lundi 15 juin 2009

Monsieur l'expert, nous n'avons pas les mêmes valeurs ! Boire et déboires de bibliophile.


"Non, rien a signaler. Exemplaires très bien reliés et en parfait état."
expert dixit
...


Chers amis,
ce matin, c'est à l'instinct que je vais vous faire le billet du jour,
aux tripes comme on dirait,
et sans vouloir imiter quelques devanciers éructeurs de mes amis d'esprit, je vous dirais :

"Non mais t'as déjà vu ça ? en pleine paix, y chante et pis crac, un bourre-pif, mais il est complètement fou ce mec ! Mais moi les dingues j'les soigne, j'm'en vais lui faire une ordonnance, et une sévère, j'vais lui montrer qui c'est Raoul. Au quat'coins d'Paris qu'on va l'retrouver éparpillé par petits bouts façon puzzle... Moi quand on m'en fait trop j'correctionne plus, j'dynamite... j'disperse... et j'ventile..."

Il avait bien raison Raoul...

Bref, tout ça pour vous dire que je suis un peu atterré par le colis que je viens de recevoir. Achat en salle des ventes (je ne la citerai pas pour ne pas lui faire un trou dans le dos...), lot numéro 291... très motivé j'étais... Série de 8 volumes des plusieurs années du Bulletin de la Librairie Damascène Morgand reliés ensemble... Rare sur le marché ! On n'en voir passer de très rarement des ensembles reliés et de plusieurs années consécutives...

Fiche de l'expert : 291- DAMASCENE MORGAND. Libraire Damascene Morgand. Bulletin Mensuel. Paris, fin du XIX siècle. 8 très fort volumes in-8, dem. maroq.
vert olive, dos à nerfs. Haute bibliophilie. Incunables, livres illustrés, typographie, précieuses reliures, etc.. Innombrables planches. (2022) 100/150

Bien, bien. Il faut dire que je possède déjà un set complet de ce Bulletin, mais en version brochée (ou plutôt cassée... les volumes partant en vrac à la consultation sauf pour un ou deux volumes qui sont neufs). Bref, je cherche depuis pas mal de temps déjà un ensemble assez complet mais surtout très bien relié à l'époque et très bien conservé (décoratif on pourrait dire - même si cet épithète n'est guère de mise puisque ici en l'occurence "décoratif" rime quotidiennement avec "utilitaire" puisque j'ouvre ces volumes plusieurs fois par jour..)

Bref, bref, bref, je voulais que cet exemplaire fut beau. Le descriptif étant si précis qu'on pourrait confondre ces livres avec une vache espagnole au milieu d'un champs (ne me demandez pas pourquoi une vache espagnole... sans doute l'expression de la colère...), donc, je voulais m'assurer que ces volumes étaient "nickels" au niveau reliure comme on dit.

J'ai donc posé la question à l'expert par mail. Voici sa réponse :

"Non, rien a signaler. Exemplaires très bien reliés et en parfait état."

Bon. Plutôt encourageant. Je me dis, sympa, estimation plutôt basse alors, je ferai un effort. Je demande donc à être appelé par téléphone. Ceci étant dit, le jour de la vente arrive... fébrile j'étais d'attendre ce lot devant mon téléphone...

Dring Dring... Allo ! ok, tatatatatata.
C'est à moi. On me dit d'entrée : "Êtes-vous preneur à 200 ?" ...
"bah...oui" dis-je.
250...
Je dis 300...
Plus rien. La série est pour moi à 300.

Je me dis que c'est une bonne affaire et je raccroche "heureux".

Et là je vous refais un petit dialogue que la situation m'inspire et repris de meilleurs auteurs que moi :

"Mais y connaît pas Raoul ce mec. Y va avoir un reveil pénible. J'ai voulu être diplomate à cause de vous tous, éviter qu'le sang coule mais maint'nant c'est fini ! Je vais l'travailler en férocité ! l'faire marcher à coup d'latte, à ma pogne je veux l'voir ! et j'vous promets qui demandera pardon ! et au garde-à-vous !"

Encore une fois... Raoul était dans le vrai !

Je recontacte l'étude en question. Je demande à ce que les livres (lourds) me soient expédiés sous gros carton avec toutes les précautions d'usage afin qu'ils ne soient pas endommagés...

"50 euros monsieur, merci de nous envoyer un chèque en blanc... on remplira."

