dimanche 11 octobre 2009

Les amours d’Anne d’Autriche épouse de Louis XIII avec Monsieur le C.D.R. le véritable père de Louis XIV (1693).



Page de titre de l'édition de Cologne, Pierre Marteau, 1693.


Voici un petit livre qui réserve bien des surprises. Sous un titre déjà bien prometteur, on découvre toute une histoire. La voici résumée pour vous.

Ce petit volume in-12 parait ici sous l’adresse de Cologne, chez Pierre Marteau à la date de 1693. Avec un titre à la sphère et (20)-132 et 57 pages (on trouve en effet à la suite un Examen des prétextes de l’invasion des françois pour l’instruction des anglois). La première édition serait celle de 1692, chez Guillaume Cadet. Elle a la même pagination. Dans les deux cas on trouve imprimé à la fin un permis d’imprimer « Nottingham, le 4 juin 1692 ». J’ai lu comme vous le verrez plus bas que l’édition de 1693 devait avoir un frontispice gravé qui ne se trouve pas dans mon exemplaire (pourtant sans trace d’arrachage – ce qui laisse supposer qu’il n’a jamais été relié dans le volume).

Je vous laisse lire ci-dessous les différents avis émis au sujet de cet ouvrage par les divers bibliographes et faiseurs de catalogues du XIXe siècle. Pour le moins, les avis à son sujet sont divergents, aussi bien quant à sa rareté qu’à son auteur supposé.


Cliquez sur les notices pour les agrandir.

Extrait du catalogue de la bibliothèque Alfred Piet.



Extrait de Barbier, Dictionnaire des anonymes et pseudonymes.



Extrait du catalogue de la bibliothèque du marquis de Ganay.



Extrait du catalogue de la Bibliothèque Pixéricourt.


Bibliographie des livres relatifs aux femmes et à l'amour de Gay.


Extrait de la Gazette anecdotique.


Extrait du catalogue de la bibliothèque Leber.


Notice du Bulletin de la librairie Morgand.



Ce livre n’a pas l’air si rare si l’on doit s’en tenir aux exemplaires présentés dans divers catalogues d’amateurs du XIXe siècle. Cependant les deux premières éditions (1692 et 1693) ne semblent pas si courantes, on en trouve d’autres éditions plus récentes (1696, 1722, 1738) plus facilement semble-t-il ??

Quelque fois les bibliographes sont muets ! Pour cet ouvrage ils sont bavards ! Très bavards ! Trop peut-être. Tant et si bien qu’on finit par ne plus trop savoir à quel saint-bibliographe se vouer.

J’ai pris beaucoup de plaisir à la lecture de ce livre plein de méchancetés pour le roi Louis XIV, et sa politique féroce pour le reste de l'Europe, notamment dans l’avis au lecteur et l’épître à Mylord Lovelace. Mon exemplaire provient dans la librairie Raymond Clavreuil à Paris, avec son étiquette.

Avez-vous ce petit ouvrage sur vos rayons ? Dans quelle édition ?

Nous laisserons de côté la petite histoire qui voudrait que Louis XIV ne soit pas le fils de son père… s’y intéresser serait sans doute fort hasardeux aujourd’hui… mais bien intéressant tout de même.

Bon dimanche,
Bertrand

14 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Bertrand,

Je ne peux m'empêcher (et pourtant ma main gauche a tenté de retenir la droite !)d'admirer le haut niveau atteint par le Bibliomane moderne et ses commentateurs. Je tenais à le déclarer publiquement aujourd'hui (jurisprudence oblige), car cette lecture est devenue une dégustation rare dans ce monde de brutes.

Signé : Peremptorius

Bertrand a dit…

Merci. Le Bibliomane n'est finalement que l'expression un peu désordonnée et désinvolte de la passion de quelques uns.

Merci à eux.

B.

