lundi 8 juin 2009

Quand un catalogue de librairie devient livre de bibliophilie...



Cher(e)s ami(e)s bibliomanes,

Ce soir je voudrais évoquer avec vous un domaine qui me tient particulièrement à coeur, à savoir celui de la documentation du bibliophile. J'ai toujours pensé qu'à défaut d'avoir un père libraire bien installé, un grand père bibliophile vénérable qui vous transmet le virus, ou à défaut de tout cela quelques stocks options bien investies au bon moment, le meilleur moyen de devenir excellent bibliophile tient au fait d'apprendre, d'apprendre et d'apprendre encore. Et quel meilleur moyen pour apprendre, que d'ingurgiter ce que les plus bibliophiles que soi, ont appris avant nous ?

Les catalogues de libraires, lorsqu'ils sont bien faits, sont sans doute un des moyens d'apprendre le plus rapidement et le plus sérieusement possible la bibliophilie. Vous me direz qu'on n'apprend pas la bibliophilie ! Peut-être. En tous les cas, dans mon cas personnel, je rend grâce aux milliers de catalogues qui ont depuis près de 20 ans encombré ma cervelle ! Et à voir mes collègues en bibliophilie, es docteurs en sciences du livre antique et autres maniaques du bouquin maroquiné, je gage que c'est par ce moyen que beaucoup de nos condisciples se forment encore, se sont formés par le passé, et sans aucun doute se formeront encore dans le futur.


Qu'est-ce qu'un bon catalogue de librairie ? Oublions tout de suite les catalogues abscons de centaines de numéros à la suite, qui, sans aucun charme, sans aucune rigueur, sans aucun style, m'ennuient. Ceux-là ne font qu'un bref passage sur mes tablettes, même si, la plupart du temps, je ne peux me résoudre à les jeter comme de vulgaires journaux.

Je ne retiendrai qu'une seule catégorie de catalogues de librairie qui mérite, à mon sens le sort de la conservation ad vitam eternam : les catalogues aux fiches précises, détaillées, argumentées de références bibliographiques fiables, passionnantes à lire, et agrémentées lorsque cela s'avère utile et agréable, de photographies des reliures des exemplaires proposées. Au final, bien peu de libraires en France ou à l'étranger proposent ce type de catalogues, en version papier, dans ce niveau de qualité. Il faut dire qu'un catalogue coûte cher à faire, et que tous les libraires ne peuvent se permettre la dépense. Il faudra donc admettre que tous les libraires sérieux ne peuvent avoir leur catalogue en version papier, comme on le désirerait tous.

Je ne citerai pas de noms de librairie actuellement en exercice mais je pourrais sans doute vous indiquer au moins 5 ou 6 librairies dont je conserve les catalogues précieusement, principalement des libraires de la capitale, mais pas uniquement. Ces catalogues sont rangés avec soin (enfin presque), regroupés, et souvent consultés, avec intérêt, passion et plaisir. Je remercie d'ailleurs chaleureusement les libraires en question pour tout le plaisir qu'ils me procurent à chaque lecture d'un de leur nouveau catalogue.

Bien sûr, je n'oublierai pas ici de mentionner l'essentiel des troupes cataloguèsques de mon logis. Il s'agit en fait de vieux catalogues, quelques uns du XIXe siècle, la plupart de la première moitié du XXe siècle. Quelques librairies existent encore, d'autres non. J'affectionne particulièrement les catalogues de la librairie Gumuchian qui exerça à Paris à la fin des années 20 pendant quelques années seulement. Evidemment, la librairie Maggs Bros de Londres et Paris, les librairies Lardanchet (qui existe encore mais reprise depuis) dont les petits catalogues de livres précieux, d'un format si commode (in-8), accompagnent tant de mes veilles. Il y en aurait d'autres à mentionner, les Morgand, Rahir, Belin, Giraud-Badin, etc. Je vous laisserai compléter la liste avec vos propres habitudes.

Si j'ai écris ce billet ce soir, c'était avant tout pour vous exposer une de mes dernières découvertes en la matière.


