vendredi 16 avril 2010

Irez-vous au salon du livre ancien et de l'estampe au Grand Palais en avril prochain ?



Telle était la question que je vous posais au cours du dernier mois. Avril, nous y sommes ! Et le salon du livre ancien et de l'estampe ouvrira officiellement ses portes au public demain matin.

Voyons ce que vous nous avez répondu.

Vous avez été 95 courageux à voter et à vous exprimer sur cette question. Voici le récapitulatif des réponses.

Vous avez été 39/95 à déclarer que vous y alliez tous les ans, soit 41% des réponses.

Vous avez été 7/95 à déclarer que vous iriez cette année mais que n'y étiez pas allé l'an passé, soit 7% des réponses.

Vous avez été 7/95 à déclarer que ce serait cette année la première fois que vous iriez, soit 7% des réponses.

A contrario, vous avez été 8/95 à déclarer que vous n'iriez pas car l'ambiance de ce salon ne vous convenait pas, soit 8% des réponses.

De même, vous avez été seulement 3/95 à déclarer ne pouvoir vous y rendre bien qu'habitant tout près, soit 3% des réponses.

Enfin, et c'est peut-être l'enseignement à tirer de ce petit sondage, vous avez été 31/95 soit près de 32% des réponses, à déclarer que vous ne pourriez vous y rendre car habitant trop loin de Paris.

Petite analyse rapide. Au cours des trois jours du salon du livre au Grand Palais à Paris il y aura au moins 53 lecteurs du Bibliomane moderne dans les travées. 8 lecteurs du Bibliomane moderne préfèrent rester chez eux car ils n'aiment pas, c'est leur droit. 3 personnes seront frustrées de ne pouvoir y aller bien qu'habitant à deux pas (impossibilités liées au travail, obligations familiales, etc.). 31 lecteurs du Bibliomane moderne, disséminés en province et loin d'une gare TGV resteront chez eux.

Le monde de la bibliophilie "de salon" montre bien ici la scission qui existe entre Paris et la Province. Tout n'est pas encore si simple qu'on voudrait nous le faire croire pour pouvoir profiter de tout. La téléportation ultra-rapide n'existant pas encore...

Mais que ceux qui ne peuvent se déplacer se rassurent. Le Bibliomane moderne part en éclaireur et vous rapportera une belle collection de photographies, mini-reportage du salon du livre ancien 2010.

PS : Ceux qui voudraient constater de visu que le Bibliomane moderne est systématiquement mal rasé peuvent le contacter samedi de 11h30 à 17h sur son iPhone dernier cri (il faut savoir céder aux sirènes du modernisme... 06 79 90 96 36 ... ce numéro reste évidemment ouvert aux blondes à fortes poitrines... bibliophiles cela va sans dire ... arghhh... encore ce maudit printemps...)

PS bis : Je tiens à préciser urbi et orbi que mon espousée est informée des moindres écrits qui se diffusent ici...

Bonne nuit,
Bertrand

36 commentaires:

Textor a dit…

Bertrand, Vous nous distribuerez des badges "Bibliomane Moderne" à l'entrée pour que les 53 bibliomaniaques se saluent en se croisant dans les couloirs.

Pierre a dit…

Le fait d'avoir une gare TGV près de chez soi ne garantira pas que des trains y circulent, aujourd'hui...

L'exploitation d'une classe laborieuse et en voie de paupérisation à la S.N.C.F est un scandale auquel il faut mettre fin, s'il le faut par le travail.

Pierre

Textor a dit…

Pour convaincre les derniers indécis de faire le voyage, je suis allé faire un peu de repérage au salon, pour le compte du Bibliomane Moderne.

C’est un salon qui tient ses promesses ; de très belles choses sur la moquette rouge, des opportunités d’achat à prix étudié sur la moquette verte…
Pour 45 000 € vous pourrez même emporter une feuille imprimée par Gutenberg.

Ne manquez pas chez Proyart, l’impression lyonnaise d’un inconnu : Jehan Rousset, qui est la source véritable de l’Esope de Caxton, imprimé en 1484, des bois magnifiques dans cet exemplaire unique, malheureusement mutilé.
L’Esprit d’Helvetius, exemplaire de Beraldi, est là, prêt à repartir avec vous.
Les amateurs d’écorchés seront ravis aussi. Il y en a partout.

Enfin, pour les provinciaux qui voudraient économiser une nuit d’hôtel, je vous conseille de venir (seul évidemment) avec une invitation pour deux, de repérer une blonde pulpeuse faisant la queue au guichet, de lui proposer d’entrer gratuitement. Eperdue de reconnaissance, elle vous offrira l’hébergement.
T

Bertrand a dit…

Sortez ces incunables à grandes marges de vos poches Textor !

Est-ce digne d'un haut bibliophile de fouler du pied avant ses amis un sol si familier ?

