mercredi 30 décembre 2009

Les Etrennes d'outre tombe d'Octave Uzanne (1889). Eaux-fortes d'Evert Van Muyden (1853-1922).




Le hasard... encore le hasard, enfin presque... Disons que quand on cherche... on finit par trouver.

Et me voilà l'heureux dépositaire de deux belles eaux-fortes, et pas des moindres ! Pas des moindres pour moi, devrais-je préciser, car nous ne devons pas être 164 sur cette belle planète malade à chercher des reliques uzannesques...

164, pourquoi 164 précisément ?

Parce que les deux eaux-fortes que je vous présente ci-dessous ont été tirées à seulement 164 exemplaires. C'est peu, il fallait mettre la main dessus. C'est fait !


Elles sont de l'artiste suisse Evert Van Muyden (1853-1922), peintre animalier et aquafortiste. De mémoire il me semble que cet artiste a travaillé également pour illustrer un ouvrage de Champfleury et pour d'autres productions d'Octave Uzanne.

Octave Uzanne ! Octave Uzanne ! Il commence à nous courir avec son Octave se diront à juste titre les fidèles du Bibliomane moderne qui ont eu à lire de nombreux billets sur le maître depuis le lancement du blog en septembre 2008.

Eh bien oui ! Octave ! Octave Octave ! Je persiste, je signe, c'est ma marotte à moi, mon chalet des Alpes, ma préférence à moi, mon idole. Amen. Notez bien que si je l'avais en face de moi, à tenir une conversation soutenue, peut-être le détesterais-je... qui sait ? L'image des hommes et les hommes eux-mêmes sont deux choses bien distinctes. J'aime donc l'image d'Octave ! Ce qu'il a véhiculé, la bibliophilie qu'il a propagé. Et puis, un gars qui avait dans sa bibliothèque un exemplaire de l'édition originale du Discours à ses enfants de Bussy-Rabutin (1694), auteur bourguigno-célébrissime de l'Histoire amoureuse des Gaules, ne peut pas être un mauvais bougre.

Mais revenons à nos eaux-fortes.


Ces eaux-fortes de Van Muyden ont été gravées et tirées à 164 exemplaires spécialement pour la Société des Bibliophiles Contemporains, Académie des Beaux Livres, Octave Uzanne fondateur. Il s'agit du bulletin de convocation de l'assemblée constitutive de cette société de bibliophiles.

Voici le texte intégralement retranscrit et qui court sur la totalité des deux eaux-fortes :

"Paris ce Novembre 1889. Cher Collègue, La Réunion constitutive des Bibliophiles Contemporains aura lieu à Paris, le lundi 18 novembre prochain, dans le local de la Société d'Encouragement, 44, rue de Rennes (Place St-Germain-des-Prés) à 9 heures très précises du soir.

Je vous fais tenir aujourd'hui un exemplaire des Statuts et Réglement de notre Académie des Beaux Livres, en vous priant d'en prendre minutieusement connaissance avant notre Réunion. A cet exemplaire sont annexées la liste des Membres Fondateurs et différentes pièces qui vous fixeront sur l'Ordre du jour de notre Réunion, ainsi que sur les candidats qui vous sont proposés pour la formation du Comité. Prière de vouloir bien m'envoyer avant le 15 de ce mois vos bulletins de vote pour le cas où vous ne pourriez, comme je l'espère, vous rencontrer avec nos futures Co-Sociétaires le 18 Novembre prochain.

Trouvez ici, cher collègue, l'expression cordiale de mes sentiments confraternels.

Octave Uzanne, fondateur.
17, Quai Voltaire."


On rigole moins là hein ?! Attention aux yeux, créer une Académie des Beaux Livres relevait du Sérieux avec un grand S ! N'oublions pas qu'en 1889 le droit d'association entre particuliers est interdit tel qu'on le connait aujourd'hui... il faudra attendre 1901.

Bon, tout ça pour vous montrer ces deux belles eaux-fortes, simples "convocations" de luxe, faites par un esthète du livre moderne, pour ses amis bibliophiles. Je vous laisse admirer la complexité des détails des encadrements gravés. Tout y est beau, finement dessiné et gravé. Uzanne s'y retrouve à chaque scène ou presque... Uzanne le Hitchcock du XIXe siècle ! Un peu mégalomane et égocentrique, certes...

