mardi 28 septembre 2010

Paul Gavarni (1804-1866) n'a pas croqué que des Lorettes ! ... des bouquineurs aussi.


L'iconographie bouquinière comme l'aurait dit l'Octave est sans doute l'un des premiers moteurs des syndromes bibliomaniaco-addictifs ! Et je le prouve !

Je reviens à Gavarni (lire les derniers billets du Bibliomane moderne sur quelques unes de ses œuvres) avec deux très jolies lithographies. Non, Gavarni n'a pas croqué que des Lorettes, des filles des rues, des bourgeoises endimanchées, des gueux ou les aristocrates philippards et post-philippards ! Non, il a aussi, et à vrai dire cela ne fait pas bien longtemps que je l'ai découvert, aussi croqué le bouquineur. Et par deux fois au moins ! Voici le détail.

En effet, en parcourant l'ouvrage de Paul-André Lemoisne, Gavarni peintre et lithographe, publié à Paris chez H. Floury en 1928, mes yeux se sont arrêtés nets sur les reproductions de lithographies qui se trouve aux recto de la page 218 et en face de la page 222. La première que je reproduis ci-dessous représente un pauvre hère passant devant une boîte de bouquiniste des quais et dit : - Si je savais lire, je voudrais jamais lire dans des vieux livres imprimés comme ça. Cette lithographie est extrait de l'album intitulé D'après nature et publié en 1858.


La deuxième lithographie, que je reproduis ci-dessous, représente un homme d'une soixantaine d'année, coiffé d'un chapeau noir haut de forme, un livre sous le bras et les mains plongées dans la boîte à 50 centimes. Elle est simplement titrée : Une orgie. Cette lithographie a paru dans le même album que la précédente (D'après nature, 1858).


L'album D'après nature fait partie des dernières série lithographiques de l'artiste, avec Les parisiens, Physionomies parisiennes et Par-ci, par-là). Gavarni avait perdu son fils Jean le 22 juin 1857 des suites de fièvres faisant suite à une hémorragie nasale (sans doute un accident vasculaire cérébral). Jean était un enfant. Gavarni ne se remit jamais complètement de ce décès. Il s'isola de plus en plus mais dans un sursaut donna successivement ces albums de lithographies en moins de deux ans. D'après nature contient 40 lithographies dessinées entre 1857 et 1858. M. Lemoisne écrit : "Séries qui contiennent peut-être, si l'on se place au seul point de vue du dessin, quelques-uns des chefs d'œuvre de notre artiste." Il poursuit :

"Les lithographies de ces séries représentent pour la plupart des personnages en pied, souvent isolés, synthétisant ces types parisiens que l'artiste aime à étudier, à creuser, à nous rendre dans toute la véracité et tout l'esprit de son analyse. D'un admirable dessins large, souple, puissamment modelées dans les gris sourds et les blancs lumineux, exécutées avec aisance, ces images de petits bourgeois, de boutiquiers, d'ouvriers, d'artistes, de femmes du peuple ou de mondains, resteront inaltérablement vivants et exacts, tant ils sont la représentation de chacune de leurs classes, de leurs métiers, de leurs occupations, de leurs préoccupations même. Tout cela dans leur cadre propre; dans une atmosphère qui, bien qu'indiquée en quatre coups de crayon, aide si bien à les situer, à les commenter pour ainsi dire." (p. 214)

Lemoisne commente ainsi la lithographie intitulée Une orgie : "Ce sont aussi les impressions reçues en passant : le vieux savant heureux de puiser dans la boîte du bouquiniste des quais et faisant "une orgie" de volumes à 50 centimes." et comme la première : "le flâneur, travailleur manuel le considérant d'un aire dédaigneux et déclarant : "Si je savais lire (...)".

Je ne sais pas si Paul Gavarni a croqué au cours de sa carrière de dessinateur lithographe d'autres types bouquiniers, je n'en ai pas trouvé d'autres. D'ailleurs je ne possède pas l'album D'après nature (que je recherche en bon état...). Et vous ? En savez-vous plus ? Avez-vous croisé sur votre chemin d'autres types bouquiniers par Gavarni ?

PS : inutile de vous dire que je suis acheteur de ces deux lithographies, même seules, en noir et mises en couleurs et gommées à l'époque...

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

6 commentaires:

Pierre a dit…

J'emprunte "une orgie" pour ma banque d'images. Merci. Pierre

Textor a dit…

Pi- rate !

Au fait, pourquoi ce titre, une orgie ? ce n'est pas exactement le mot qui vient à l'esprit en voyant cette scène paisible de bouquineux.

T

Textor a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Textor a dit…

Bon, avant de faire des commentaires stupides, je ferais mieux de lire les billets de Bertrand jusqu'au bout !! Mea culpa.
Ceci dit je persiste à penser que le titre est mal choisi. (et d'ailleurs la scène socialo-moralisante un peu lourde !)

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Je n'ai rencontré cet album qu'une seule fois, dans les années 1980,dans une vente à Bruxelles.Il doit être rare complet.
Le fils de Gavarni est mort à quel âge ? Les AVC ne se rencontrent le plus souvent qu'après 50 ans.S'il est mort enfant, il s'agit plutôt d'une leucémie, ou d'une maladie héréditaire, dite de Rendu-Osler (dans ce cas un des parents est atteint).

Le Bibliophile Rhemus a dit…

J'ai un autre bouquineur croqué par Gavarni dans mes cartons, et j'aimerais bien savoir d'où il sort.Je t'envoie l'image que tu pourras mettre à côté des autres sur le blog pour nos amis amateurs.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...