mercredi 1 septembre 2010

Oubliez-vous la bibliophilie pour le temps de la période estivale ou continuez-vous à chercher des livres ? Une majorité écrasante de passionnés !




Voici le sondage de l'été arrivé à son terme. Ne votez plus ! Les jeux sont faits !

A la question : Oubliez-vous la bibliophilie pour le temps de la période estivale ou continuez-vous à chercher des livres ? La réponse est sans appel. Sur les 109 votes exprimés, 102 (93%) déclarent continuer à chercher des livres y compris pendant les vacances d'été, ils ne font pas de pause. Pour ces amateurs bibliophiles la chasse aux vieux livres semble sans concession. 4 personnes (3%) déclarent mettre leur passion en sommeil pour le temps de la période estivale. Et enfin, 3 (2%), ne se prononcent pas. Hésitation ou pudeur pour ces derniers ? Nous ne le saurons sans doute jamais.

Un sondage qui montre, s'il était besoin, que le bibliophile est tenace et persévérant dans ses recherches. Rien ne l'arrête ou presque. Pour ma part j'ai été ravis de faire une pause salutaire dans mes recherches de livres rares cet été. Mais il est vrai qu'à bien considérer les choses, pour beaucoup je suis libraire et point bibliophile. La pause était donc "professionnelle". Les choses vont désormais repartir de plus belle, soyez-en assurés. Le Bibliomane moderne, aidé de toutes les bonnes volontés encore debout, donnera le meilleur de lui-même pour cette nouvelle saison 2010-2011.

Merci encore une fois à toutes et à tous pour votre participation régulière et érudite.

Bonne journée,
Bertrand

15 commentaires:

Textor a dit…

Resterait à savoir si la chasse est plus fructueuse pendant les vacances pour les bibliophiles ou moins fructueuse compte tenu de ceusse qui font des pauses professionnelles ...

Bertrand a dit…

Je vous laisse répondre à cette question.

B.

calamar a dit…

en période estivale la chasse est différente, puisque le gibier change ses habitudes : (pléthore de vide-greniers où l'on ne trouve sans doute pas grand chose, mais on a le plaisir de chercher), libraires inconnus des lieux de vacances (s'il ne sont pas tous en congés !), et calme plat sur ebay...

Textor a dit…

Elle est drôle votre illustration d’une salle des ventes. Vu les costumes, la scène doit se dérouler à la fin du 19ème siècle mais les attitudes de chaque personnage sont exactement les mêmes que celles d’aujourd’hui !

T

Bertrand a dit…

Vous ne vous trompez pas Textor, cette gravure en couleurs est tirée de Balades dans Paris, ouvrage publié sous la direction d'Octave Uzanne (encore lui), en 1894, et auquel j'avais consacré un billet : http://le-bibliomane.blogspot.com/2009/02/balades-dans-paris-et-sur-les-quais.html

B.

Bertrand a dit…

Pour reparler chasse aux livres, mon permis de chasse m'avait été retiré juqu'au dernier jours d'août... mais je dois avouer qu'au premier coup de fusil, une pluie de jolis maroquins XVIIe et quelques très bons textes, sont tombés en masse...

La chasse est ouverte !

B.

Textor a dit…

Ah, avec le maroquin, on revient rarement brocouille, comme on dit dans le bouchonois...

Bertrand a dit…

O mais attention ! Il y a les bons et les mauvais chasseurs...

B.

Jean-Marc a dit…

J'ai continué ma chasse bibliophilique et, ma foi, je n'ai pas été déçu. J'en parlerai peut-être quelque jour sur mon blog.

En revanche, dans la belle ville de Toulouse, partant à l'exploration des libraires du coin, j'ai vécu une expérience depuis longtemps inconnue (la dernière fois, c'était à Aix-en-Provence). On m'a expliqué que rechercher par moi-même dans les rayons n'était pas bien venu. Tant pis pour moi et, peut-être, tant pis pour cette libraire. J'espère qu'elle ne m'a pas fait passer à côté de l'affaire de l'été.

Jean-Marc

Textor a dit…

Cette mésaventure arrive de temps en temps. Chasser le livre rare peut s’avérer un sport dangereux. Un jour, je m’étais décidé à m’aventurer dans la rue derrière chez moi où il y a 3 ou 4 librairies de livres anciens qui se suivent. En guise d’entrée en matière je m’étais emparé d’un livre de ma bibliothèque, pas trop courant, sur lequel je n’avais pas encore fait de recherches. En poussant la porte, je me suis dit que je n’avais déjà pas l’air d’être le bien venu, pas assez connu, sans doute. Bref, j’engage la conversation et lui demande son avis sur la rareté de ce livre. Il l’ouvre, voit l’ex-libris et s’exclame : ‘ Quoi ! un ouvrage de la bibliothèque du comte de Talouet, mais où l’avez-vous volé !?’ Véridique ! Inutile de dire que je ne suis pas resté très longtemps …Je ne dois pas avoir le profil du bibliophile. Ou bien certains libraires manquent de flair..

T

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Dieu merci, tous les libraires ne sont pas comme ceux-là.
Mais il est vrai que certains se prennent pour ce qu'il ne sont pas, et, quand on connaît leur parcours, on ne s'étonne plus de les entendre se plaindre de la déchéance de leur librairie d'ancien.
Pas plus que les autres, ils n'ont la "science infuse" : ils n'ont pas compris, même certains "grands" libraires, que la bibliophilie, ça se travaille tous les jours.

Bertrand a dit…

La bibliophilie doit être cet Hortus delicarium. La librairie ne doit jamais être bien loin. Y travailler doit être un plaisir délicieux.

B.

Olivier a dit…

Jean-Marc,
Étant toulousain, je crois savoir de qui vous parlez. Apprenti bibliophile j'avais passé la porte et avais été accueilli par un aimable et chaleureux "qu'est-ce que vous cherchez?". Je n'y ai jamais remis les pieds (et pourtant il y a là des bons livres).
Un indice : Lautréamont?

Pour ma part l'été fut fructueux. Et le dépaysement bibliophilique évite de tomber (une fois de plus...) sur les exemplaires qu'on avait alors jugé sans intérêt (pour soi) et qui le sont toujours (pour soi).

Olivier

Jean-Marc a dit…

Après le message d'Olivier, je suis rassuré, cela semble l'usage de cette maison (Lautréamont est un bon indice).
Probablement qu'elle vit de rentes généreuses qui ne rend pas indispensable la "triviale" tâche de vendre des livres à des clients.
Pour ne pas rester sur une image négative, j'ai été très bien reçu dans les autres librairies toulousaines et Toulouse, que je ne connaissais pas, est une ville attachante.

Jean-Marc

Olivier a dit…

Oui Jean-Marc, rien de personnel dans cette attitude ;-)
J'en profite pour vous féliciter pour votre portrait dans A&MDL!
Mais si c'est vous qui avez acheté le petit almanach aux armes de Napoléon dans la maison d'en face que je me réservais pour mon retour de vacances Grrr... ;-)
Olivier

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...