Il s'agit d'un exceptionnel catalogue de luxe publié par la librairie Maggs Bros de Londres et Paris, en 1938. De format grand in-4, luxueusement imprimé sur beau papier vélin crème assez fort, il est accompagné de 110 planches hors texte représentant, en noir, et en couleurs, de très nombreuses reliures.

Ce catalogue s'intitule "Catalogue d'un choix de très beaux livres. EMPIRE - RESTAURATION - ÉPOQUE ROMANTIQUE - ÉDITIONS ORIGINALES. Livres illustrés - Très belles reliures - Reliures mosaïquées. Catalogue n° 661.

Catalogue n°661 ! Rendez-vous compte ! Un bibliophile qui serait assez fou pour vouloir réunir la totalité des catalogues de la librairie Maggs Bros serait déjà chargé de 661 catalogues !! Est-ce possible ? Est-ce réalisable ? Est-ce souhaitable ?

Je n'ai réussi pour l'heure à réunir qu'une bien faible partie de ces près de 700 catalogues de cette librairie ancestrale et mythique ! Les réunir tous sera impossible. J'essaierai malgré tout.
J'attends des nouvelles d'une série de volumes reliés demi-maroquin de la librairie Morgand et Fatout, à la fin du XIXe siècle. Je possédais déjà la série des 10 gros volumes ... mais brochés (ou plutôt débrochés...)

Je m'égare. Pour revenir à ce catalogue : c'est un objet utile et fantastiquement agréable à consulter, je ne m'en lasse pas. Il est bien imprimé, joliment illustré avec le charme désuet des reproductions de reliures en couleurs, or et gaufrages, comme cela s'est fait jusque dans les années 1960. La photographie a progressé au service du bibliophile ! louée soit la photographie bibliophilique. Cet oeil sur le livre, c'est la bibliophilie qui vous entre dans le cerveau. Mémorisez, comparez, regardez, apprenez. Tout cela le beau catalogue de libraire vous l'offre, vous n'avez qu'à vous baisser pour ramasser la connaissance bibliophilique.

Évidemment, c'est long. Plusieurs années de pratiques de lectures assidues, de mémorisations, de comparaisons, etc, sont sans doute nécessaires à un début de maîtrise de l'outil. Mais quel plaisir ! Souvent je flâne dans mes rayons de documentation au hasard, j'ouvre un catalogue, librairie de la veuve Belin ! Quelle belle librairie ! Quelles belles notices ! Le hasard me guide le plus souvent, je n'y cherche rien de précis, ou plutôt si, j'y cherche tout. Et alors je tombe sur la notice qui m'intéresse, d'un livre que j'ai vu la semaine passée, et puis voilà, c'est parti, je cherche, je fouille, je veille, et je m'endors en me demandant dans quel autre catalogue j'avais bien pu repérer ce Ciceron imprimé par Simon de Colines dans une éditions des années 1530... mais l'année ? ah l'année ? je ne me rappelle plus... et je cherche encore.

Voilà ce qui peut vous arriver si vous décidez d'aimer et de conserver les beaux catalogues des libraires d'hier et d'aujourd'hui. Prenez-y autant de plaisir que moi et nous en reparlerons ensemble très bientôt ici même.

En attendant, je vous laisse profiter de quelques vues de ce Maggs Bros n°661...


Bonne nuit,
Bertrand

Ah si ! J'oubliais, outre les catalogues, à mon sens, une seule chose peut permettre de comprendre plus vite, mieux et plus encore la bibliophilie, c'est tout simplement de manipuler un maximum de volumes en un minimum de temps...

14 commentaires:

Bertrand a dit…

A cet instant vous êtes 6 à consulter le Bibliomane en simultané et ça me fait bien plaisir !

Si vous vous reconnaissez, faites-nous signe !

