jeudi 18 juin 2009

Hommage à un bourguignon qui repose près d'un grand cèdre du Liban ou Daubenton au jardin des plantes à Paris.


Chers amis,
il ne me reste que peu de temps ce matin pour publier le billet quotidien,
dans moins de deux heures je serai dans un TGV pour Paris et ses fastes livresques.

J'étais déjà dans la capitale ce mardi où j'ai flâné en belle compagnie (officielle) dans les jolis chemins du jardin des plantes. Belles allées, plantes rares, entretien impeccable, autant d'éléments qui rendent une ballage agréable.

Pas grand chose à voir avec la bibliophilie tout ça me direz-vous ? Eh bien pas tant que cela. Comme on ne sait jamais tout, j'ignorais une chose essentielle à propos du jardin des plantes, une chose un peu éloignée de la bibliophilie mais pas vraiment. Et cette chose, c'est que l'auteur de l' "Instruction pour les bergers et pour les propriétaires de troupeaux ; avec d'autres ouvrages sur les moutons et sur les laine, etc.", reposait dans les allées d'un labyrinthe du Jardin des plantes à Paris, loin de son Montbard natal. Son ouvrage principal, outre sa collaboration à l'Histoire Naturelle, avec Buffon, a paru pour la première fois en 1782, et a été de nombreuses fois réédité ensuite. Talentueux collaborateur de Buffon, tous deux étaient natifs de Montbard, en Bourgogne, travaillant de concert pendant près de dix ans.

La Révolution française transforme le Cabinet du Roi en Muséum d’Histoire Naturelle, Louis Daubenton en devient le premier directeur. Il devient Sénateur en 1799. Mais, il est frappé d’une crise d’apoplexie le 31 décembre 1799, il meurt dans la nuit de la Saint Sylvestre, le 1er janvier 1800. Il est inhumé dans le labyrinthe du Jardin des Plantes sous une colonne très simple. Pour l’anecdote, son cerveau prélevé, appartient toujours aux collections du Musée de l’Homme, et repose dans un bain de conservateur en compagnie de quelques autres...

Alors vous comprendrez que lorsque j'ai vu cette tombe dépouillée, simple, à l'ombre d'un labyrinthe et d'un grand cèdre vieux de plus de 250 ans (graine ramenée par de Jussieu en 1740 si mes souvenirs sont bons), mon sang de bourguignon n'a fait qu'un tour et j'ai essayé d'immortiliser, pour moi, et pour vous, cette image du repos éternel.

Tombe de Daubenton.
Labyrinthe du Jardin des plantes, Paris.
Photographie prise vers 17h30 le mardi 16 juin 2009.


Vous trouverez peut-être ce billet peu bibliophilique, et pourtant, l'histoire des grands hommes et surtout celle des petits, est sans doute ce qui m'importe le plus finalement dans ce tourbillon de curiosité que peut être le livre et son histoire.

Bonne journée,
Bertrand

3 commentaires:

Bergamote a dit…

Le schtroumpf grognon dirait "j'aime pas les billets peu bibliophiliques", mais moi j'aime bien :)

Parisienne depuis 25 ans (mais Lorraine dans l'âme), je dois avouer que je n'ai visité le Jardin des Plantes que très récemment (en emmenant Bergamoustique voir les squelettes de dinosaures, à vrai dire). Je n'ai pas vu cette plaque (jolie tombe, d'ailleurs, simple, dans la verdure, ombragée) mais la souche d'arbre fossilisée m'a vraiment impressionnée.

A propos du Jardin des Plantes, un beau livre vient de sortir : "Kimiko et le Botaniste", de Hideko Ise. Je l'ai acheté pour Bergamiss, elle est ravie (elle avait adoré le premier livre de Hideko, "Sophie et le relieur", que je conseille également).

Textor a dit…

Bernard, au lieu de vous perdre dans les labyrinthes vous auriez du demander au gardien du zoo qu’il vous ouvre les portes de la bibliothèque qui contient la fameuse collection des vélins du Muséum dont l’origine remonte à l’époque de Louis XIII, avec, notamment les œuvres signées de Pierre-Joseph Redouté impressionnent par la beauté et la précision des aquarelles : )

Bertrand a dit…

Bertrand Textor ! Bertrand, pas Bernard !!

Très heureux de vous avoir rencontré aujourd'hui au pays des beaux livres,
à demain,

Amitiés,
Bertrand

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...