mercredi 14 avril 2010

Courrier des lecteurs : A propos d'un exemplaire du livre "Les hermaphrodites" de la "Society of the Middle Temple"


Voici en substance ce que nous écrit Renae Satterley, rare books librarian, de l'honorable "Society of the Middle Temple".

Cette bibliothèque possède un exemplaire du livre "Les Hermaphrodites" (accès au catalogue) auquel il manque la page de titre. L'ancien propriétaire de l'ouvrage a refait une nouvelle page de titre, basée sur celle d'origine, incluant le texte "je ne suis masle ny ...". Cependant quelqu'un d'autre a inscrit la date de 1601 et a écrit: "pour la folie de ? fait l'an de 1601".

Vous trouverez ci-dessous une photographie de la page de titre. Renae Satterley croit que ce sont deux mains différentes qui ont écrit sur la page de titre. Le texte principal a été écrit par Robert Ashley (1565-1641), fondateur de la bibliothèque, mais Renae Satterley ne reconnait pas l'autre main (pour la folie...). Renae Satterley ne comprend pas pourquoi la personne a écrit le texte additionel et la date de 1601.


Renae Satterley nous demande donc si quelqu'un a déjà vu une copie de ce livre avec la date de 1601 et un texte semblable?

Notre ami Vincent P. avait offert au Bibliomane moderne en septembre dernier un bel article à propos de cette édition sous le titre "Les Hermaphrodites", je suppose qu'il sera à même de nous en dire plus.

Merci d'avance pour les pistes et les réponses,

Bertrand pour Renae Satterley
Rare Books Librarian
The Honourable Society of the Middle Temple
http://www.middletemplelibrary.org.uk
r.satterley@middletemple.org.uk

32 commentaires:

Bertrand a dit…

Un grand merci à Renae Satterley de nous lire, en espérant que nous puissions lui apporter quelques éléments de réponse.

B.

Bertrand a dit…

Je ne suis pas certain qu'il faille lire "Pour la folie..." mais plutôt "pour la Foire..." ou "Pour la Foite" ??

B.

Textor a dit…

Je lis :"Pour la folle de baise"

Textor a dit…

C'est une dédicace à un ami ...

Bertrand a dit…

C'est le printemps ça Textor !

Un petit aspirine et au lit (seul).

B.

Bertrand a dit…

Oui mais ce qui est gênant ici Textor, c'est de dédicacer un ouvrage en 1601 alors que celui-ci n'a été imprimé pour la première fois qu'en 1605 d'après les bibliographes (édition sans date cependant...)

Vincent nous en dira plus, je connais mal cet ouvrage.

B.

Textor a dit…

Mon cher Bertrand, je n'interprétais pas le texte, je vous faisais simplement bénéficier de mes talents de paleographe. :)
Ce qui est sur, c'est qu'il n'y a pas de doute sur la date de 1601. C'est donc un pré-original, et pi c'est tout !

Vincent P. a dit…

Et personne ne s'interroge sur le fait que sans page de titre, le propriétaire a ajouté une page vierge mais pas une page blanche, pour y transcrire le titre.

En effet le mot « Hermaphrodites » n’est pas barré mais vient couvrir un ancien trait de la même encre que Lafoise de Baise (Lafoise est un nom propre qu’on retrouve sur internet).

Donc il me semble bien plus facile d’y voir l’emploi par le propiétaire d’une feuille déjà écrite : le papier coûte cher à cette époque ne l’oublions pas.

Vincent P.

Bertrand a dit…

Pas bête.

Mais moi pour refaire une page de titre cela ne me viendrait pas à l'idée d'utiliser un papier déjà écrit. Mais bon, c'est vrai que le 90g de chez Xerox est moins cher aujourd'hui qu'une rame de Grand Jésus du XVIe ou XVIIe siècle.

B.

Vincent P. a dit…

Oui mais ce brave collectionneur n'a pas fait dans la dentelle pour refaire la page de titre...
J'ai vu des frontispices refaits au trait, mais là ce n'est pas le cas.
Vincent P.

martin a dit…

la foile, la foule, mais lafoise? non.
debaise? non plus
aucune idée

martin a dit…

debuoir = devoir?

martin a dit…

pour la foile (foil, feuille) devoir [été] fait[e] l'an de 1601?

J'ai lu que d'après Bayle, ce livre serait de 1601.

martin a dit…

(1) Bayle, dans son Dictionnaire critique, au mot "Salmacis", écrit: "Elle (cette satire) n'a été imprimée qu'après la mort d'Henri III, car on trouve dans des mémoires manuscrits que cet ouvrage n'a paru qu'en 1601, qu'on le vendoit à un prix excessif, que le roy Henri IV se le fit lire et quoiqu'il le trouvât libre et trop hardi, il ne voulut pas qu'on en recherchât l'auteur [etc.]
(annotation dans: Curiosités de la Bibliographie Limousine, Limoges 1905, p. 173; merci pour la précision des métadates, messieurs google; pas envie de vérifier ou de chercher l'auteur)

Bertrand a dit…

Martin, martin, martin, mais où t'arrâteras-tu ? Les mystères de la bibliophilie n'en sont plus pour toi !! C'est même plus drôle.

Enfin, reste encore quelques incertitudes tout de même...

B.