Ok ok, je m'incline. Va pour les 50 euros. Je calcule "façon rapide". 300 euros plus les frais d'environ 20%, ça fait 360 euros. Plus 50 euros de port, ça fait 410 euros. Bon, ça reste raisonnable.

Et un matin de juin, de matinée plutôt pluvieuse et chagrine, le gros colis arrive par la fenêtre (faut dire que mon facteur est devenu un intime depuis qu'il me livre environ cinq colis par jours...).

Merci Monsieur le facteur. Je pose le colis. Et aussitôt j'entame l'autopsie. Bel emballage ! Plastique à bulles, chips, carton plus petit dans un plus gros, ça commence bien. Et là...

Une nouvelle petite citation érudite s'impose pour vous traduire présentement ma condition mentale au moment où je frappe mon clavier (il me dit qu'il n'a pas trop mal...) :

- J'ai bon caractère mais j'ai le glaive vengeur et le bras séculier. L'aigle va fondre sur la vieille buse.
- Ça c'est chouette comme métaphore.
- Ce n'est pas une métaphore c'est une périphrase.
- Ah fait pas chier !
- Ça c'est une métaphore.

Horreur ! Stupéfaction ! Étranglement ! Fureur !

Premier volume en mains : Demi-maroquin... ah oui ? Usé, frotté, mors épidermés, coins cassés. Deuxième volume : idem. Troisième : pire sans doute. Quatrième : même pas dans la même reliure que les trois premiers... Cinquième volume : manque de papier sur un beau tiers d'un plat, avec en plus tous les défauts des premiers... etc etc... à l'envie... tous les volumes dans un état plus que pitoyable... A côté mes brochés sont beaux !!!

Évidemment, ça me servira de leçon. Croire un expert, faire confiance à distance sur l'appréciation qu'on peut faire sur la qualité d'un livre. En un mot et pour finir (un anxiolytique m'attend avec un grand verre d'eau...), je dirais que je n'aimerais pas avoir acheté dans cette même vente d'autres "beaux exemplaires"...

Nous n'avons pas tous les mêmes valeurs, pas tous la même notion du beau. Et c'est bien dommage.

Expérience malheureuse à mettre sur le compte de "pas d'chance" me direz-vous. Peut-être.

Je vous laisse nous conter vos mésaventures livresques si vous en avez eu dans le même genre.

Bonne semaine,
Bertrand

PS : Merci aux inaltérables et inoxydables "tontons flingeurs" et autres audiareries qui ont émaillé ce billet d'humeur.

PS2 : Avantage de la situation. Je vais pouvoir sans vergogne mettre ces volumes en vrac dans mes toilettes afin de pouvoir les consulter aux heures perdues, et ce, sans peur de voir chuter un volume pardessus la chasse d'eau... Mais Xavier vous dirait que j'ai n'ai plus tant de place que cela dans mes toilettes...

PS3 : je sais bien que la majorité des experts est probe et honnête. Ce billet d'humeur ne doit pas oublier que les experts sont avant tout libraires la plupart du temps et que de tels agissements ne manqueraient pas de retomber très vite sur leur activité professionnelle... Il faut l'espérer en tous les cas.

10 commentaires:

Mandragore a dit…

"- C'est un accident, un regrettable accident...
- La mort de Louis XVI aussi."

Je suis désolée de votre mésaventure, mais je dois avouer avoir beaucoup ri en lisant votre billet.

N'y a t-il pas de recours en pareil cas?

Textor a dit…

Je mettrais juste un bémol à votre PS3, l'honnêteté des experts est des plus relatives et c’est bien dommage pour le marché du livre en général car m’être fait roulé 2 ou 3 fois, je n’achète désormais plus un seul livre en salle ou sur internet sans l’avoir dûment examiné auparavant.

C’est, bien sur, difficile lorsque le libraire est un peu loin. C’est ainsi que j’ai découvert un jour dans une obscure bourgade du Vermont un livre sur la Savoie qui manquait à ma collection. Ne pouvant pas faire le déplacement, je me renseigne néanmoins sur la qualité de l’impression, la blancheur du papier et la taille des marges. (3 critères rédhibitoires selon moi) On me répond good and even very good.. A réception, l’ouvrage s’est avéré être le plus piqué, taché et roussi de toute la bibliothèque !! Cet américain a du penser qu’un acheteur aussi exotique qu’un français n’allait pas se formaliser !!

