jeudi 1 octobre 2009

Une reliure en maroquin olive aux têtes de morts ... 1640 ? 1700 ?




Reliure sur "La vie de S. Maur, (...), ensemble l'histoire de la fondation de la chapelle de N. Dame des miracles, qui est dans l'enclos de l'abbaye de Sainct Maur les Fossez." Paris, chez Pierre de Bresche, 1640. In-8.

Maroquin olive de l'époque ou postérieur de quelques dizaines d'années ?? Peut-être du début du XVIIIe siècle ?? (les gardes et doublures sont en papier peigne ce qui me fait penser plutôt à une reliure exécutée vers 1660-1690. Curieux décor à la Du Seuil mais avec des têtes de mort en lieu et place des fleurons d'angles !

On lit une note au crayon à l'intérieur. Certainement une note de libraire ou d'amateur :

"Reliure aux armes des Pénitents de la Croix. Très rare."

J'avoue que je n'arrive pas bien à en savoir plus sur cette "confrérie" ou "compagnie" des Pénitents de la Croix, et encore moins sur leurs reliures avec emblèmes.


Le dos est décoré des mêmes têtes de mort dans chaque caisson, sauf celui au milieu du dos qui est orné d'une version réduite et simplifié de l'emblème présent au centre des plats (croix chargée etc.).

Toutes vos idées, hypothèses, informations, seront les bienvenues, et ce pour satisfaire la curiosité de tous les lecteurs du Bibliomane moderne, et la mienne.


Pour les passionnés des filigranes, voici le filigrane de grande taille qu'on peut voir sur une des gardes blanches à la fin du volume, donc lié à la date de fabrication de la reliure.

Bonne journée,
Bertrand

12 commentaires:

Denis a dit…

Bonjour Bertrand,

Dans Piccard online j'ai trouve deux filigranes tres ressemblants datant de 1595 et 1603, le nom dans le cartouche semble etre different cependant. Les numeros de reference Piccard sont les suivant:51733 et 51734...
Il faut aller voir dans le fichier suivant:
Couronne/sans piece/deux couronnes
http://www.piccard-online.de/struktur.php?anzeigeKlassi=&klassi=&sprache=fr
J'ai bien peur que ca ne fasse pas beaucoup avancer le schmilblick malheureusement...

Bonne soiree,

Denis.

denis a dit…

Les Denise etaient une famille de papetier au XVII eme siecle, je crois pouvoir lire "Jacques Denise" dans le cartouche..Est-ce une hallucination?
Cela vaudrait le coup d'avoir acces au Gaudriault...
J'avance:
Le 4 fevrier 1627 Jacques Denise, fils d'Edmond, detient deux moulins a papier (trouve dans google books)

Bertrand a dit…

Trop fort !

Oui... avec un peu d'imagination et de persuasion rétinienne, on lit IACQUES DENISE

Bravo !

Je vais fouiller en ce sens.

B.

Bertrand a dit…

Google Books, on lit :

"Le 4 février 1627, Jacques Denise, fils d'Edmond, est détenteur de deux moulins
; la papeterie de Vannes est encore exploitée par un Denise en 1728"

Malheureusement, même avec proxy... la suite est interdite de lecture...

Mais les dates collent.

B.

Denis a dit…

Edmond Denise III fut actif de 1629 a 1658, je ne sais pas si Jacques Denise s'est arrete au meme moment ou non...
http://books.google.com/books?id=UGVDgRXwnrUC&pg=PA512&dq=jacques+denise+papetier&lr=&as_brr=3#v=onepage&q=jacques%20denise%20papetier&f=false

Vincent P. a dit…

Lorsque j'ai vu la première fois cette reliure j'avais pensé de par la note sur les pénitents de la croix aux très nombreuses confréries de pénitents blancs et noirs de la Sainte Croix présents dans de très nombreuses villes de France (plus au sud cependant) et à leurs chapelles qu’on croise dans nos promenades estivales.

Cependant, avec la croix, les instruments du supplice et le crâne ne peut-on pas y voir une de ces rares reliures dites « reliures parlantes ».
En effet l’ouvrage se rapportant à Saint Maur et à l’abbaye de Saint-Maur-des-fossés, ce pourrait être une explication logique, et puis Saint Maur est aussi le patron des fossoyeurs !

Voilà…

Vincent P.

Bertrand a dit…

Je pense que le jeu entre "Maur" et "Mort" est presque évident, encore que, nous ne sommes pas dans l'esprit de celui qui a fabriqué cette reliure...

Ce qui me gène, c'est en fait le papier peigne pour la doublure et les gardes... qui fait plutôt fin XVIIe voire début XVIIIe, mais je me trompe peut-être et la reliure est peut-être bien de peu d'années après 1640 au final ??

B.

Vincent P. a dit…

Le problème avec ce type de reliure en maroquin sur un texte religieux c’est ce que le relieur ne suit pas forcément la mode du temps pour des raisons morales : on dore mais pas trop, on établit bien mais pas trop non plus…
Le type de reliure fait bien milieu du 17eme, mais bon je rappelle qu’il est impossible de dater les reliures à 50 ans pour la plupart des ateliers provinciaux (et même la plupart des ateliers parisiens) car les modes sont plus longues à s’établir en dehors des grands centres.
Le papier ? Mais pourquoi personne n’évoque le fait qu’à un moment donné les gardes ont pu être renouvelées ? Ne l’a-t-on fait qu’au 19eme ? Personnellement je ne pense pas que ce soit un fait neuf aux bibliophiles modernes.

Et je ne pense pas qu'il faille trouver forcément plus d'explications compliquées aux attributs de la reliure...

Vincent P.

Textor a dit…

Les pénitents de la Croix ne devaient pas rigoler tous les jours, mais c'est une bien jolie reliure.

Denis a dit…

Bonjour Bertrand, je viens de recevoir mes Briquet, Jacques Denise est mentionne a la date de 1636.

Bonne journee,

Denis.

Bertrand a dit…

Merci beaucoup Denis pour cette recherche.

A quand votre portrait de libraire japonais ?

A bientôt,

B.

Denis a dit…

Bonjour Bertrand,

Désolé pour ce retard, de mon coté l'article est prêt mais j'attends depuis 17 jours les corrections du libraire...il est très occupé en ce moment puisqu'il participe à un salon à Tokyo de vendredi à dimanche...il faut souvent être blindé de patience au Japon :)

Bonne journée,

Denis.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...