PS : Vous n'avez aucune idée de la toxicité de la Poire de Bourgogne en guise de digestif les vendredi midi...

B.

Vincent P. a dit…

Cette feuille de LA bible était affichée 65.000 USD à New-York (48.000 euros). Elle est donc restée chez le libraire, étonnant non?

Vincent P.

Textor a dit…

Pas d'inquiétude, Bertrand, je vous ai laissé les meilleurs ouvrages, ne prélevant qu'un incunables sur deux !

Renaud a dit…

A defaut de rentrer avec une brune, je reviens du salon avec une prune pour avoir eu l'imprudence de garer mon scooter devant le grand palais. Une bonne vingtaine de 2 roues ont eu la meme surprise que moi a leur sortie du salon...

Pour rester grincheux, je ne partage pas l'enthousiasme de Textor pour l'evenement...

1. TRES CHERS pour qui frequente un tant soit peu les salles de ventes. La plupart des stands se plaignaient de 'bricoler'... on se demande pourquoi!

2. TRES FRANCAIS voire tres parisien (la majorite des stands sans doute)... La brune aux allures de Dita Von Teese avait l'air bien seule chez Peter Harrington... et c'etait pas faute d'avoir trimballe son Montaigne de chez langelier depuis la gare du nord!

3. TRES ENNUYEUX! Combien de Paul Jammes pour combien de Pierre Saunier?? Cela dit, le premier ayant l'avantage sur le second de ne pas faire payer son catalogue! Quelqu'un a dit Sourget??

A l'heure du bilan, le SLAM pourra toujours se demander si il n'y avait pas un brin d'ironie a ce qu'un pauvre libraire sans pas de porte installe a la goutte d'or fasse l'evenement... pour avoir achete un vieil album de photos sur une vulgaire brocante de village... et sans doute pour le prix d'un cafe+coca a la buvette du grand palais (et essayez de demander un verre d'eau pour voir)

Textor a dit…

Renaud, vous n'étiez visiblement pas dans un bon jour !

Le prix dépend de ce qu'on cherche, certes les manuscrits enluminés sont chers. Pour le coté international, les libraires parisiens sont là mais j'ai aussi rencontré des libraires espagnols, italiens, hollandais, allemands etc.

Il est vrai que la crise a du avoir un effet sur la distribution des catalogues, on m'en a assez peu offert.

Mais il faut revenir !

Lauverjat a dit…

Petit décompte rapide des exposants:
Allemagne: 4
Argentine: 1
Autriche: 1
Espagne: 3
Etats-Unis: 7
France : Paris: 65 et ailleurs : 31
Royaume Uni : 4
Italie : 3
Pays-Bas : 4
Suède: 1
Suisse : 4
Parisien certes et cher souvent, mais combien de merveilles! Par exemple, dîtes-moi où, en un même lieu on peut contempler autant de manuscrits enluminés? Pour cela seulement le salon mérite déjà le voyage.

Lauverjat

Anonyme a dit…

Oui TRES Français, et pour cause ; les libraires étrangers n'ont pas eu tous le temps de (re)faire leurs malles... (http://le-bibliomane.blogspot.com/2010/04/le-new-york-antiquarian-book-fair-comme.html)
dédé la sardine.

Bertrand a dit…

Promis je vous donnerai dès demain soir mon sentiment vrai de bourguignon en vadrouille au Grand Palais.

B.

Raoul Viergerie a dit…

Il faut y aller, ne serait-ce que pour y voir la brune aux allures de Dita Von Teese chez Peter Harrington, tout a fait bandante (élue bombasse du salon 2010 sans hésitation). Mais attention à ne pas en perdre la tête, vous repartiriez de son stand avec un Ulysse à 290 000 €, voir pire (le tapuscrit à 700 000 €).

JB Proyart présente une sélection époustouflante. Non seulement des incunables stratosphériques mais aussi les lettres manuscrites de Marie Thérèse conseillant sa fille pour sa « nuit de noces »…

Le catalogue Sourget est à 100 euros, comme d’hab.

Moins de belles choses que d’habitude, il me semble, mis à part les quelques stands hors du lot (Chamonal, Vrain, Sourget, Proyart, Reeds) ; le reste de niveaux plutôt moyen. Cependant j’ai constaté le soir du vernissage plusieurs transactions entre 1 000 et 5 000 €.

Cependant une sélection photo de plus en plus intéressante (notamment la succession Harry Lunn, qui écrase le reste), et une partie dessins et estampes beaucoup mieux achalandée que par le passé.