Alors, bien sur, on peut soit appeler son avocat, soit téléphoner à Julien Courbet, soit renvoyer l’ouvrage. Mais comment être sur que la petite rareté qu’on vient de dénicher repassera un jour entre nos mains ? Alors on garde en attendant d’en trouver un plus beau, ce qui n’arrive presque jamais.

xavier a dit…

J'ai déjà eu affaire à cette SVV, avec le même expert...sans problèmes.

Mais j'ai eu cette mésaventure avec une SVV du nord de la France en janvier 2008, avec un ouvrage broché de Gay et Doucé de 1881 "en bon état" avec photo qui l'attestait !!!.
J'ai noté dans la fiche que j'insère dans chacun de mes livres : en (grande) partie débroché ; bref il se dépiaute dès que je l'ouvre !
Mauvaise pioche.

Le délai légal pour retourner un lot qui ne correspond pas à l'annonce est de 7/8 jours (de mémoire).
Et pourtant l'expert-libraire connaissait Bertrand de nom.
Xavier

Textor a dit…

D'un point de vue juridique, les ventes aux enchères se font au risque de l'acheteur qui est supposé pouvoir examiné l'objet avant la vente. En revanche, si la vente a lieu avec un expert et que le descriptif est faux, le commissaire-priseur est responsable et doit annuler la transaction. L'aventure m'est arrivée il n'y a pas très longtemps; j'avais acquis un incunable, pas bon marché, où il manquait un feuillet selon le catalogue. En définitive, après collation, l'expert a été obligé d'admettre qu'il manquait 3 feuillets supplémentaires !!On devait leur apprendre à compter.
Conclusions: "un expert, çà ose tout, c'est même à çà qu'on les reconnait ...."

Eric a dit…

J'ai aussi expérimenté les enchères téléphoniques débutant à un niveau étrangement élevé :

"Êtes-vous preneur à 400 ?" ..., c'était déjà un coup au dessus de mon maximum et au moins 3 au dessus de l'enchère max.
"bah...oui" dis-je.

450...

"non pas pour moi.."

450..
"En voulez vous"
"non pas pour moi.."
450 ...
"En voulez vous"
"non toujours pas."

Adjugé à 450.

"C'est pour vous à 450"
"A non, j'ai dit 400"
"Oui mais le commissaire à pris 450"
"A non, ce n'est pas possible"
"Attendez je vais voir" .....

"C'est vu. C'est à vous pour 400 €".


Incroyable les malentendus qu'il peut y avoir quand on est pas face à face.
Eric

Léo Mabmacien a dit…

apporte son lot de surprises bonnes et moins bonnes...En tout cas "chat échaudé craint l'eau froide" je fuis certains libraires comme la peste !

Ps : on trouve très facilement les références de cette vente (ah Google) ;-)

Bien cordialement
Léo

Anonyme a dit…

Pardon le début s'est perdu :
"Je comprends tout à fait cette "découvenue" ! La vente par correspondance (sans voir le livre de ses propres yeux)...

Jean-Marc a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jean-Marc a dit…

Un vente à Tarbes en novembre 2003.
Description :
2 vol 1/2 chag. poli brun ép., dos à nerfs, filets dorés, t. doré, couv. cons. (lég. épid. sur 1 plat).

En réalité, demi basane marron (et tristounette), pas de filets dorés, ni de tranches dorées. Des épidermures sur un plat, un mors frotté et des frottements sur les dos des 2 tomes.

Mais c'est le seul exemplaire en 15 ans de chine montagnarde d'un ouvrage passionnant d'Henri Beraldi : "Balaïtous et Pelvoux", tiré à petit nombre. Je me console ainsi de m'être un peu fait "berner" en pensant que j'ai tout de même obtenu cette rareté.

Jean-Marc

Anonyme a dit…

Après quelques expériences d'enchères par mail dans plusieurs salles des ventes françaises, j'ai envie de faire un catalogue des "bonnes" et des "mauvaises" maisons. Au-delà des erreurs professionnelles des experts que vous signalez, certaines salles jouent le jeu en commençant à l'estimation la plus basse ou au-dessous et augmentent en fonction des enchères réelles, ce qui fait que l'on peut avoir très régulièrement des livres à des prix inférieurs au montant maxi de l'enchère soumise. En revanche, dans d'autres salles, et de façon SYSTEMATIQUE, l'acquisition se fait au niveau de l'enchère maxi. Bizarre, non?
Alain

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...