1
proxad.net
L'Hermitage, Bretagne
11:44:07 pm 1 0:00
http://209.85.229.132/search?q=c... d'une fille"&cd=1&hl=fr&ct=clnk
2
proxad.net
Tours, Centre
11:41:02 pm 1 0:00
http://le-bibliomane.blogspot.com/
3
chello.fr
Levallois-Perret, Ile-d...
11:36:31 pm 1 0:00
http://le-bibliomane.blogspot.co...-du-second-empire-1850-1870.html
4
tiscali.fr
Paris, Ile-de-France
11:43:37 pm 2 11:02
http://le-bibliomane.blogspot.co...mouton-tout-est-bon-dans-le.html
5
proxad.net
Paris, Ile-de-France
11:26:18 pm 1 0:00
http://le-bibliomane.blogspot.com/
6
proxad.net
Senlis, Picardie
11:34:38 pm 2 13:11
http://le-bibliomane.blogspot.com/

Textor a dit…

Bonsoir,

Vous présentiez le 8 Mai le numero 407 de chez Magg brothers, en 1921. Si mes comptes sont bons cela donne 254 catalogues en 17 ans, soit 14 par an !... la librairie débitait bien ou alors les anglais ne comptent pas comme nous… :)

Je me suis retrouvé dans votre description du bibliophile qui va d’une plaquette à l’autre en quête du souvenir d’une référence. On vient à la bibliophilie par amour de la lecture et on finit par passer plus de temps à lire les catalogues que les ouvrages eux-mêmes.
Je ne sais pas si c’est un effet de l’internet, sans doute, mais je reçois beaucoup moins de catalogues qu‘il y a 10ans, ou même 5ans. Certains restent néanmoins des travaux sérieux que j’ai plaisir à conserver, et il n’y a pas que Paris, Chartres ou la Touraine se défendent bien !

Textor a dit…

Petite question à brûle pourpoint, qui n’a rien à voir avec le sujet des catalogues, quoique. Est-ce qu’un de vos lecteurs insomniaques pourrait me dire combien y a-t-il eu d’éditions du Historiae Naturalis de Pline entre 1469 et 1484 ? A cette heure tardive je m’embrouille un peu dans mes recherches, et le BLB de Karlruhe parait fatigué aussi ...je compte 7 mais il doit m'en manquer.
Bonne Nuit
Textor

Raphael Riljk a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Raphael Riljk a dit…

9 à l'ISTC ?

1 Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis before 18 Sept. 1469 Venice
2
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Johannes Andreas, bishop of Aleria between 8 Apr. and 30 Aug. 1470 Rome
3
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Johannes Andreas, bishop of Aleria 1472 Venice
4
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Nicolaus Perottus? 7 May 1473 Rome
5
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Philippus Beroaldus 1476 Parma
6
Plinius Secundus, Gaius Historia naturalis. Ed: Philippus Beroaldus not before 13 Oct. 1479 Treviso
7
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Philippus Beroaldus 13 Feb. 1480 Parma
8
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Philippus Beroaldus 8 July 1481 Parma
9
Plinius Secundus, Gaius (Pliny, the Elder) Historia naturalis. Ed: Philippus Beroaldus 6 June 1483 Venice


Je suis sûr que vous avez une 10e édition non encore décrite !

Raphael

Textor a dit…

Super ! Merci Raphael. Non, je n'en ai pas une dixième, mais je viens de mettre la main sur la 9ème, selon vos sources. Venise Rainaldus de Novimagio, 6 juin 1483. Et vous m'apprenez que c'est une des éditions données par Philippe Beroalde, ce qui me plait bien, ayant déjà une bonne série d'opuscules écrit par cet humaniste.

T

Textor a dit…

Dans la série, bons catalogues de libraires, un de mes préférés est celui donné par Pierre Berès en décembre 1994, et intitulé "Des Valois à Henri IV, 350 livres et manuscrits". Une mine d'information pour qui s'interesse à cette période. Il est suivi d'une notice de 17 pp sur les collectionneurs cités.

Bertrand a dit…

Les catalogues de la librairie Pierre Berès sont une excellente source de documentation, j'essaye de les réunir tous... j'en suis encore loin...

B.