A Renaud : Jacques Desse un « pauvre libraire sans pas de porte » ? : une boutique aux Puces, une autre dans son hôtel particulier dans le XVIIIe, une boutique encore en province….des spécialités où il est très bon (livres d’enfants, livres à système, livres homosexuels)…votre définition hautaine et méprisante du pauvre libraire me laisse un peu perplexe. S’il fait l’événement ce n’est pas pour avoir acheté une photo dans une brocante, c’est pour l’avoir comprise et identifiée après une très longue enquête. Photo qui a été vendue, d’ailleurs.

Vincent P. a dit…

D'accord avec vous Raoul: Jacques Desse pauvre libraire c'est à se tordre de rire. D'ailleurs tous les ans il expose à New-York et ailleurs.

A combien a été vendue la photo?

Quant au reproche du salon d'être franco-français, voire parisien, c'est un fait mais aux USA ce sont des salons essentiellement américains, logique donc.

Personnellement je n'y vais pas car l'ambiance de Grand Palais me déplaît, question de goût.

Bonne ballade Bertrand!!

Vincent P.

Bertrand a dit…

Le réveil a sonné à 5h ! (c'est dur pour un gars pas habitué à ça...).

Je ne suis pas encore dans mon train... Grâce à mon joujou télécommunicant 3GS je vous tiendrai informé en temps réel et presque toutes les heures de ma position GPS ! Promis, dès que j'atteins le stand de Rita ... je vous l'dis (ça y est maintenant que vous m'avez mis ça en tête, c'est devenu mon objectif premier du salon 2010 ! c'est malin !). Sinon, si je me souviens bien j'avais assisté à une conférence de M. Desse l'année passée (sur le sondage fait par le SLAM sur les bibliophiles etc). Ce Monsieur ne m'avait pas fait l'impression, comment dire..., d'un libraire de province...

C'est vrai qu'on aimerait en savoir plus sur la vente de cette photo ? Peut-être pourrais vous en dire plus ce soir après quelques bruits de couloir.

5h30 : Préparation du barda. Pelle pliante. Lampe frontale. Cirage noir pour le visage. Rangers.

Prochain flash vers 6h30... si je suis dans mon train potentiel n°1 (j'ai une solution B à 7h30 au cas où...)

Les grévistes cheminots et néanmoins camarades ne m'auront pas aussi facilement un jour comme celui-ci.

Et les volcans n'ont qu'à bien se tenir ! Qu'on se le dise !

B.

Anonyme a dit…

Flash spécial : apparemment j'aurai bien un train mais dix minutes de retard annoncées au départ de ma petite gare bourguignotte. Prochain flash dans une heure...
B.

Anonyme a dit…

Flash spécial : je suis dans le train pour Paris. Normalement si aucun deraillement intempestif ne vient troubler ce délicieux voyage... Je serai dans la capitale vers 9h. Pour l'heure je vais dormir un peu en rêvant a quelque bel Elzevier relie par Trautz. B.

Anonyme a dit…

Flaash spécial: bien arrive a Lutece. B.

Vincent P. a dit…

Bravo Bertrand!
Vincent P.

Textor a dit…

Bertrand, j'espère que vous n'avez pas oublié votre appareil photo, nous préferons avoir Rita sur la partie gauche de la page d'accueil plutôt que cette caricature faisant la promo du 'livre des visages'

Renaud a dit…

Rien contre Jacques Desse ou Alban Causse : je n'attaquais ni leur competence ni leur caractere mais soulignais juste l'ironie qu'il y avait a voir le SLAM communiquer sur une trouvaille qui releve plus du hasard, voire de la chine, que de la librairie.

Vincent, content de vous avoir fait rire. Je doute que M. Desse vous dise a combien s'est vendue la photo des lors qu'il se refuse encore a dire ou il l'a achetée. Surement l'objet d'une autre enquete... Rendez-vous dans 2 ans !

vincent P. a dit…

Renaud, j'espère ne pas vous avoir offusqué avec cette expression. Mais c'est vrai que si beaucoup de petits libraires "vivotent", ce n'est guère le cas de celui-ci.
Pour le prix si c'est un achat de l'état on saura bien un jour ou l'autre...

Vincent P.

Anonyme a dit…

Flash spécial: Gare de Bercy. Retour bredouille mais très heureux d'avoir été une fois encore en excellente compagnie. A ce soir tard pour mes impressions sur le cru 2010. B.

Anonyme a dit…

Flash spécial: mauvaise nouvelle! Une heure de retard au départ de Bercy... Je ne suis pas rentré... B.

Anonyme a dit…

Flash spécial : Le sort c'est acharné ! Finalement le train est arrivé en gare de Bercy...avec 1h de retard... Plus de 2.000 personnes sur le quai tels des sauvages assoiffés, se précipitant dans le train... enfin une place assise... je commence à feuilleter les catalogues collectés au Grand Palais... train toujours à l'arrêt... 15 min... 30 min... 50 min... on nous apprend que la locomotive est HS... le train ne repartira pas... on ne nous annonce rien... 1 heure plus tard... on nous dit qu'un train va venir nous prendre en charge... puis finalement on nous annonce qu'il est aussi en panne... on attend... on nous dit que des bus vont venir prendre en charge les passagers pour les acheminer dans les gares de destinations... 21h... rien... 23h15 je suis chez Eric autour d'un Coca-Cola !! Belle galère !

