttes, à Lyon, ce jeudi 7 avril 2011. Estimation 35.000 euros / 50.000 euros. Je ne connais pas le prix d'adjudication. Une estimation qui parait de prime abord assez réaliste, encore que, finalement, 50.000 euros pour 45 volumes in-4 en maroquin mosaïqué... cela ne fait guère plus de 1.000 euros le volume de qualité exceptionnelle.

Voici le descriptif complet de cette série rendue unique par la reliure :

HUGO (Victor). Œuvres. Paris, J. Lemmonyer, G. Richard et Cie, Emile Testard, 1885-1895.

45 volumes in-4, maroquin bordeaux, au total quatre-vingt-dix cuirs incisés et teintés encastrés dans chaque plat, doublure de maroquin jaune et rouge orné d'un listel bordeaux serti de filets dorés en encadrement, tranches dorées, chemises de cuir, étuis bordés de maroquin. (Charles Meunier, 1929).

EXEMPLAIRE UNIQUE, ENTIÈREMENT RELIÉ PAR CHARLES MEUNIER, DONT CHAQUE PLAT EST ORNÉ D'UN MAGNIFIQUE CUIR INCISÉ ET TEINTÉ, ORIGINAL, SIGNÉ ET DATE, DU RELIEUR.

Edition Nationale prestigieuse éditée au lendemain de la mort de Victor Hugo, elle se compose de sept parties reliées en 44 volumes : Poésie (16 volumes, le tome 3 est divisé en 2 volumes), Théâtre (5 volumes), Roman (14 volumes), Histoire (2 volumes), Philosophie (2 volumes), Actes et Paroles (3 volumes), et Voyages (2 volumes), chaque œuvre dotée d'une tomaison propre.


L'illustration comprend de nombreuses vignettes en tête et 218 figures hors texte d'après Bracquemond, Collin, Flameng, Giacomelli, Henner, Jeanniot, Laurens, Luc-Olivier Merson, Moreau, Rochegrosse, Rodin, Rudaux, etc., gravées à l'eau-forte par Boillot, Bracquemond, Champollion, Courtry, Gaujean, Géry-Bichard, Muller, etc.

UN DES 50 EXEMPLAIRES DE TÊTE SUR JAPON, CELUI-CI PORTANT LE N°3, contenant 4 états des planches hors texte, dont l'eau forte pure avec remarques d'artiste, l'avant-lettre, l'eau-forte avec la lettre, et l'épreuve sur satin (sauf ces dernières pour Notre-Dame de Paris) et enfin le tirage à part en noir de toutes les vignettes.


Il contient en outre les six fascicules réservés aux souscripteurs de l'édition de luxe, reliés dans un 45e volume : La Vie de Victor Hugo, par Louis Ulbach, 1886-1888 ; et Victor Hugo, homme politique, par Camille Pelletan, 1891-1897.

Ce dernier volume, imprimé sur Chine, renferme un portrait sur satin par Devéria, un en 2 états par Didier et un autre tiré en chromolithographie. Il est orné de 20 eaux fortes dont 10 avant la lettre, de 19 feuillets de fac-similés d'écriture et enfin de 36 gravures hors texte.


CET EXEMPLAIRE EST LE SEUL PORTANT LA SIGNATURE DE MEUNIER gravée dans le cuir ciselé de chacun des plats, et celle en tant que relieur en lettres dorées dans la doublure.
Il EST EN PARFAIT ÉTAT DE CONSERVATION.

On connaît deux autres exemplaires de la même édition, également reliés par Charles Meunier et ornés de cuirs incisés : celui des libraires lyonnais Bernoux, Cumin et Masson, portant probablement le n°1 (dont les plats sont reproduits dans le 5ème album de reliures de Meunier publié en 1902 et sont strictement différents de ceux de l'exemplaire proposé).
Il fut présenté à l'Exposition Universelle de 1900 et vendu pour la somme de 100.000 Francs or (de nos jours 250.000 Euros).

Un autre, de la bibliothèque d'un amateur lillois Hector Franchomme, mentionné dans l'ouvrage d'Anne Osmont consacré à Meunier (1937), dont les cuirs ciselés se différencient du tout au tout, au point de vue décoratif, des reliures précédemment citées [de l'exemplaire Bernoux, Cumin, Masson]. Ces deux exemplaires ne portaient aucune signature sur les plats.

