samedi 6 mars 2010

Suite à de très fortes émotions bibliophiliques...




... le Bibliomane moderne est dans l'incapacité de publier quoi que ce soit aujourd'hui...

Il y a des jours où les émotions sont trop fortes...

A demain si vous le voulez bien,

PS : Qu'on se rassure dans les chaumières, que du bonheur !

Bonne journée,
Bertrand

17 commentaires:

Anonyme a dit…

Tiens, je n'étais pas le seul à enchérir chez Ferraton? :)

Bertrand a dit…

Non, pas chez Ferraton, désolé.

Par contre ceux qui me chercheraient ce soir me trouveront, en compagnie d'un charmant ex-bouquiniste (Quai de la Tournelle) sexagénaire à souhait mais vigoureux, à la Guillonnière dans l'Yonne.

B.

Textor a dit…

Moi pareil, je n'écrirais pas de commentaire ce soir, plongé que je suis dans la lecture de ma dernière acquisition, un livre de classe imprimé en textura par Jacob Thanner en 1507; Marges immenses, normal puisqu'elles étaient là pour recevoir les notes de l'élève pris sous la dictée du Maitre.

T

Bergamote a dit…

Textor (qui manie la prétérition :), que signifie "imprimé en textura" ?

1507 ? Waow !

Bertrand : félicitations alors ?

Textor a dit…

Bonjour Bergamote, au risque de persévérer dans la prétérition, je vous réponds !
La textura est une lettre de forme utilisée dans l’impression des premiers textes, c’est une lettre gothique, un peu pointue dans le cas de mon exemplaire.
Vous verrez cela un de ces jours car je vais sans doute faire un article sur ce petit chef d'oeuvre de mise en page.

Textor

Bergamote a dit…

Merci Textor.
"Vous verrez cela un de ces jours car je vais sans doute (...)", hélas, mon sourire est retombé tel un soufflé : j'ai un instant cru que j'allais le voir en vrai, ce livre. Je vous taquine, bien sûr.

Lettres gothiques... j'adore. J'y pense, on m'a raconté aujourd'hui une histoire (vraie) qui trouverait sans nul doute sa place dans un bon roman contemporain : la personne en question reçoit tous les ans, à son anniversaire, un colis de sa vieille mère. Colis contenant systématiquement une chemise et une lettre. Chaque année. Toujours. Quel rapport avec les lettres gothiques, me direz-vous. Eh bien cette lettre - manuscrite, ce qui est de plus en plus rare de nos jours - est écrite en caractères gothiques. Incroyable. Sa maman ne sait écrire que de cette façon. Incredibeul.
Et dire que la dernière lettre (outre celles du fisc ou de la compagnie d'électricité) que j'ai reçue doit dater de 2004...

Textor a dit…

J'espère que nos badinages resteront dans un coin d’internet, mais j’en doute. C’est vrai que les lettres manuscrites étaient pratiques pour entendre parler des ancêtres, c’est de cette façon que j’ai pu avoir des nouvelles de mon arrière-arrière grand-mère, pourtant disparue en 1900 !!
T

Vincent P. a dit…

A la Guilonnière? Eh bien le libraire à tendance révolutionnaire ne se laisse pas abattre! lol
Vous avez bien raison, et vous me direz si vous avez goûté aux Saint-Jacques à la mangue...miam!
Félicitation donc à vous et à Textor pour vos trouvailles et acquisitions diverses.
Vincent P.

Bertrand a dit…

De retour...

Il faut combattre le mal par le mal Vincent ;-))

Bonne nuit à tous,

B.

Wall a dit…

Oeuvres de Mesdames de La Fayette, de Tencin et de Fontaines???

Textor a dit…

Zaïde, l'édition de 1669 ?

Bertrand a dit…

20 novembre 1669... mais aussi 2 janvier 1671...

B.

Textor a dit…

Comment, Comment ? les deux ? l'édition pirate écrite par le masque de Fer et l'autre, la vraie, celle de Madame ?

Bertrand a dit…

Ce n'est un Segrais pour personne !

Arrêtons-nous là, sans quoi nous nous ferons Huet !

B.

Textor a dit…

"La Princesse de Clèves est de madame de La Fayette : Zaïde est aussi d'elle. Il est vrai que j'y ai eu quelque part, mais seulement pour la disposition du roman"
Ségrais confirmé par Huet !!

Nos lecteurs ne vont rien comprendre à vos blagues de potache ...

Bertrand a dit…

L'essentiel n'est pas de comprendre Textor mais d'humer la senteur des délices des histoires des vieux livres...

B.

Textor a dit…

j'ai connu une fille autrefois (il y a longtemps) qui se comportait comme Mme de Lafayette, elle minaudait et me tournait autour jusqu'à ce que je lui fasse ses devoirs. Et je les faisais !
Pauvre Mr Segrais...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...