mardi 23 mars 2010

Mark Severin (1906-1987) au service de l'ex libris érotique.




Mark Severin n'était pas seulement le grand artiste que l'on connait mais était aussi un homme fort cultivé, très raffiné et collectionneur, lorsqu'il en avait le temps . Je ne m'attarderai pas sur sa biographie ni sur son œuvre picturale, d'autres l'ont fait prolifiquement et lyriquement, avant moi, avec un enthousiasme bien justifié. J'aborderai simplement le thème de l'ex-lbris et plus précisément celui qui touche à l'idéalisation de la femme et au domaine de l'ex-libris eroticis.

Certes, je vous propose de découvrir, à travers toutes ces images, le monde du boudoir, du cabinet feutré, portes closes et rideaux tirés, du collectionneur d'ex-libris galants et érotiques. Si l'artiste, dès son adolescence, s'essaya d'abord à la gravure sur bois, ses premiers ex-libris sont modestes et techniquement frustes, Mark Severin après un long chemin, arrivera au point de la quasi-perfection et sera recherché par les fins connaisseurs et collectionneurs.

J'ouvre une petite parenthèse pour signaler que le créateur d'ex-libris procure au bibliophile une œuvre dont le tirage sera non seulement limité, surtout s'il s'agit d'un cuivre original (ce qui est rare est cher !), mais sera aussi très personnalisé. Ainsi, tel passionné de l'héraldique, de la nature souhaitera que son nom soit associé à un emblème, un paysage, un arbre, que sais-je, et, ce n'est pas mon cas ; tel autre sera, et je le comprends parfaitement bien, sera préoccupé par la femme et désirera que son nom, ou ses initiales, soient les témoins attentifs d'un très charnel enlacement !



Dans cette voie, Mark Severin, qui a abordé tous les thèmes, a satisfait aux exigences de nombreux collectionneurs cosmopolites et même aux plus difficiles ! J'éviterai de faire une psychanalyse du comportement, des goûts et des choix des demandeurs et commanditaires de ces ravissantes vignettes mais je dirai que personnellement, en ce qui me concerne, j'ai toujours donné priorité aux phantasmes propres des artistes dans la réalisation de mes ex-libris personnels et qu'en général, j'ai toujours été satisfait par ma manière de procéder. En effet, des impositions de toutes sortes à l'artiste nuiraient infailliblement à la qualité de l'œuvre réalisée ; surtout si le futur acquéreur est narcissique, mégalomaniaque !

Je n'ai donc aucune honte à avouer que la rédaction de ce court article n'est qu'un prétexte pour mieux faire connaitre les satanées petites bonnes femmes de Mark Severin !



A signaler, cependant que les articles wickipédiens ou googliens, sur internet, ne sont pas à dédaigner et je terminerai en citant ce remarquable ouvrage monographique : Mark Severin, graphiste, Éditions de la Dyle, 1993, grand in-4° de 216 pages abondamment illustré. Ce livre contient, notemment des articles de différents auteurs dont celui de Thomas Owen "Severin, sa vie, son oeuvre et sa pensée", celui de David Chambers "Severin, the book illustrations" ; les articles d'André Gastmans "Severin en couleurs" et "Severin le graveur sur cuivre", ainsi que d'autres articles dont celui d'Antoine Rousseau, grand collectionneur d'ex-libris, devant l'éternel ( sa collection renfermait plus de 50.000 pièces!) qui a dressé une liste complète, annuelle et descriptive des 492 ex-libris que ce remarquable artiste réalisa jusqu'à la fin de sa vie avec la même dextérité et le même élan passionnel.



Un album Picasa est à la disposition d'un public averti ICI avec un peu plus de 130 Ex Libris par Mark Severin.

Voici ci-dessous une lettre autographe de Mark Severin.



Bonne journée,
Le Vicomte Kouyakov

7 commentaires:

Bertrand a dit…

Mille mercis Vicomte !

Comme on dit par chez moi : subversion du mardi matin, plus de chagrin !

Merci de partager avec nous les richesses de votre collection, votre savoir es eroticis.