Cette œuvre témoigne du talent de Meunier, qui fut le seul relieur à entreprendre la décoration d'un ensemble aussi monumental que celui-ci en créant 90 décors emblématiques, tous aussi remarquables les uns que les autres, et d'une parfaite exécution.

CHARLES MEUNIER, PRÉCURSEUR DE LA DÉCORATION SYMBOLIQUE CISELÉE, NOUS OFFRE ICI UNE RÉALISATION MAGISTRALE.


Références :

BERALDI (Henri). La Reliure du XIXe siècle.
Paris, L. Conquet, 1895-1897. Pp. 102-106.

CRAUZAT (E. de) La Reliure française de 1900 à 1925.
Paris, Kieffer, 1932.
Tome I, pp. 35-44.

DEVAUCHELLE (Roger).
La Reliure en France de ses origines à nos jours.
Paris, Rousseau-Girard, 1961.
Tome III, pp. 85-104.

FLETY (Julien). Dictionnaire des relieurs français ayant exercé de 1800 à nos jours. Technorama, 1988. Pp. 128-129.

OSMONT (Anne). Charles Meunier. Relieur, éditeur, imprimeur.
Paris, Cercle Grolier, 1937.

MEUNIER (Ch.) :
Album de 90 plats de reliures d'art composées et exécutées pour ornementer les 43 volumes de l'Edition Nationale de Victor Hugo. P. Maison du livre, 1902.

VICAIRE :
Manuel de l'amateur de livres du XIX°, Tome 4, pp. 420-432.

CARTERET :
Trésor du bibliophile, Tome III, p.310

Ça fait rêver non ?

Je serai curieux de connaitre le prix d'adjudication de cette magnifique série, hélas hors de portée de bien des bourses de bibliophiles.

Je vous laisse donner votre avis sur la notion de "livre important", ça nous intéresse tous !

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

22 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Je n'aime pas du tout ces reliures pour "nouveaux riches" : on dirait du Jean de Bonnot ...

Anonyme a dit…

je partage tout à fait l'avis du Bibliophile Rhemus. C'est triste de voir une telle virtuosité technique et tant d'heures passées pour un résultat aussi laid, tout au moins à mon goût!
Patrick C.

Raoul Viergerie a dit…

Je trouve cela parfaitement ignoble.A vomir. D'ailleurs il me semble que l évaluation de seulement 1 000 € par reliure reflète la gêne de l'expert devant ce monument de mauvais gout.

Anonyme a dit…

Bonjour,
pour repondre à votre question: qu'est qu'un livre important?
Si on part de la définition de qu'est ce qu'un livre = 3 critéres
Le support, la volonté de diffusion des connaissances et la maniabilité. Voici le début de mon cours, il y a 15 ans.

Partant de cette définition, à par la pierre, tout ce qui est digne de notre intêret est important, dans le cadre d'une connaissance.

Si en plus, c'est beau et bien executé ou bien d'autres critéres, selon la subjectivité des critéres de chacun, cela laisse un champs de possibilité.(livre, papier, brut, finement relié, epad etc...)

Les livres de Meunier ne sont pas forcément de bon gôut, mais de là à les comparer à JDB... Qui fait du bradel et Meunier de la bonne grosse reliure efficace, à la mode de l'époque.

De toute façon les matériaux ne sont plus les mêmes, la technique, rien n'est pareil.

En ce qui me concerne pour donner un avis plus perso, puisque c'est le propos. Ces reliures sont remarquables par la diversité des propositions pour les plats, qui 90 ans aprés, sont en là.

le livre le plus important , c'est celui que j'ai relié pour quelqu'un qui se reconnaîtra: "Secrets merveilleux pour la guérison des chevaux 1744"
écrit à la main par un maréchal ferrant avec, entre autre, une recette à base de poudre à canon pour guérir son cheval.
Mélange ésotérique et médical de l'époque... Absolument dans son jus.
Demi veau plats velin.
j'ai mis du temps à le faire. Le doreur se rappellera pourquoi, aussi.
Bonne journée
Bon weekend
Sandrine.

Bertrand a dit…

Diantre ! Le bibliophile moderne est sévère ! Il faut au moins reconnaître qu'il y a à peu près autant à voir entre ces reliures d'art exécutées artisanalement et artistiquement (même si l'on n'aime pas - je déteste Chagall et pourtant hein...) et les reliures JDB, qu'entre une Ferrari et une 2CV mal maquillée, non ?

