dimanche 4 avril 2010

Revue de presse rétrospective : L'incendie de la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain des Prés dans la nuit du 19 au 20 août 1794.


Ensemble du domaine de l'abbaye de Saint-Germain des Prés.
On voit l'emplacement de la bibliothèque avant 1640, qui était attenante au côté gauche de l'église (G sur le plan).


Le saviez-vous ?

Extrait du Bulletin du Bibliophile, année 1886.


A lire également :

Extrait de "Incendie de la bibliothèque de Saint-Germain-des-Prés en 1794."
in : Bibliothèque de l'école des chartes. 1927, tome 88. p. 387.


A lire en ligne "Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire, année 1866, Les anciennes bibliothèques de Paris, La bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain des Prés", partie I, pp. 174-190 et partie II, pp.328-345. Excellent article de fond, très documenté que je vous invite à lire et à relire, à imprimer même. C'est d'ailleurs si intéressant et si utile aux bibliophiles curieux de ce siècle que je vais essayer de réunir ces deux parties pour en faire un fichier PDF que je vous offrirai bientôt (en attendant vous pouvez vous reporter aux liens pour lire, il faut juste un peu chercher les bonnes pages que je vous ai indiqué...).


On voit l'emplacement de la bibliothèque en 1724, qui était dans un bâtiment derrière le cœur de l'église (I sur le plan).
C'est ce bâtiment qui a brûlé en 1794.

L'aile occidentale du cloître renfermait la bibliothèque de Saint-Germain des Prés, la plus considérable de Paris en ce temps-là, et qui était ouverte au public ; commencée par le P. du Breul, l'historien des Antiquités de Paris, elle avait reçu par dons testamentaires les bibliothèques du médecin Noël Vaillant, de l'abbé Baudran, de l'abbé Jean d'Estrées, de l'abbé Renaudot, du chancelier Séguier, du cardinal de Gesvres, du conseiller d'État de Harlay, et de M. de Coislin ; ensemble cent mille volumes imprimés et vingt mille manuscrits, qui ont été versés à la Bibliothèque nationale.
(http://www.paris-pittoresque.com/monuments/40-b.htm)


Je vous invite à lire au sujet de l'histoire de la bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain des Prés l'excellent article de H. Dufresne intitulé : Une vocation historique : Dom Germain Poirier. 1724-1803.

Plan du quartier et environs, en 1724.


J'en ai profité également pour ajouter quelques belles gravures extraites de l'ouvrage ancien le plus complet sur l'histoire de l'abbaye de Saint-Germain des Prés, à savoir l'Histoire de l'abbaye royale de Saint Germain des Prez contenant la vie des abbez qui l'ont gouvernée depuis sa fondation etc., enrichi de plans et figures, par Dom Jacques Bouillart, religieux bénédictin de la congrégation de Saint Maur. Monumental ouvrage de format in-folio (vous pouvez accéder au prospectus de l'édition publié dès 1722, petit document très intéressant pour la genèse de cette monumentale et couteuse entreprise éditoriale lancée sur le mode de la souscription), édité à Paris chez Grégoire Dupuis, rue Saint-Jacques, en 1724 (l'ouvrage n'a pas été numérisé à ma connaissance - si vous le trouvez n'hésitez pas à m'envoyer le lien par mail à bertrand.bibliomane@gmail.com). On admirera le soucis du détail des plans, des cartes, dressés en 1724. Aujourd'hui de l'ensemble des bâtiments de l'abbaye de Saint-Germain des Prés, ne reste plus qu'une partie de l'église.

Avec ce billet, vous avez sous les yeux toute ma méthodologie de travail de bibliophile-libraire. J'ai eu récemment à me préoccuper de ce sujet et voici comment d'un rien ou presque on peut arriver à s'intéresser à tant de choses connexes. La bibliophilie, selon moi, c'est ce monde connexe. Le livre finalement ne serait qu'un prétexte à voyager en esprit... loin... parfois très loin... pour finalement revenir... au livre !

Bon voyage...

Bon dimanche,
Bertrand

Notre ami Le Textor nous envoie cette belle gravure en guise de complément. Merci à lui.

Vue de l'abbaye, telle qu'elle était au XVIe, avec son enceinte de clôture.
(Tirée des Antiquités de Paris de Du Breuil)


7 commentaires:

Textor a dit…

On a du mal aujourd'hui lorqu'on passe en voiture sur le boulevard St Germain à s"imaginer que l'on passe sur l'enceinte de l'Abbaye. L'en droit devait être plus calme alors !

J'avais déja vu des gravures des batiments de l'Abbaye, mais je ne me souviens pas avoir rencontré de plan aussi détaillé. Cela donne une bonne idée de l'importance et du nombre des édifices, la cloture s'étendait jusqu"à l'actuelle place de Furstemberg et les rues avoisinantes.

Et vous auriez vu l'abbaye au 16ème s., c'était vraiment champëtre!

T

Textor a dit…

Curieux, tout de même, ce bibliothécaire qui se lamente sur la perte de son lit mais relate sans paraitre plus ému que cela la disparition de milliers d'ouvrage du 16 ème ...

Textor a dit…

Merci Bertrand pour l'ajout de cette gravure.

On remarque sur celle-ci, entre le mur d'enceinte et l'église, un bâtiment aux baies ogivales, dont le style, très proche du réfectoire des moines de l'abbaye de St Geneviève (qui existe toujours derrière le Panthéon) pourrait dater du 13ème siècle. Ce bâtiment n'apparait plus sur votre plan du 18ème s.

T

Bernard a dit…

Grand merci pour ce travail qui m'a beaucoup appris. Ces petites rues devaient être plus sympathiques que cette autoroute qu'est devenu le boulevard Saint Germain....
Bernard

Textor a dit…

Il faut aller voir les photos de Piaget, qui a fixé pour toujours la rue Sainte Marguerite et les rues avoisinantes avant la percée du boulevard, une vue montre l'entrée latérale de l'église, c'était tranquille Paris, alors...

Textor a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Textor a dit…

Tout en surveillant d'un oeil ce qui s'écrit sur la destinée des Rabutin, je cherche de l'autre à percer le mytère de cette gravure que je vous avais demandé d'ajouter au billet mais que je n'avais jamais regardée dans le détail.
[c'est d'ailleurs un comble que de voir mieux nos livres par le truchement de l'écran d'internet !!]

Bref, j'ai épuisé tous les sites montrant des cartes du quartier St Germain, et toutes les histoires de la construction de l'abbaye et je ne trouve rien qui désigne ce batiment gothique devant l'église.

De tout temps il y eut un cimetière à cet emplacement et point de batiment. Evidemment,si la gravure a été inversée, il pourrait s'agir de la chapelle de la Vierge, mais elle avait des pignons qui manquent ici et elle n'est pas dans cet axe, par rapport à l'église.

Mystère, donc ... ou fantaisie du graveur...

Textor

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...