lundi 1 juin 2009

Anecdote bibliomaniaque ou brève de l'amour des vieux livres concernant une des plus vieilles associations de bibliophiles (Roxburghe Club).


3ème Duc de Roxburghe peint par Batoni.

National Portrait Gallery of Scotland


Folie livresque des hommes...

« A la vente des livres du duc de Roxburghe, en 1812, les prix passèrent toutes les proportions connues : il semblait que les guinées ne fussent que des schellings.

C'est là qu'un Decamerone di Boccaccio (Valdarfer, 1471) fut payé 2,260 livres sterling (plus de 54.000 francs) par le marquis de Blanford, maintenant duc de Malborough, pour en prendre, dit-on, cinq feuillets, manquant ou gâtés dans un plus bel exemplaire, qui, depuis près d'un siècle, était dans sa famille.

En mémoire de ce fait si remarquable dans les fastes de la bibliomanie, des amateurs anglais ont formé une société, qu'ils ont nommée
Roxburghe Club, dans laquelle ils s'entretiennent exclusivement de ce qui tient aux livres, tant intérieurs qu'extérieurs ; enfin , de tout ce qui est du ressort de la bibliomanie. Chaque année, le 17 juin, ils célèbrent par un banquet l'anniversaire de la vente du Boccace.

Un des principaux objets de leur association, est l'engagement que prend chacun des membres , dont le nombre ne peut excéder trente et un, de fournir annuellement, et à tour de rôle, quelque ancienne rareté, réimprimée au nombre fixe de trente et un exemplaires, pour les seuls membres du club.

Déjà plusieurs de ces réimpressions ont été ainsi distribuées, et, jusqu'en 1819, le choix n'avait pas été porté sur des ouvrages d'un mérite assez réel pour faire de ces éditions autre chose que des singularités bibliographiques ; à cette époque, elles sortaient des presses de Bulmer, Bensley, Walpy, et de l'imprimerie particulière de M. Boswell, dans l'Ayrshire, en Écosse. »


in Renouard, Cat. de la Bibl. d'un Amat. IV, 268.


Et c'est ainsi que nait une confrérie ou un Club à la manière de nos amis d'outre manche.

Gageons que le Bibliomane moderne est déjà un petit Club de toqués du vieux bouquin.

Pour information, le Roxburghe Club existe toujours ! Vous pouvez visiter son site internet ici :

ROXBURGHE CLUB

Ce petit billet pose la question des Clubs de bibliophiles et autres Associations de bibliophiles médecins, pharmaciens, agriculteurs, vignerons et autres Club VIP bibliophiles. J'avoue me poser la question de l'utilité de tels Club, Associations ? leur bien fondé ? leur intérêt ?

Le bibliophile n'est-il pas fondamentalement un solitaire, et dans sa quête, et dans le plaisir qu'il a le livre en mains ? Le Bibliomane moderne viendrait démontrer l'inverse, pourtant, il serait intéressant de savoir ce que le bibliophile est prêt à partager... et ce qu'il ne partagera jamais...

Si vous voulez donner votre avis ? Merci d'avance.

Bonne visite,
Bertrand

5 commentaires:

Textor a dit…

Je ne crois pas que le bibliomaniaque moderne soit un solitaire. Il a l'esprit grégaire ; regardez comme il aimait s’agglutiner au salon de la Mutualité autrefois et comment il se fait piétiner les pieds à St Sulpice ou à Brassens, et je ne parle pas de Drouot où il font jouer des coudes pour pouvoir lever la main ! Je crois que nous avons besoin de parler des livres qui constituent une bonne partie de notre passe-temps, ce qui permet d’en apprendre davantage sur ses précieux ouvrages. Jadis, nous causions avec nos libraires dans la fraîcheur de l’arrière-boutique, là où sont conservés les livres rares, protégés du regard des néophytes. Aujourd’hui le monde change et les causeries deviennent virtuelles avec des inconnus, mais le but est le même. Le Bibliomane Moderne, c’est un peu le club Grolier, mais en plus ouvert !

Bertrand a dit…

grégaire ?

grégaire, adjectif
Sens Qui vit et évolue en groupe. Synonyme moutonnier Anglais gregarious

hum hum
je ne suis pas très convaincu,
grégaire c'est l'image populaire lors des grands messes, mais dans l'intimité ? dans son for intérieur ? le bibliophile n'est-il pas aussi solitaire que le vieux loup ?

B.

pierre a dit…

Je ne crois pas le bibliophile solitaire. Il l'était, par le passé, par manque de coreligionnaires s'il n'habitait pas une très grande ville. D'où cette image qu'on lui colle aisément.
Aujourd'hui, il échange à tout va et ne progresse plus seul dans sa marotte, son loisir ou sa passion. Il n'est qu'à voir les courbes de fréquentation des blogs ! Cela ne l'empêche pas, bien sûr, d'être insociable, simplement sauvage, misanthrope ou tout à la fois. Mais c'est très rare. On m'a pourtant dit qu'à Alesia :-) ...
Bravo pour vos derniers articles.

Textor a dit…

Alors, nous pourrions peut-être organiser la première manifestation à Alésia, en piquant des idées à nos ainés ? :)(http://www.grolierclub.org/

Bertrand a dit…

Quand vous voulez, l'oppidum gaulois vous est grand ouvert, et César vient juste de faire retirer ses armées de la plaine des Laumes.

Pieux, pièges et autres chausse-trappe ne sont plus de mise...

A bientôt,

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...