Les reliures de Charles Meunier sont de belles reliures du point de vue technique et particulières à l'époque fin de siècle début XXe ... dans la continuation des Marius Michel et Cie.

Maintenant, doit-on préférer une reliure de Monique Mathieu ou de Jean de Gonet ? Je suis bien embarrassé pour répondre.

Pour info j'ai eu en mains une reliure de Legrain et de Paul Bonet, l'exécution technique, dans les deux cas, était bien loin d'être parfaite. Pour des reliures se négociant, sur à peu près n'importe quel bon texte, plusieurs dizaines de milliers d'euros... J'ai également eu des reliures de Meunier en mains, l’exécution est parfaire, et cela me suffit à dire que c'était un grand relieur.

J'aimerais savoir le nombre d'heures de travail que Charles Meunier a passé pour réaliser l'ensemble de ces 45 volumes ? Je dirais bien plus d'une centaine d'heures par volume, soit plusieurs milliers d'heures, sans doute une année entière consacrée à ce travail à temps plein. Rien que cela mérite le respect.

Ce n'est que mon avis mais je le partage, et c'est déjà beaucoup.

Sur ce je m'en vais voir si dame fario vient moucher sur l'heure dans une petite rivière magique aux eaux cristallines, appelée Laignes, tout près de la Seine... la vraie Seine... celle qui coule tout près de chez moi... comme un gros ruisseau...

B.

Anonyme a dit…

Cet Hugo, c'est un livre important certes mais un peu comme un Monsieur qui se donne un "air important"... Il est vrai que cela fait assez nouveau riche. Meunier n'est pas à la mode, comme les commodes Louis XV, cela reviendra probablement!

Bertrand a dit…

Oui cher Anonyme, je crois qu'en bibliophilie comme en tout, la mode fait beaucoup. Mais comme je n'aime pas les effets de mode, j'essaye de juger de manière "technique" ces reliures plutôt que d'une manière "esthétique". Et techniquement, comme Marius Michel, Noulhac, etc., c'est beau ! Pour le reste il y a bien des choses à la mode et très moches mais c'est subjectif.

Je vais essayer de pêcher sereinement en réfléchissant à tout cela. (sourire)

B.

Bertrand a dit…

@Raoul : vous qui affectionnez les livres de gaudriole (tout comme moi dans une mesure plus réduite), que pensez-vous des reliures parlantes dans le domaine qu'ont réalisé des Lortic ou des Marius Michel, reliures avec attributs, disons, pour le moins évocateurs de la chose. Vous aimez ? Ou vous trouvez aussi que cela fait nouveau riche ? (sourire)

Je pense notamment aux reliures de ce type qu'on retrouve dans les ventes de Gérard Nordmann.

Votre avis m'intéresse.

B.

Anonyme a dit…

ATTENTION, Affaires en perspectives pour les commentateurs du bimo
Échange ouvrage divinement relie chez bonnet contre reliure désastreuse de Meunier
Contacter Bertrand qui fera suivre
Éric

Anonyme a dit…

Chez Bonnot, bien sur.
Éric

Anonyme a dit…

La technique, parlons en... je suis bien placée pour en parler, vu ma pratique quotidienne.
Les cartons... chers mais même cher plus aussi raide que les cartons utilisés par la génération Marius, Meunier Ect...

les colles... rapides, le bibliophile veut tout tout de suite parce qu'il paye.
Fini les colles de pâte, qui mettaient 10 heures à secher et auxquelles on rajoutait du formol en guise d'insecticide, contre les chenilles et autres coléoptéres.

les fils de lin et de chanvre qu'on ferait meiux de fumer tellemnt ils cassent à tout va et sont trés grossiers. Même cher, ces matériaux subissent la mondialisation, qui plus est radioactive maintenant!

Et les cuirs, les toiles à 2 balles, qui deteingnent et j'en passe et des meilleurs...

Bon j'arrête là, le petage de plomb.

la technique? Hein!

Il faudrait comparer ce qui est comparable.

