lundi 19 avril 2010

Autres "Métamorphoses" ... Hendrik Goltzius (1558-1617)




Préambule que vous pouvez sauter sans hésitation :

Voilà, ca y est, j'y suis, Vercingétorix est dans mon dos ! Le retour de mon escapade parisienne a tourné au vinaigre à partir de samedi 19h... horaire prévu pour mon retour vers la Bourgogne... mais rien ! Le sort s'est acharné : grèves - panne de locomotrice - double-panne d'une autre - etc. J'ai donc fini par rejoindre Éric dans son antre et nous avons finalement improvisé une tournée au Parc Georges Brassens hier matin. Bien nous en a pris. Ce que je n'avais pas réussi à faire la veille au Grand Palais s'est concrétisé à Brassens. Trois bons achats un peu atypiques (deux manuscrits et un recueil de photographies anciennes) sont venus réchauffer mon moral un peu en berne. Nous avions regardé les horaires de trains sur internet... train de retour affiché à 14h20, tout devait aller comme prévu... sauf que, arrivé à la gare de Bercy, le train de 14h20 s'est avéré être une élucubration d'internet aux dires du guichetier... il me fallut attendre le train de 17h20 (3 heures de lectures des catalogues des libraires du Grand Palais... je crois que je les connais presque par cœur maintenant...), arrivée en vue de Vercingétorix à 20h (eh oui... TER... arrêt à toutes les gares... les TGV étant tous complets...). Beau weekend donc, soleil agréable, compagnie sympathiques de quelques Bibliomanes modernes et de quelques Bibliophiles, une vague impression d'avoir passé quelques heures superflues sur des sièges inconfortables... mais on oublie vite.

Billet du jour :

Passons à de nouvelles choses plus réjouissantes. Je rentre juste et notre ami René de BIC m'envoie bien à propos quelques images des Métamorphoses tirées de deux suites de Hendrik Goltzius (1558-1617), dessinateur et graveur maniériste hollandais. Chacune de ces suites comporte 20 gravures signées sur les feuillets de titre et datées 1589 et 1590. Les dessins du Maître furent gravés par ses disciples et imprimés dans son atelier de Harlem.

René nous écrit : " Malheureusement mon exemplaire est incomplet de 4 planches mais comporte 6 planches supplémentaires de Robbertus de Baudous, à la manière de Goltzius, datées 1615. Si quelque lecteur du Blog peut fournir des renseignements complémentaires concernant ces gravures je le remercie par avance."







Un grand merci René pour ces très belles illustrations qui viennent agréablement compléter le billet de Textor sur son Virgil Solis.

De mon côté je vous prépare quelques photographies rétrospectives du Salon du Livre ancien au Grand Palais.

Bonne semaine,
Bertrand

12 commentaires:

Bertrand a dit…

Un grand merci René pour très beau billet illustré qui me permet de reprendre pied en ce début de semaine agité.

N'hésitez pas à nous envoyer d'autres choses du même tonneau !

B.

Textor a dit…

Bertrand, nous sommes heureux de vous savoir rentré dans votre Bourgogne.

Ces gravures (sur cuivre ?) sont interessantes car elles semblent directement inspirées des bois de Virgil Solis ( je dis cela de mémoire car je n'ai pas l'ouvrage devant les yeux mais je vais contrôler la chose dès ce soir )

Dans leur style, elles font déjà très "17ème siècle".

bel ouvrage - Merci René

T

Anonyme a dit…

Les gravures sont bien des "cuivre", on distingue la cuvette sur les photos. Personnellement j'ai tendance à préférer les bois et surtout les bois de fil. Question de goût, ça ne s'explique pas je crois.

René

Textor a dit…

Bonsoir René,

J'ai repris mon petit Ovide (que je consulte décidemment beaucoup depuis quelques jours !!). La filiation est évidente quand on peut comparer les gravures que vous présentez avec celles correspondantes dans la suite de Virgil Solis.

Le site un peu fouillis de l’Université de Virginie le mentionne : Goltzius est un célèbre graveur maniériste hollandais qui permit une popularisation du style italien par ses illustrations des livres classiques, notamment ici les Métamorphoses d'Ovide. Dans Persée délivrant Andromède que vous devez avoir dans votre ouvrage , il fut inspiré par la célèbre toile du Titien, qui lui même s’était inspiré de la figure de Solis (fig 4 de ma présentation) et il repris la composition pour sa gravure, permettant une large diffusion du modèle. Notez la forme en "S" du corps torturé d'Andromède, caractéristique maniériste, déjà présente dans la gravure de Virgil Solis.

Dans Lycaon changé en Loup (fig 8 Liv I de l’ed. de 1563) la composition est identique, sauf que le personnage de gauche est assis sous un portique et non sous une tente, tandis que la représentation du Chaos (la création du Monde fig 1 Liv I) s’en éloigne davantage.

Amusant tous ces emprunts entre artistes.

Textor

Textor a dit…

Je corrige, il s'agit d'un dais et non pas d'une tente.

Par ailleurs, je n'avais pas vu que vous pouviez comparer directement Cadmus et le Dragon, avec la même représentation de Vigil Solis ( Fig 13)

T

Anonyme a dit…

Titien ne peut pas avoir été influencé par Solis, son Andromède est datée de 1559, tout au moins par Panofsky (le papa de l'iconologie). Le tableau soumis aux rayons x a révélé un état antérieur, qu'on situe (ou qu'on situait du temps de Panofsky) à la date de 1554, et où les bras ne présentaient pas cette torsion en S : Panofsky a émis cette hypothèse que l'image produite par Salomon est tombée entre les mains du Titien, qui a alors éprouvé le besoin de rectifier son tableau.

