mercredi 7 octobre 2009

Les Bibliophiles Contemporains. Portraits, 1890.



Première de couverture des Annales littéraires
des Bibliophiles Contemporains,
1890.


Voici pour vous, sortis de mes archives consacrés à Octave Uzanne, trois planches de portraits gravés à l'eau-forte extraites des Annales littéraires des Bibliophiles Contemporains, Recueil de l'Académie des Beaux Livres pour 1890. Très beau volume imprimé avec soins sur les presses de l'Ancienne Maison Quantin à Paris, sous la direction de M. Octave Uzanne, président fondateur de ladite Académie. Tirage à 250 exemplaires seulement sur papier imprimé spécialement pour cet ouvrage et filigrané au nom de l'Académie. Quel déploiement de luxe ! Papier de Hollande de la plus belle qualité, typographie et mise en page parfaite, illustrations des plus luxueuses et des plus raffinées. Tout Uzanne est là !

Si je vous invite à visiter ce beau volume, c'est avant tout parce qu'on y trouve en préambule, un "Salut Présidentiel" des plus intéressants, accompagné de trois belles eaux-fortes tirées en couleurs (technique dite au repérage nécessitant plusieurs encrages et passages sous la presse), véritable prouesse technique et dont le résultat me semble des plus intéressant. Mais ce qui est encore plus intéressant à mon sens, ce sont les personnages au centre de ces eaux-fortes, tous amis, collaborateurs, bibliophiles, bibliographes, membres de l'Académie des Beaux Livres. Mais regardez plutôt. Ces portraits de bibliophiles, pour certains, devenus mythiques aujourd'hui, ne sont pas si facile que cela à trouver. C'est ici une chance de les avoir tous regroupés.

Cliquez sur les images pour les agrandir.


Quelques mots du Salut Présidentiel par Octave Uzanne :

(...) Sur le seuil de ce petit édifice littéraire que nous venons d'élever en commun, chacun y ayant apporté son concours ou sa cotisation, je suis d'autant plus heureux (...) de venir vous bailler le cordial salut de bienvenue (...) car cette inaugurale publication collective, qui marche à l'avant de tant d'autres, va nous donner en quelque sorte l'expression d'un petit phalanstère, qui réunirait dans une même passion esthétique tous les sincères amoureux du Livre contemporain, lisible, visible et tangible. (...)

O. Uzanne, 12 novembre 1890.


En toute modestie, j'émets ici le souhait que le Bibliomane moderne devienne ce petit phalanstère d'amoureux des beaux livres de ce début de XXIe siècle.

Merci encore à tous ceux et toutes celles qui concourent, par leur assiduité, leur participation active, leurs encouragements tout simplement, leur présence quotidienne, à faire du Bibliomane moderne ce petit cénacle d'amateurs.

A quand une première publication estampillée Bibliomane moderne ? Comme il y eut à la fin du XIXe siècle fondation des Bibliophiles Contemporains peut-on envisager celle des Bibliomanes modernes ?

Je vous laisse réfléchir sur ces brèves d'un optimisme outré... mais qui sait où tout cela nous mènera...

Bonne journée,
Bertrand

12 commentaires:

Textor a dit…

Belle trouvaille que vous avez faite là !

C'est la première fois que je vois un portrait de Beraldi ou d'Houssaye.

Ce livre fait écho au site du BiMo, hier les bibliophiles affichaient leur portrait, aujourd'hui ils se contentent d'un logo.

Bertrand, vous etes le nouvel Uzanne, un Octave en plus, car vous livrez au peuple les belles pages des livres du XVIème, suivant en cela les recommandations du camarade Lénine. Je ne crois pas que la revue des bibliophiles contemporains avait une audience aussi...populaire.