Bien à vous;

sandrine, qui a tenu un corps d'ouvrage de Marius Michel dans les mains parfaitement réalisé et qui s'entend dire ceci ou cela sur les livres... n'importe quoi.
Oui mais pas trop cher sinon je vais alleurs parce que vous travaillez bien mais... il y a un plus jeune qui a besoin de manger et qui casse les prix ou, carrement un plus vieux qui travaille diviniment pas cher au club de reliure de l'université du temps libre.
parlez moi encore de la technique aprés avoir pratiquer pendant 10 ans de descente vers le médiocre.

La plupart des Artisans que je connais de nom... Sont prof à côté ou moine, ou ont d'autres sources de revenus;
il y a -t-il un jour ou vous alleez comprendre que la technique de papa est parti avec le recyclage et la mondialisation... Plus le temps de fignoler pour être rentable.

Donc les heures passées à faire ces reliures sont à la hauteur de la technique, parfaites; le décor... Question de mode.
Franchement, les reliures à décor moderne, abstaites sont souvent dûes à L'habilité de l'OUVRIER doreur qui doit adapter le decor ou la maquette foireuse du concepteur.
A bon entendeur, salut.

Anonyme a dit…

Pour être relieur en plus de la pratique, comme pour être doreur, il faut un CAP;
Pour avoir du goût, cela se cultive et s'apprend.
Pour être artiste, il faut avoir une un ego plus fort que les autres. et des copains bien placés.

cette fois c'est sur. Bon wwekend.
Sandrine.

Pierre a dit…

Très difficile de dire quel livre est important pour un libraire qui sait que son attention est détournée chaque jour par une nouvelle acquisition.

Par contre, il sait qu'il est important qu'il vende des livres pour en acquérir d'autres ;-)) Pierre

Bertrand a dit…

Personne n'a donc suivi cette vente qui nous lit ? Personne ne connait le prix d'adjudication de ces reliures "horribles" ?

B.

calamar a dit…

"on" m'a dit aujourd'hui plus de 100 000 euros.

Bertrand a dit…

Si je me faisais marchand de tapis je dirais que finalement cela ne fait guère plus de 2.200 euros le volume... (sourire)

B.

SVV au chômage a dit…

Je suis du même avis de Bertrand, pour avoir tenu des reliures de Bonet et Meunier, la différence est flagrante.

La mode n'est pas à ces reliures, mais la dextérité de Meunier ne mérite pas ce genre de commentaires.
C'est exactement comme comparer une Dacia et une Jaguar.
L'une est fabriqué industriellement, l'autre façonné à la main. Juste ce point mérite une estimation et un prix au marteau conséquent.

Anonyme a dit…

"Personne n'a donc suivi cette vente qui nous lit ? " demande BHR.

si bien sur, j'étais parmi les quelques lyonnais présents, mais sans espoir en regard de ce tapageur exemplaire : il a été adjugé 135 K€, soit avec les frais 163.490 euros, le prix d'une belle bibliothèque il me semble ....
Mais peut-être que l'acheteur, à défaut de bon goût selon certains d'entre vous, manquait également de place ...

Bertrand a dit…

163.490 euros frais compris donc. Merci Anonyme !

Cela ne me choque pas. Si j'en avais les moyens je pense que j'aurais fais la dépense. Que dire comparé aux 96.000 euros du petit volume de Madame Bovary avec un faux-titre et un titre en moins... ?? Oui c'est vrai, quel volume !!

B.

Textor a dit…

Un livre cher est un livre que beaucoup d'amateurs souhaitent posséder ce qui fait monter les prix. Malgré vos commentaires, il doit y avoir de amateurs de ce genre de chose.

Mais un livre important pour moi n'est pas forcément un livre cher, c'est plutot un livre qui m'est cher, qui est attachant, peut-être rare ...ou pas mais qui fait sens avec le reste de ma collection.

J'ai acquis ce weekend un petit libellus parisien de 1505, avec une belle gravure, d'un imprimeur encore inconnu, cela suffit pour en faire un livre important à mes yeux.

Textor

Anonyme a dit…

Heureusement que personne ne tient compte des avis "tranchés" du Bibliophile Rhemus, de Patrick C. et de Raoul Viergerie.
Ouf le monde du bon goût ne tourne pas autour d'eux!!!!
Guillaume

Bertrand a dit…

Même le Figaro en parle...

http://www.lefigaro.fr/livres/2011/04/06/03005-20110406ARTFIG00698-tresors-pour-bibliophiles.php

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...