Vous l'aurez compris, j'ai choisi de mettre dans le billet les ex libris où la femme et le livre se trouvent réunis. Fantasme tout à fait personnel, avouable et totalement libérateur.

A suivre pour d'autres merveilles de vos rayons ou de vos albums,

B.

Pierre a dit…

Magnifique article qui mériterait une parution en dehors des heures de bureau.

Un libraire ithyphallique...Pierre

Anonyme a dit…

Merci vicomte de nous faire partager les arcanes de votre bibliothèque. Bien Cordialement. Xavier

Anonyme a dit…

En temps que fils de l'artiste, j'ai forcément lu avec attention ce que nous a écrit le vicomte.
Vraiment, je trouve que cet article décrit, avec plein de respect et d'admiration,l'oeuvre si attachante et sensuelle de Mark Severin, qui ,lui-même, avait une admiration sans borne pour la beauté, en général, mais surtout sur celle du corps de la femme.
Merci Vicomte.

Bertrand a dit…

Cher Anonyme, fils de Mark Séverin, merci de nous lire et d'avoir donné votre sentiment.

A bientôt,

B.

Anonyme a dit…

Je suis assez étonné de ne pas encore avoir lu un commentaire de la part d'un membre de l'A.F.C.E, qui groupe, je crois , en France, un nombre important de collectionneurs d'ex-libris ! Mais il faut reconnaître, surtout, côté néerlandophone , que c'est en Belgique, qu'on en trouve le plus.Ce monde un peu secret des collectionneurs d'ex-libris n'ont sans doute pas oublié, parmi les plus anciens artistes liégeois, Jehotte, Jacoby et Duvivier au XVIIIème s. puis Armand Rassenfosse, Auguste Donnay, Georges Comhaire, puis , plus contemporains, Yvon Adam, Denyse Willem, Maggy Willemsen et André Leprince.
L 'ex-libris , n'étant pas toujours un art mineur,mais souvent considéré comme tel, Dürer, Cranach, Holbein, Boucher, Franz von Bayros, Michel Fingesten, Jean Morisot, Paula Russel et bien d'autres ont créé des ex-libris. Il faut aussi se rendre compte, qu'actuellement, les arrtistes slaves, depuis la suppression du mur et l'unité européenne s'y sont mis à coeur joie. Qu'il nous suffise de regarder les sites des plus grands , comme Peter Kocack, Julian Jordanov, Peter Velikov, Penkov, Naidenov,Romanyshyn, Antiouchkin pour n'en citer que quelques uns.Ce sont de véritables oeuvres d'art en minuscules!
Merci au Vicomte d'avoir eu l'idée d'aborder initialement ce thème et surtout du point de vue érotique.
Où trouve -t-on, en vente de tels ex-libris??

Benoît Junod a dit…

Par hasard, je découvre cet article sur Mark Severin dont j'ai environ 480 ex-libris sur les 500 et quelques qu'il a gravés... Sans aucun doute un des 'grands' ex-libristes de notre temps, et son livre, 'Making a bookplate', reste un classique.
En tant que gestionnaire du site de la FISAE (www.fisae.org) je viens de recevoir une question d'un éditeur brésilien qui prépare un opuscule sur les ex-libris: qui détient les droits sur les ex-libris de Mark Severin? Peuvent-ils être illustrés librement?
Quant aux questions d''Anonyme', je crois que l'A.F.C.E.L. est tombé bien bas, depuis le décès de la Grande Mme Meyer-Noirel. Jean-François Chassaing fait ce qu'il peut, mais les membres se font vieux et rares... La société ne se fait même plus représenter aux congrès de la FISAE, qui sont l'endroit-clef où l'on peut rencontrer artistes et collectionneurs et se procurer leurs oeuvres, par échange ou par achat. Le prochain Congrès est à Naantali en Finlande, en 2012, le suivant à Tarragone en 2016... Aussi les congrès nationaux (en particulier celui du DEG allemand) réunissent jusqu'à 400-500 collectionneurs et artistes. Pour plus d'informations sur les sociétés et leurs adresses e-mail. visitez http://www.fisae.org/membersoc.html

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...