Vincent P. a dit…

L’attribution à Artus Tomas repose sur Pierre de l’Etoile qui note dans son fameux journal à la date du lundi 11 avril 1605 :

« Le livre des Hermaphrodites fut imprimé et publié en même temps, et se voyoit à Paris en ce même mois, où on en fit passer l’envie aux curieux ausquels on le vendit jusqu’à deux écus, ne devant valoir que six sols, et en sçai un qui en paya autant à un libraire de Paris. Ce petit libelle (qui étoit assez bien fait), sous le nom de cette isle imaginaire, découvroit les mœurs et façons de faire impies et vicieuses de la cour, faisant clairement voir clairement que la France est maintenant le repaire et l’asyle de tout vice, volupté et impudence au lieu que jadis elle étoit une académie honorable et un séminaire de vertu. Le Roy le voulut voir, et se fit lire ; et encore qu’il le trouvât un peu libre et trop hardi, il se contenta néanmoins d’en apprendre le nom de l’auteur, qui étoit Artus Thomas, lequel, il ne voulut qu’on recherchât, faisant conscience, disoit-il, de fâcher un homme pour avoir dit la vérité ».

Cette note ressemble beaucoup à celle de Bayle non?

Vincent P.

rsatterley a dit…

Martin: Croyez-vous que le texte 'pour la foire/folie...' a été basé (surtout le date de 1601) sur le texte de Bayle?

Les livres de Ashley ont été donnés à Middle Temple en 1641, qui indique que le texte additionnelle, si basé sur Bayle, à été ajouté dans le 18ième siècle. Le bibliothèque a une copie de Bayle, mais seulement le traduction anglais de 1734-1741.

Vincent: En ce qui concerne la page vierge, la plupart des livres de Ashley contienne des 'end-leaves', ou des pages blanches additionnelle avant le page titre. J'ai vu au moins deux autres livres qui contiennent des notes sur les 'end-leaves'.

(Désolée pour mon français atroce!!)

martin a dit…

Dans la troisième édition, Rotterdam 1715, on lit, tome III, p. 497: "Il y a un livre intitulé l'Isle des Hermaphrodites nouvellement découverte [etc.]. C'est une satire assez ingenieuse de la Cour de Henri III." Rien de plus. Dans une édition de 1820 non plus.

Bien sûr que je peux me tromper complètement en lisant "pour la foile debuoir fait lan de 1601". Pas très français, "la feuille devoir fait"...

rsatterley a dit…

Ni dans la première édition de 1697. Le texte ne mentionne pas de tout le date de 1601. Je ne vois pas quelle édition que M. Gustave Clément-Simon a utilisé pour faire cet commentaire.

martin a dit…

Dans l'introduction de l'édition de 1996 de l'Isle des Hermaphrodites on lit tout simplement (p. 18): "Bayle propose 1601", sans aucune référence.
Bien possible que l'auteur s'appuie sur les Curiosités de M. Clément-Simon qu'il cite plusieurs fois ailleurs.

Vincent P. a dit…

Le seul commentaire contemporain reste celui de Pierre de l'Etoile daté du lundi 11 Avril 1605. Pas assez précis?
1601 est totalement farfelu car étayé par rien du tout, et la citation de Bayle citée par Martin est presque un copier-coller de celle de l'Etolie.
Vincent P.

martin a dit…

Evidemment, le passage cité est très loin d'être fiable. Dommage.
Mais si le commentaire de Pierre de L'Estoile parut pour la première fois en 1732, on peut au moins pardonner notre annotateur du XVIIème. Toujours sans savoir pourquoi il a écrit 1601.

Vincent P. a dit…

Tout simplement car papier de récupération...Pas de quoi refaire le monde...
Et là ce n'est pas une end-leave "normale" (ou en français page de garde) me semble-t-il, mais une page ajoutée. Non?

Vincent P.

Vincent P. a dit…

Et comment est relié cet ouvrage au fait?
Vincent P.

martin a dit…

Difficile à croire que Robert Ashley aurait ajouté un feuillet de récupération.

Vincent P. a dit…

Pourquoi Martin?
Il n'y avait déjà pas de page de titre alors pourquoi une garde?
Vincent P.

martin a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
martin a dit…

D'une part, jamais vu. On prend le faux-titre, un éventuel feuillet blanc ou le feuillet de garde.
D'autre part, il aurait au moins retourné le feuillet, non?
Soit comme il veut, c'est pure spéculation sans avoir l'original sous les yeux.
Mais il est vrai que le titre manuscrit n'est pas particulièrement beau.

Vincent P. a dit…

Je ne pense pas qu'il se préoccupait de notions esthétiques...Et moi j'en ai déjà vu des feuillets ajoutés remplaçant les titres absents!

Vincent P.

martin a dit…

Oui, bien sûr. Ou d'autres parties manquantes. Mais du papier déjà utilisé? On verra, j'espère.

Vincent P. a dit…

Oui j'espère aussi Martin!
Ce seait bien d'abord que Renae nous parle de la reliure, des gardes qui semblent assez blanches, du papier de cette page de titre, si il y a quelque chose au verso...

Vincent P.

rsatterley a dit…

Malheuresement, la reliure n'est pas l'original. Elle a était refait dans le 19ième siècle, alors c'est un 1/4 cuire avec les bords en papier marbré (1/4 leather with marbled paper sides).

Je trouve souvent dans les livres de Ashley "des gardes qui semblent assez blanches", c'est à dire des gardes ajoutées, papier contemporain avec le livre. Dans son testament (1641), Ashley a donné £5 à son relieur, Samuel Josselyn. La plupart des relieurs (qui n'ont pas été refait dans le 19ième siècle) sont en vellum, papier, et des fois, en cuire.

Dans ce cas, il n'y a rien au verso.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...