Il me semble avoir lu dans Sharrat (qui a publié un peu après 2000 une thèse sur Salomon, chez Droz) que les dates, depuis Panofsky, ont été revues, et que le sens de l'influence de l'un sur l'autre n'est plus aussi évident, d'où la tentation de faire l'hypothèse d'une source commune qui reste à découvrir. Sous toutes réserves : ma mémoire me joue souvent des tours...

Dryocolaptès (qui ne parvient toujours pas à poster de message autrement qu'en mode anonyme)

Textor a dit…

Là, je dois dire que je n'ai fait que reprendre l'information trouvé sur le site de l'University of Virginia, qui renvoit à ce lien
http://amweb.free.fr/andart/fr/txt/16_gravur.htm
Il y est dit que Titien s'inspira d'une gravure de Solis de 1550, et il est bien fait mention de la retouche exécutée par le Titien.

Du coup, cela devient compliqué, car 1550 c'est avant la suite publiée par B Salomon.

Et là le temps me manque pour chercher si des gravures de Solis sur le thème des Métamorphoses précédaient l'édition de 1563. Dans ce cas la période d'execution du cycle a été plus longue que je n'imaginais.

Textor

Anonyme a dit…

Bonjour Textor

Dans mon recueil, il semble que la gravure représentant Persée et Andromède soit manquante et je ne la trouve pas sur Internet.

Peut-être un des lecteurs du blog pourra-t-il nous venir en aide ?

René de BlC

Textor a dit…

Bonjour René,

Suivez le lien que j'ai donné dans mon précédent message, juste au dessus, et vous verrez la gravure dans la section sur Goltzius.

Bonne Journée

Textor

Anonyme a dit…

Pardon à René de passer cavalièrement par-dessus son message. Vous avez raison, Textor, tout cela est compliqué au possible !
Je trouve l'essai de Panofsky en espagnol en tapant dans Google les mots "Tiziano grabado Salomon 1557", premier site proposé, ouvert sur la bonne page (162).

Dans la foulée, jetez un coup d'oeil si vous avez un peu de temps au livre de Sharratt, dans Google livres, apparemment beaucoup de pages sont accessibles : je vous conseille de taper dans le même moteur de recherche "Tournes preface pirate", la 4ème proposition vous conduit au bouquin en question, ouvert sur une passionnante préface de De Tournes II, qui explique (on est en 1582) comment son père qui avait l'intention d'éditer une traduction complète et illustrée des Métamorphoses a commencé par engager l'artiste, puis, alors dit-il que le travail était bien engagé, il a confié le travail de traduction à un familier, dont il avait pour ainsi dire l'exclusivité, et qui malheureusement est mort en cours de route... D'où la publication de 1557 avec une "réduction", comme on disait à l'époque, du texte en épigrammes : en somme, faute de mieux, comme un pis-aller ou une solution d'attente.

Ce qui est intéressant dans l'histoire, c'est l'identification proposée par Sharratt, qui semble imparable, du traducteur maison avec Antoine du Moulin... lequel meurt en 1551. Du coup, cela signifie que le travail de dessin puis de taille de Salomon et de son équipe était sans doute en cours d'achèvement dès cette date-là. S'il y a une source à identifier pour l'Andromède qu'on retrouve après chez le Titien puis chez Solis, elle est antérieure à ce seuil.

Bon, tout ça pour dire que Sharratt donne un peu plus loin des références sur l'histoire de l'illustration des Métamorphoses, qui permettraient de se faire une idée plus précise de l'éventuelle activité de Solis en la matière avant le piratage de l'édition de Tournes : mais je crois que ni l'un ni l'autre n'avons le temps !

Et il n'y a rien là qui réponde aux questions de René. Je vous souhaite à tous une bonne journée.
Dryocolaptes

martin a dit…

2 (of 3) parts in one volume, oblong 2o (281 x 346mm). 40 engraved plates after Goltzius numbered 1-20 in each part, early issue without Visscher's name on the first plates of each part and with plate numbers on left side of caption only. (...) EARLY ISSUE OF A RARE WORK, without Visscher's name as publisher on the first plate of each part and before the addition of numbering on the right side of the caption running continuously from 1-40. The designs of all the plates are after Goltzius, and the first set of 20 plates were engraved in his workshop in 1589 and the second set was engraved the following year; a third set, comprising 12 plates with verses by G. Rijkius, was not issued until 1615 by Robert de Baudous. (...) Illustrated Bartsch III, 0302.31-70.

Anonyme a dit…

Un grand merçi à Martin.
J'avais bien pensé à Bartsch mais encore faut-il pouvoir le consulter. Je suppose qu'il ne donne pas de reproductions des planches ?

J'ai aussi pensé à Hollstein que je pourrai trouver à la Bibliothèque Albertine à Bxl.

J'avais bien consulté le lien de Textor mais la planche Persée et Andromède est fortement tronquée. Je voudrais pouvoir lire le numéro d'ordre de cette planche dans la série.

Encore merci à tous.

Les Métamorphoses on certes inspirés les artistes de toutes les époques. Maintenant que l'appât est lancé, on peut essayer de trouver les filiations.

René

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...