Textor a dit…

Et vous connaissez sans doute le comble du chic parisien en cette saison? un catalogue de librairie sans livre, dedans à l’intérieur (mais avec 46 entrées, tout de même) sous une belle reliure de tissu mauve. Il me fait penser à l’une de ces expositions de toiles blanches entourées de liserés blancs, qui faisaient fureur dans les années 80. Déjà un collector !

Bertrand a dit…

"un catalogue de librairie sans livre" ???

Non, je suis loin de la capitale...
cette histoire n'est pas encore arrivée jusqu'en Bourgogne...

Si vous pouvez nous en dire plus.

B.

Mandragore a dit…

Merci de ce petit coup de pouce à l'allure de "mode opératoire de l'apprenti bibliophile" comme il est de bon ton d'appeler ça dans toutes les entreprises ISO-truc à l'heure actuelle.
Je n'ai pas eu de grand-père bibliophile mais quand même un qui a ramené de nombreuses notices de chantiers de fouilles archéologiques en Afrique du Nord, très colonial, mais ça a débridé l'imaginaire de la petite fille que j'étais et décidé malgré moi de ma passion de l'Ancien, en général. Ajoutons à ça un papa physicien mordu de contes et légendes et pas avare de son temps...
J'ai découvert le "monde" du livre ancien relativement tard. Je l'ai abordé d'un côté plutôt "patrimonial", pendant plusieurs années j'ai eu l'habitude de consulter des catalogues, mais plutôt ceux retraçant l'histoire des tombes mégalithiques à travers le temps. Et puis c'est arrivé, justement à travers ces catalogues que je consultais, dont certains étaient très vieux mais n'avaient jamais été lus puisque pas découronnés... Que faire... La bibliothécaire ne regarde pas, j'ai vraiment besoin de l'info et du plan qui va avec... premier cas de conscience. Je ne dirai rien sur l'issue de ce dilème, mais j'ai ensuite appris à réparer les déchirures...
Après a commencé la documentation, l'observation et les discussions à tout va avec des bibliophiles avertis que j'ai rencontré, mais rien de plus difficile que de se faire expliquer les choses quand on suppose en face que vous connaissez déjà tout, il ne peut en être autrement :))...
Comme vous le dîtes bien Bertrand, il faut du temps, des années, et on ne sait pas toujours par où commencer mais on se prends très vite au jeu et les nuits se font plus courtes...
Alors je ne sais pas si j'aurai l'occasion de consulter beaucoup de catalogues de libraires, je m'y emploierai autant que possible, les occasions se provoquent. En revanche pour ce qui est de la manipulation, je m'y consacre au quotidien et avec le maximum de curiosité. La soif d'apprendre est la plus difficile à tarir parait-il. Et bien je crois que c'est vrai. Mais le plus intéressant, au fond, ce n'est pas d'atteindre un but (si tant est que ce soit une fin en soi) que d'en parcourir le chemin.
Un grand merci aux auteurs de ce blog et à tous les commentateurs. C'est un trésor que j'ai trouvé ici et qui me ravit. J'en serai partie prenante autant que faire se peut, peut-être plutôt d'un point de vue "technique", et j'en suis très heureuse.

Bertrand a dit…

C'est pour de tels commentaires que le Bibliomane a sa raison d'être et a été crée.

Merci à toutes et à tous les lecteurs et commentateurs passionnés bibliophiles et bibliomanes.

B.

Léo Mabmacien a dit…

Des catalogues bien sûr, de la manipulation aussi et des livres sur le sujet (encore et encore). Rajoutez à cela du temps et surtout de la curiosité et à force on y arrive...;-))

Textor a dit…

Oui, un catalogue sans livre. Pour fêter ses 20 ans d'existence, un libraire de la rue St André des arts à Paris, a conçu un catalogue composé uniquement de manuscrits et de tableaux, intitulé Plumes et Pinceaux. Le biblophile reste un peu sur sa faim, mais il faut reconnaitre que c'est bien fait, l'iconographie est superbe.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...