vendredi 2 octobre 2009

Histoire du manuscrit de Sade des 120 journées de Sodome.


Vous avez été plusieurs centaines d’admiratrices enthousiastes, à me réclamer à grand renfort de méls, la suite de mon premier billet sur le marquis de Sade. J’ai d’ores et déjà répondu à près de 850 demoiselles, et à quelques dames ; gardez votre calme, les autres méls sont en cours de « traitement ».

Bertrand, me laissant quelques lignes pour épancher mon âme, je signale à mes nombreuses admiratrices, que le troisième mille de photos me représentant (en tout bien, tout honneur…) est épuisé. Le photographe travaille d’arrache-pied pour me refaire urgemment un autre millier de tirages, (c’est un peu long car celui-ci est exclusivement manuel, mais, quel résultat…).

Je signale aux petites nouvelles, que le prix en a été très soigneusement étudié ; Il a été fixé à seulement 870 euros.

À seule fin de faire taire les esprits aigris, je vous informe, que cette faible participation est INTÉGRALEMENT reversée à un ami libraire qui a pour charge de me trouver des cochoncetés des XVIe et XVIIe siècle en plein vélin à rabats, ou éventuellement en plein maroquin citron des meilleurs relieurs de cette époque (le maroquin rouge est éventuellement accepté pour les ouvrages les moins osés). Ces ouvrages me permettront de vous livrer d’autres chroniques sur les belles pages du BiMo.

Un message personnel à l’attention de : Mlle Sophie de T*** de la V*** (de Nice), à Mme la baronne de R*** (à Paris 7), ainsi qu’à Mlle Juliette du T*** du château de S**** (dans la Vienne) : « Plusieurs lanières ont été brisées, il vous faudra patienter encore un petit peu, le temps que le cordonnier les refixe solidement sur le manche du fouet. »

A présent, et sans plus tarder, je livre, à vos yeux avides de connaissance : L’histoire du manuscrit de Sade des 120 journées de Sodome ou l'école du libertinage (le rouleau manuscrit est rédigé à la Bastille à la fin de 1785 ; en trente-sept jours, de sept à dix heures du soir). Il est égaré lors de l'incendie de la forteresse le 14 juillet 1789. Sade croit l'avoir irrémédiablement perdu (il ne le reverra, en effet, jamais), il en pleura "des larmes de sang".



Or, Il est récupéré durant la mise à sac de la Bastille, par un certain Arnoux de Saint-Maximim qui le vend au grand-père du marquis de Villeneuve-Trans. Il va rester dans cette famille durant trois générations.

Le manuscrit est ensuite vendu par ses descendants en 1900 au psychiatre allemand Iwan Bloch. Il est édité par ce dernier pour la première fois en 1904, sous le pseudonyme d'Eugène Dühren. Cette édition accumule plusieurs milliers d'erreurs.

En 1929, Maurice Heine, mandaté par le vicomte Charles de Noailles, généreux et courageux mécène, le rachète et le publie, de 1931 à 1935. C’est une édition limitée aux "bibliophiles souscripteurs" pour éviter la censure. En raison de sa qualité, elle est considérée comme la véritable originale.

En 1985, le manuscrit est vendu par une descendante du vicomte, à Genève, au collectionneur de livres érotiques rares, Gérard Nordmann (1930-1992).

Il est exposé pour la première fois en 2004, à la Fondation Martin Bodmer, près de Genève.

Le rouleau manuscrit de douze mètres dix de long, et de douze centimètres de large est composé de multiples morceaux de papier, ayant un centimètre de large. Chaque morceau est écrit des deux côtés ; l'écriture est tellement fine qu'elle ne peut-être lue qu'avec l'aide d'une loupe.



Cette production abonde en détails obscènes (en fait, Sade y décrit six cents perversions), mais on n'y retrouve pas les discussions philosophiques qui se rencontrent dans d'autres écrits du marquis.


Sources consultées :

- Eros invaincu, bibliothèque de Gérard Nordmann.
- Catalogue d'exposition de la BNF, "L'enfer de la bibliothèque, Eros au secret".
- Wikipédia, article sur les cent vingt journées de Sodome.
- Dictionnaire des œuvres érotiques.
- Les 120 journées peuvent être consultées ici : http://www.sade-ecrivain.com/journees/journees.html

Crédit photographique :

- Toutes les photos sont extraites du catalogue de la bibliothèque de Gérard Nordmann, Eros invaincu.

Bonne journée,
Xavier

13 commentaires:

Bertrand a dit…

Alors ça c'est du billet !

600 perversions en 120 jours... pas mal... mais peut mieux faire !

Ce qui est ahurissant dans cette histoire, c'est encore une fois, le destin presque magique et tragique des livres et manuscrits...

Le hasard fait que j'ai acheté récemment un livre du XVIe en vélin ivoire de l'époque mais aux armes postérieures du Marquis de Villeneuve-Trans.

Hasards et coïncidences, encore...

B.

xavier a dit…

Merci pour la mise en page Bertrand.
J'ai reçu mon exemplaire des 120 journées, le volume 1 sera ma lecture du week-end !.
Amitiés
Xavier

Bertrand a dit…

Une mise en application directe sur 48h chrono des préceptes du divin marquis en matière de bagatelle peut-être ??

B.

xavier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
xavier a dit…

Un peu court pour tout essayer durant le week-end..., et puis, je voyage léger, les accessoires pèsent lourd...