Pour les billets il faudra attendre demain... enfin peut-être ... s'il y a des trains...

Donc demain matin ce sera Brassens avec Eric.

Bonne soirée,

B.

Textor a dit…

Choses vues au Salon :
Un vieux bibliophile au regard lubrique s’approche d’une jeune hôtesse, plutôt mignonne, en poste devant le stand qui présentait la photo de Rimbaud.
Pour engager la conversation, il lui parle de cette photo puis lui dit « Avez-vous lu les poèmes de Rimbaud, au moins ? » Elle bredouille qu’elle ne les connaissait pas. Il lui rétorque : « On n’est pas sérieux quand on a 17 ans « Et puis : « Remarquez, moi j’ai 77 ans et je ne suis pas sérieux non plus ! »

Vincent P. a dit…

Pour la photo de Rimbaud déjà vendue voir l'article l'Express:

http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-photo-de-rimbaud-adulte-est-deja-vendue_885250.html

Un début de piste...

Vincent P.

Anonyme a dit…

Flash spécial : juste pour informations... Dimanche 15h30.... Je suis toujours coincé à la gare de Paris Bercy ... Et ça risque de durer.... Weekend maudit ... B.

Vincent P. a dit…

Courage Bertrand!!

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Va falloir aller te chercher ?

Bertrand a dit…

Flash spécial : Je suis rentré finalement hier soir... J'ai foulé mon cher sol bourguignon vers 20h seulement... moulu... vermoulu... tué !

J'avoue que le weekend n'a pas été de tout repos. Je reprends bientôt les manettes du Bibliomane moderne, pour l'heure j'ai un peu de rangement à faire et quelques affaires urgentes à régler.

Merci à tous ceux qui ont partager quelques moments avec moi ce samedi et dimanche.

Un merci tout à fait spécial à Eric qui m'a hébergé à la volée samedi soir...

Brassens nous aura finalement réservé quelques jolies surprises.

B.

Vincent P. a dit…

150.000 euros prix dévoilé à un confrère pour la photo de Rimbaud.

Vincent P.

Bertrand a dit…

Et l'acheteur ?

B.

Textor a dit…

Chut, je tiens à garder l'anonymat...

JD a dit…

Chers amis bibliophiles,

Vos commentaires sont bien sympathiques et je serai très heureux de vous inviter à boire une coupette de Dom Perignon à l'Hôtel Dassault (pratique : pas loin du Grand Palais), dès que j'aurai racheté Artcurial.

Bien à vous,

Jacques Desse

http://chezleslibrairesassocies.blogspot.com

Bertrand a dit…

Cher M. Desse,

c'est un réel plaisir de vous lire ici, vous n'avez pas pris le meilleur fil du Bibliomane moderne puisque celui-ci traite plutôt finalement de mes affres de ce weekend entre le salon au Grand Palais et les grèves à la SNCF...

Concernant votre belle découverte, j'ai pu, comme beaucoup, passer quelques instants ce weekend en compagnie virtuelle à Arthur Rimbaud, et je vous en remercie.

Merci, comme vous l'avez d'ailleurs si justement dis, d'avoir choisi de montrer cette photographie au public, plutôt que de l'avoir négocié en sous-mains en toute discrétion, ce que plus d'un aurait fait.

Evidemment, toutes les histoires d'argent, de collectionneur-acheteur, ne nous concernent pas, c'est votre affaire, la curiosité du bibliophile, vous le savez, va quelque fois là où le tabou le pousse... et c'est d'ailleurs sans doute cette même curiosité qui vous a vous-même permis de découvrir ce trésor au milieu de rien...

Comme je l'avais déjà écrit ici, le rôle du bibliophile et aussi du libraire d'ancien qui se reconnait aussi sous ce titre, c'est celui du fouilleur du Fumier d'Ennius.

Bravo ! Vous avez su en tirer des perles.

Merci pour votre commentaires et qui sait, peut-être vous prendrez-vous au jeu de suivre nos humbles contributions à la bibliophilie contemporaine, qui se nourrit de tout, du Grand Palais, de Brassens, et des petites brocantes. Et c'est très bien ainsi.

Bertrand,
Administrateur fondateur du
Bibliomane moderne

Textor a dit…

Voilà la preuve qu’on peut être un libraire richissime et avoir de l’humour ! :)

Merci Monsieur Desse pour cette expo magnifique que je suis allé voir 3 jours de suite !

Textor

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...