Dites donc ! Ça nous donnerait presque des idées cette "Convocation de l'Assemblée constitutive de l'Académie des Beaux Livres" non ? Bon, d'accord, autre temps, autres moeurs... Mais tout de même, une assemblée constitutive du Bibliomane moderne ne serait pas pour me (nous) déplaire, non ?!

A méditer avant le réveillon. Je vous réserve pour demain encore une de ces surprises uzannesques dont le Bibliomane moderne a le secret, mais chut !


Bonne soirée,
Bertrand

PS : si vous êtes curieux, cliquez sur les Octave en lien hypertexte dans ce billet... nouvelles lectures à l'affiche ! Si vous êtes plus curieux encore, tapez "Uzanne" dans le champ de moteur de recherche du blog, tout en haut à gauche, nombreux articles à lire sur Uzanne et ses folies.

22 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Cher Confrère en Uzanopolis, bravo !
...je connaissais pour les avoir vues à Paris, il y a quelques années...mais l'heureux collectionneur n'a pas voulu me les céder...
s'il me lit, je suis toujours amateur...

Bertrand a dit…

Et le confrère en Uzanopolis n'a pas lu le billet de demain...

B.

PS : Uzannesque ou Uzanesque ? Je m'interroge... si un lexicolo-gynéco-philologue nous lit...

Le Bibliophile Rhemus a dit…

....et le confrère en Uzannopolis (2 "n" , pardon) n'a pas lu le mien, d'un jour peut-être ...

Bertrand a dit…

ah ah ! Aurait-on en demie-teinte un de ces scoops éditoriaux ??

J'en serais le premier heureux.

(Avec envoi évidemment) ;-))

Mais au fait, et Cazin ? Tombé dans les limbes ??

B.

Pierre a dit…

Peut-être une intuition mais je crois que la passion de Jean-Paul pour Cazin ne s'essouffle pas...

Dites-nous Bertrand, les livres pour les trouver, nous avons les moteurs de recherche et les catalogues. Mais quid des estampes ?

Pierre

Textor a dit…

Cà y est, Bertrand a rechuté !
Encore un article sur Uzanne ... son double mégalomaniaque.
Qui a-t-il au juste aujourd'hui au 17 du Quai Voltaire ? Peut-être pourrions nous ouvrir une souscription pour y acheter un petit local pour le siège du Bibliomane Moderne? qu'on transformerait en Musée Octave Uzanne, avec estampes et tout et tout..
T

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Piere, c'est Béraldi pour les estampes.

Textor a dit…

Recherches faites, je m’aperçois qu’Uzanne, Octave a créé son association avec 160 adhérents seulement. Alors pourquoi ce chiffre de 164 ? J’espère que vous n’êtes pas tombé sur l’un des 4 exemplaires non attribués ? Ce qui lui retirerait beaucoup de valeur évidemment … :))

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pierre intuitif ou bien renseigné ?...(sourires)
Cazin n'est pas abandonné, mais, en temps de crise, les éditeurs se grattent la tête pour un livre de 400 pages à lectorat (donc tirage) limité: quelques uns hésitent ou se chamaillent...je ne sais..attendons leur réponse..l'année prochaine maintenant.
Mais les recherches continuent : il y a tant à découvrir encore !

Pour Uzanne, ce sera un peu plus tard.

Textor a dit…

Poursuivant mes recherches, je suis tombé sur une description du personnage : « Esprit charmant, tout en dentelles et en fanfreluches, M. Uzanne a chiffonné les Belles-Lettres, bibeloté l'Histoire, taquiné la Psychologie, coquetté avec la Critique. Il a fait de la jolie érudition de boudoir, de la littérature fardée et poudrée la plus galante du monde. Il a raconté l’Éventail, l'Ombrelle, les séduisants artifices de la beauté féminine, badineries agréables, dont j'apprécie tout le charme, mais peut-être insuffisantes préparations aux études sévères du style.» (Antoine Albalat, Les Ennemis de l'art d'écrire, Librairie universelle, Paris, 1905, p. 211.)
Pas très tendre Antoine Albalat …

Bertrand a dit…

Le nez Pierre... le nez ! ;-))

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Muyden a illustré "Le Loup" des "Contes" de Maupassant pour Les Bibliophiles contemporains, je ne sais plus en quelle année.