Pierre a dit…

Bel article qui donne envie d'avoir l'ouvrage sur ses rayons.
Quant à voir Richelieu omniprésent ?
C'est la proximité de l'édition par rapport au règne de Louis XIV qui me surprend. Je pensais la rumeur plus tardive. Pierre

Textor a dit…

Il faut reprendre l'enquête ! où est Alain Decaux ? Si Louis XIV est le fils de Mazarin, on comprend mieux pourquoi on l'appelait le Roi-Soleil, son père chantait toujours O sole mio ! ( j'espère que le Bibliophile Peremptorius apréciera le haut niveau du commentaire :))

Denis a dit…

Bonjour,

J'ai trouvé la notice suivante dans le Dictionnaire bibliographique ou nouveau manuel du libraire et de l'amateur de livres d'Etienne Psaume, de 1824:
"- Les amours d'Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII, avec le cardinal de Richelieu. Cologne, 1692, in-12. 10 a 15 fr.
- Les mêmes. Londres, 1738, in-12, 12 a 15 fr.
Ce roman satirique, sans être bien rare, est recherché, et il s'est vendu jusqu'a 50 fr., relié en maroquin, à la vente de M. d'Ourches."

Voilà ce qu'en dit le brave Etienne Psaume...

Bonne journée,

Denis.

Vincent P. a dit…

Bertrand,

Merci de nous faire partager ces petites pièces que j'affectionne (et collectionne...) particulièrement.

Ne m'oubliez pas si elles sont habillées de velin!!

Vincent P.

Bertrand a dit…

Pour celui-ci il faudra se contenter d'un veau d'époque en état d'usage, c'est à dire pas très reluisant... mais c'est déjà pas si mal.

Quant à l'intérieur... m'est avis qu'il n'a pas beaucoup été lu, le papier en est immaculé.

Et contrairement à ce qu'on dit souvent des éditions hollandaises et de leur piètre qualité, je trouve celui-ci imprimé sur un beau papier fin (du type des Nouvelles de la République des Lettres de Bayle pour ceux qui connaissent) et bien imprimé.

B.

Vincent P. a dit…

Je sus assez d'accord à propos des papiers de ces éditions hollandaises; ils sont très souvent bien moins de mauvaise qualité qu'on a voulu le laisser croire très longtemps.

Vincent P.

PS: dommage pour mon velin sur ce titre...

Bertrand a dit…

Pour ma part j'en reste au bon mot d'Abraham Lincoln : La démocratie, c'est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple.

Je ne dévierai pas de cela. Même si cela n'a pas grand chose à voir avec le Bibliomane moderne... quoi que...

Reste à l'appliquer.

B.

Bertrand a dit…

Bon... mon dernier commentaire ne devait pas tomber là.. mais à force de faire mille trucs en même temps... ça devait arriver, je vous laisse le soin de le replacer dans son contexte à la suite du commentaire de Vincent dans un autre fil...

Désolé.

B.

Bertrand a dit…

J'ai désormais l'édition de Pierre Marteau (Cologne, 1730) sous les yeux, avec le nom du Cardinal de Richelieu en entier sur le titre. L'exemplaire se présente dans une belle reliure du début du XIXe siècle signée Courteval. J'ai vu que l'exemplaire Nodier qui s'était vendu 36 francs était également de l'édition de 1730. Quelqu'un sait-il comment était relié l'exemplaire Nodier ? Je vais regarder ce que je trouve sur le sujet.

Vous aurez bientôt droit à un billet sur le relieur Courteval que je n'avais encore rencontré sur mon chemin, même si je connaissais son style et son travail.

B.

Bertrand a dit…

L'exemplaire Nodier était en maroquin vert signé Koehler. Il est dit à propos de cette édition de 1730 : "Une des éditions rares de ce pamphlet plusieurs fois réimprimé."

Ce n'est donc pas l'exemplaire Nodier que je tiens.

B.

Lauverjat a dit…

Le monde est petit. Le vendeur du Courteval faisait référence au Bibliomane Moderne... bel achat Bertrand.

Lauverjat

Bertrand a dit…

Oui, j'avais vu, c'est amusant.

S'il nous lit régulièrement, qu'il en soit remercié.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...