Amitiés
Xavier

Bertrand a dit…

Tout de même, donner juste derrière un billet sur les Pénitents de la croix un billet sur le divin marquis et ses délires pervers... le Bibliomane moderne ne pouvait plus grande ouverture (d'esprit),

Je con(fesse) d'ailleurs ici que le billet du jour de Xavier m'inspire déjà le biller de demain...

Je vous en présente mille excuses par avance.

(Trois pater, Trois ave, et puis s'en vont...)

B.

Vincent P. a dit…

Merci Xavier!! J'adore Sade: quelle imagination d'inventer 600 perversions qu'on a déjà bien du mal à se représenter presque 300 ans plus tard.

Il faudrait aborder un jour le pourquoi réel de l'enfermement de Sade.

En effet on croit trop souvent à tort qu'il a été enfermé juste pour quelques lacérations des mamelles d’une prostituée et de ses écrits pornographiques...

En fait et surtout le pouvoir en place (quel qu'il soit comme vous l'avez évoqué dans votre premier billet si je me souviens bien) lui reprochait de détruire les fondements (sic...) de la société avec par exemple des scènes mettant en place un nivellement des castes sociales par le sexe et la perversion.

Je me souviens d’une scène de « Justine » où Sade mets en place deux impensables faits pour l’époque : 1) une scène d’homosexualité masculine (alors qu’étrangement les scènes saphiques ne sont guère si réprimandées à cette époque) ; 2) et surtout cette scène laisse bien voir le plaisir du baron à se retrouver « fouraillé » par l’un de ses valets. Ca vaut bien le slogan de Mai 68 : « J’emmerde la société, mais elle me le rend bien », non ?

Pour les amateurs de politique et de littérature sadiennes je renvoie à Philippe Castel, Directeur de recherches au CNRS :

« Et par beaucoup d’aspect, l’égalitarisme absolu – n’oubliez pas qu’en 1795, c’est après la chute de Robespierre, c’est la révolution thermidorienne – sont présents justement à l’esprit tous ces thèmes. 1795, c’est quand même la "Philosophie dans le boudoir", qui est un texte que Sade aurait écrit en liberté, un des rares textes qu’il aurait pu écrire en liberté, avec à l’horizon, dans "Français, encore un effort si vous voulez être républicain" : Robespierre, c’est-à-dire celui qu’on appelle " l’incorruptible ", pour ne pas perdre le thème de la corruption… Ce que j’aimerais essayer de vous montrer, c’est que la notion de contrat social et d’égalité radicale entre les hommes, de quelque chose qui soit réellement un arrangement entre des hommes réels, une égalité réelle entre les hommes, communique par tout un courant souterrain, de gens qui connaissaient Sade - qui étaient des matérialistes, là il n’y a aucune espèce de doute -, avec ce qu’on appelle le socialisme utopique. Le socialisme utopique, c’est tout simplement une tentative, comme chez Fourier, d’avoir une politique de la jouissance, une politique du désir, dans laquelle la compatibilité réciproque des passions, des plaisirs, des corps, et des différentes nuances de la combinatoire de ces passions et de ces corps, serait le fond réel de ce qui permet une authentique société ».

A lire sur sur http://pierrehenri.castel.free.fr/

Amicalement,
Vincent P.

Textor a dit…

Je vois que le week-end de Xavier va être littéraire…

Textor a dit…

Bonjour Bertrand, savez vous qui était ce Villeneuve Trans?
J'ai aussi un ouvrage du XVIème s. ( Le Réveil-Matin des Français, de 1574 pour les 2 parties) avec des armes postérieures sur les plats (du XIXème ?) de Villeneuve Trans.
Je n'ai jamais cherché qui était ce personnage.

Mais mon commentaire n'est sans doute pas suffisamment en ligne avec le billet. Peut-être devrais-je plutôt inviter Xavier à venir lire son livre dans la soue à cochons que je vais restaurer ce week end... :)
T

Pierre a dit…

Désolé d'être si technique au milieu de propos si poétiques ;-)) mais "Le rouleau manuscrit de douze mètres dix de long, et de douze centimètres de large est composé de multiples morceaux de papier, ayant un centimètre de large", cela signifie que le rouleau est fait de 1210 bouts de papier ?

Pervers mais obstiné. Ceci compense cela. Pierre

xavier a dit…

Bonjour Vincent,
Merci pour ce lien que je connaissais pas.
J'ai lu quelque part (sans me souvenir où) ; que Sade a été enfermé à la demande de sa famille ; et ceci, pour l'empêcher de dilapider la fortune familiale. Il y a effectivement à creuser sur les causes de son enfermement...

Bonjour Pierre,
On peut effectivement supposer que le rouleau est constitué de 1210 morceaux de papier Alpha. Sous réserve, que toutes les bandelettes font précisément...
1 cm.

PS : la lecture des 120 journées...fait dresser les cheveux sur la tête !

Bonne Journée.
Xavier

Raoul Viergerie a dit…

Pour être plus complet, sans vous contenter de recopier la notice du manuscrit dans Eros Invaincu, vous auriez pu préciser les conditions réelles dans lesquelles Nordmann acheta ce manuscrit en 1985, conditions qui expliquent pourquoi il n'a pas été présenté lors des ventes Nordman chez Christie's en France..
Une précision : ce manuscrit est actuellement en dépot a la fondation Bodmer, fondation qui a eu la stupidité de refuser la collection entiere de Nordman il y a quelques années....

Bertrand a dit…

Bonjour Raoul,
si vous pouvez nous en dire plus sur cette acquisition, ce sera avec plaisir que chacun ici en apprendra d'avantage, pour ma part, je n'en sais rien de plus.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...