Textor a dit…

Bertrand,

Avez-vous cet ouvrage ?

UZANNE, Octave. Dictionnaire Bibliophilosophique, Typologique, Iconophilesque, Bibliopégique et Bibliotechnique, a L'Usage des Bibliognostes, des Bibliomanes, et des Bibliophilistins. [8], 364 pp. Illustrated throughout with 31 hors texte etchings, plus numerous vignettes and decorative initials. 8vo., 227 x 150 mm, bound in a double set of different printed wrappers with Art Nouveau designs, and laid into an Art Nouveau gilt-stamped and embossed vellum chemise wrapper with silk ties designed by Belville

Il me parait indispensable à vos rayonnages T

T

Bertrand a dit…

Eh bien non !

Je sais cet ouvrage rare et recherché et il atteint des prix coquets... alors quitte à être coquet jusqu'au bout, j'avertis le gredin vendeur qui me le proposera, que je ne l'accepterai que dans la condition suivante.

Reliure plein maroquin mosaïqué, reliure parlante sur le thème du livre et de la bibliophilie, doublure de maroquin richement décorée, tête dorée, autres tranches non rognées, couvertures évidemment conservées à l'état neuf, sur grand papier, avec deux états de la couverture illustrée, un envoi d'au moins quatre lignes du brave Octave à un homme du livre de son temps (de préférence Drujon ou Paillet...), le tout conservé à l'état de neuf absolu, la reliure étant signé d'un grand nom, cela va de soi, Noulhac me conviendrait bien encore que j'aurais une préférence pour Petrus Ruban ou Charles Meunier. Voilà. Un tel exemplaire existe, c'est certain, reste à le dénicher avant que la mort ne me prenne...

3 à 5.000 euros pour un tel exemplaire ne sera pas un prix abusif.

B.

Textor a dit…

L'exemplaire parfait que vous cherchez existe :

http://www.ilabdatabase.com/db/cart.php?addbook=359959010&ref=/db/detail.php

Il est à vous pour 12500 USD hors frais de port ...(et je ne prends pas de commission !)

Le Bibliophile Rhemus a dit…

"Albalat, Albalat, Albalat, morne plaine" écrivait son ami Jean Moréas, aussi peu talentueux que lui. Antoine Albalat, feuilletonniste habitué du Café Vachette, qui aurait voulu laisser son nom dans l'Histoire de la littérature française, jalousait un Uzanne talentueux et indépendant, qui, lui, ne laissait pas ses contemporains indifférents.

Bertrand a dit…

Pas mal en effet Textor !
Broché, sous chemise de demi-maroquin, beaux états de la couverture illustrée...
Pas mal, mais pas mes critères pour ce livre...
Il faudra que je revoie mon estimation à la hausse pour un exemplaire en maroquin mosaïqué et doublé...

Jean-Paul, merci de prendre la défense du maître. Je vous parlerai bientôt du bouquiniste-bibliographe Laporte et son pamphlet contre Uzanne. Uzanne n'avait pas que des amis, c'est certain. A commencer par d'autres "sociétés de bibliophiles" qu'il n'appréciait que d'un air entendu... mais Jean-Paul sait ça.

B.

Textor a dit…

Ahaa , je vois que la défense s'organise; il n'y a donc pas que Bertrand pour aprécier ce dandy bibliophile de boudoir... Bon, je vais chercher des alliés pour écrire un manifeste : l'Octavus Relegatus, Octavus Revocatus !

Textor a dit…

Je n'avais pas vu le dernier message de Bertrand. Si d'autres y ont pensé avant moi, alors .. je vais attendre le billet de demain.
Bonne soirée
T

Bertrand a dit…

Caius Julius Caesar aussi avait de cette sorte d'ennemis !

Je suis sur ses terres...

B.

Bertrand a dit…

Demain ce sera la magnification, pas l'allali !

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ah ! Antoine Laporte (1835-1899),le bouquiniste auteur de la "Bibliographie clérico-galante" !Un "boîteux" jaloux d'un "Monsieur de ces Dames" !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...