vendredi 26 mars 2010

Du collectionnisme ou Le Bibliomane chez le médecin... Une ordonnance sévère !




Un peu de santé publique ne fait jamais de mal...

"Tout le monde sait ce que c'est que le collectionnisme (Sammelntrieb des Allemands, manie des collections, tendance à réunir des objets) ; mais l'aliéniste n'en sait pas plus, dit l'auteur, que le public éclairé, parce qu'il n'existe pas de définition scientifique exacte du phénomène dont le mécanisme pathologique a été insuffisamment étudié. Une seule forme en est bien connue, c'est la bibliomanie, qu'on a déjà distinguée depuis longtemps de la bibliophilie. Mingazzini a beaucoup contribué à faire connaître le collectionnisme. Il en a étudié les formes alliées à la cleptomanie (clepto-collectionnisme) ; il a distingué le collectionnisme pathologique de celui qui peut s'associer à un état psychique normal ; il a distingué un mono et un polycollectionnisme, un mono et un polyclepto-collectionnisme, un pseudo-collectionnisme (celui des érotomanes fétichistes), un collectionnisme paradoxal (celui des aliénés qui collectionnent mais ne conservent pas), etc. Malgré cela, l'étude du sujet est à peine effleurée. Dans la bibliomanie, par exemple, on peut étudier les formes de passage de la bibliophilie à la bibliomanie, la bibliomanie qui porte sur un genre de livre spécial, sur les éditions d'une époque donnée (mono-biblio-collectionnisme) et celle qui porte sur des livres quelconques (poly-biblio-collectionnisme). « Le collectionnisme consiste en une série d'actes automatiques ou semi-automatiques concourant à rechercher et à réunir en un lieu donné des objets d'une ou plusieurs espèces sans qu'il y ait à cette recherche et à cette réunion un but utile, logique et pratique pour la collectivité ou pour l'espèce, avec ce caractère essentiel que le sujet éprouve une joie ou un sentiment de satisfaction en faisant sa récolte, tend à la conserver jalousement, et ressent pour elle un attachement plus ou moins vif.» (...)

Th. Taty in Annales médico-psychologiques,
huitième série, tome XV, soixantième année, 1902, p. 492.


"Maladie morale, mais nullement mortelle, connue sous le nom de Bibliomanie"
écrivait Le Roux de Lincy dans le Bibliophile français (tome I, vente des livres de la bibliothèque de M. Brunet).

Je vous laisse consulter si nécessaire.

Bonne journée,
Bertrand

1 commentaire:

Bertrand a dit…

Le Bibliomane est un malade qui s'ignore ce qui explique l'absence de commentaires... (sourire)
B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...