Ce qui est curieux, vous avez vu, c'est qu'aucune gravure n'est signée du même auteur. (Rabot, Courbouin, Gérard)

Bonne soirée
T

Raphael Riljk a dit…

On connait bien le bibliophile Ernest Quantin-Bauchart, que Xavier a invité plusieurs fois dans les boiseries du BiMo, mais on découvre ici Maurice sur une photo. Grand bibliophile, lui aussi ? Qu'en connait-on ?

Raphael Riljk a dit…

Quentin-Bauchart, sans l'estropier.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Maurice Quentin-Bauchart
Fils d'Ernest, né à Paris le 21 mai 1857. Avocat au barreau de Paris, conseiller municipal des Champs-Elysées en 1890. S'occupa de l'embellissement de Paris et de son histoire.Auteur d'un ouvrage trèsdocumenté Histoire des Champs-Elysées. Promoteur des expositions du musée Galliera.Collectionneur d'estampes du XVIIIe, de bronzes romantiques, de piècessur la guerre franco-allemande et sur la Commune.Auteur de romans (sous le pseudo de Jean Berleux), d'études d'histoire, d'essais d'art, de pièces de théâtre injouables, de saynètes. Ilmourut le 23 décembre 1910.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ah ! Textor ! Quel aveu !
Il suffisait de lire "Le magazine du Bibliophile" (n° 57 pour Beraldi, n° 65 pour Houssaye.
Avec tout l'humour amical qui peut passer dans ces commentaires.

Textor a dit…

Aïe ! pris la main dans le sac ! C'est vrai que je ne lis pas le Magasine du Bibliophile, d'abord parce que l'année où je me suis abonné, il a fait faillite ! (je n'ai pas du recevoir plus de 5 ou 6 numeros ! ) et par ailleurs je trouve qu'un bon article quotidien du Bibliomane Moderne remplace facilement ce pauvre mensuel.
T

Raphael Riljk a dit…

Merci Bi-Rhe pour cette note biographique sur le Maurice.

Textor a dit…

j'aimerais bien trouver ce livre sur l'histoire des Champs Elysées.

Ce soir je suis allé enquêter sur le terrain pour le Bibliomane Moderne.

Henry Houssaye habitait chez son papa, le vieil Arsène, au 29 de l’avenue de Friedland, dans le quartier des Champs Elysées, à 557 mètres de la librairie Berès (qui n’existait pas encore), et à 680 mètres de la rue … Quentin Bauchart !. Ce coin devait être le triangle d’or des bibliophiles au XIXème siècle.
Quant à Beraldi, je ne sais pas , l'enquête se poursuit ... :)

Vincent P. a dit…

Entièrement d’accord avec vous Textor sur le Magasine du Bibliophile qui a vite trouvé un remplaçant ici avec le BiMo, l’interactivité en plus.

Vincent P.

Bertrand a dit…

N'exagérons rien, le Bibliomane Moderne doit savoir rester à sa place et la tenir, ce sera déjà énorme.

Il manque une revue mensuelle de bibliophilie en version papier et de qualité. Le premier numéro de la Revue des Livres Anciens dirigée par Jean-Paul Fontaine est un bel exemple de ce qu'il faut faire dans ce domaine, dommage que la périodicité ne lui permette pas un plus large auditoire.

Attendons le numéro 2.

B.

Vincent P. a dit…

Bertrand,

Permettez moi de ne pas être d'accord avec vous, car certains des billets offerts ici par vous-même et d'autres valent largement (et même pour certains dépassent) ce qui a pu être offert par le Magasine du Bibliophile et la Revue du Livre Ancien (d’ailleurs qui pourra m’expliquer la différence entre un magasine et une revue? D’après mes dictionnaires c’est pareil…). Le papier en moins, certes.

Et pour durer c’est valable pour ici et ailleurs je vous rassure.

Je ne pense malheureusement pas que notre société actuelle aille d’ailleurs dans le sens des magasines et revues.

Vincent P.

Jean-Paul Fontaine, dit Le Bibliophile Rhemus a dit…

surtout avec un "s"...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...