mardi 7 septembre 2010

A tous ceux qui recherchent la raison des choses. Octave Uzanne nous expose les raisons qui l'ont poussé à vendre une partie de sa bibliothèque (1894)



Un des ex libris gravés pour Octave Uzanne.
Celui-ci dessiné et gravé par Aglaus Bouvenne.


Le Bibliomane moderne ne fait pas grève, il ne manifeste pas. Il pleut. Le Bibliomane moderne revient aux fondamentaux : Les beaux livres et l'amour des beaux livres. Le Bibliomane moderne vous livre encore une fois une chronique d'Uzannie...

Aujourd'hui, Octave Uzanne nous explique les raisons qui l'ont poussé à vendre "les quelques publications contemporaines tirées d'une bibliothèque d'environ sept mille volumes"... reliures, dédicaces, lettres insérées, dessins originaux, pièces uniques, épreuves et états, etc... Il nous propose de nous promener parmi les 474 titres qu'il décrit lui-même par le menu, et non sans un certain humour, un beau style. Le catalogue de la vente s'intitule "Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques, revêtus de reliures d'art et de fantaisie, tirés de la bibliothèque d'un écrivain et bibliophile parisien dont le nom n'est pas un mystère et qui seront livrés aux enchères les vendredi et samedi 2 et 3 mars 1894, en l'hôtel des ventes, rue Drouot, salle n°10." L'expert de la vente est le libraire parisien A. Durel, libraire-expert tenant boutique au 21 de la rue de l'Ancienne-Comédie, passage du commerce. Ce catalogue, comme il se doit a été tiré sur beau papier (tirage total à 1.000 exemplaires distribués aux amateurs sur divers papiers - seuls les 25 exemplaires sur vieux Japon feutre possèdent un portrait du bibliophile...). Mon exemplaire est du tirage ordinaire, sans le portrait donc...

Je vous laisse en compagnie de l'Octave, je vous jure la série uzannienne se termine pour l'heure avec ce billet. Voici en image (plus simple et plus rapide à reproduire pour les publier) les premières pages du catalogue.


Cliquez sur les images pour les agrandir.






Que pensez-vous de cette façon de se séparer de ses livres chéris ? Octave Uzanne nous apparait ici bien clairement, son caractère se dévoile, il se livre aux bibliophiles du XXIe siècle que nous sommes.

Demain, deuxième anniversaire du Bibliomane moderne, j'offre la tribune à Textor en remerciement de ses précieux services. En deux ans nous avons partagé tant de choses ! Pour autant les défections au sein du Bibliomane moderne n'ont pas entamé ma volonté de poursuivre l'aventure avec vous. J'ai toujours autant envie de d'histoires de livres ! Pas vous ?

A demain !

Bertrand Bibliomane moderne

15 commentaires:

calamar a dit…

le Bibliomane pleut ? c'est que c'est grave...
Vous avez certainement certains des livres évoqués dans ce très beau texte. Sont-ils vraiment si ornés et soignés ? voici encore une mine d'articles sur Uzanne !
ps : bon anniversaire, par avance et peur d'oublier demain.

Bertrand a dit…

Non calamar, le Bibliomane moderne ne manifeste pas parce qu'il peut... (je sais ce n'est pas bien...)

J'ai possédé plusieurs ouvrages de cette vente, mais je ne les ai plus... mais j'en aurai bientôt d'autres... la roue tourne...

B.

Bertrand a dit…

A la vente Pierre Berès, les amateurs pouvaient acquérir un Germinie Lacerteux des frères Goncourt, édition de Quantin, 1886, un des 100 ex. sur Japon, reliure en cuir japonisante. Exemplaire offert par les frères Goncourt à Octave Uzanne, avec envoi. Provenance n° 206 de la vente Uzanne, 1894. Estimé 3.000/5.000 euros. Je ne sais pas combien il a fait.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Dans son catalogue, Uzanne aura enrichi moins la bibliographie que la langue française. Au hasard :
il nous dit que les livres de Beraldi "sont de la quintessence de bibliofolie française avec de l'esprit courant sans cesse à fleur de maroquin. Beraldi a, pour ainsi dire, brown-séquardé les vieilles basanes".
Très habile, Uzanne attire l'attention par le style de ses descriptions, tandis que les autres catalogues le font par la valeur des livres décrits.
Enfin, l'importance du lot d'ouvrages de luxe dus à Uzanne lui-même montre que l'auteur préféré d'Uzanne est ... Uzanne.
Pour lui, s'il y a des bibliophiles, il n'y a qu'un seul Bibliophile, avec un grand "B",lui.

Belle époque perdue...

Bertrand a dit…

C'est en même temps ce qui est assez drôle avec ce personnage haut en couleurs. On dirait qu'il n'a crée des livres et une bibliophilie de luxe que pour lui et son image... et puis il arrête presque tout dans ce domaine.

Dans cette présentation on sent bien un certain désenchantement envers les beaux livres. Uzanne semble avoir été blessé dans le domaine. Par qui ? Pourquoi ? La Société des Amis des Livres et le luttes entre les différentes sociétés de bibliophiles de l'époque n'y sont sans doute pas pour rien.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Effectivement, Bertrand : il démissionna de la Société des Amis des livres, où il était entré en 1881,la jugeant "obstinément traditionnaire", pour fonder en 1889 la Société des Bibliophiles contemporains.

Textor a dit…

Bertrand,

Nous attendons encore d’autres chroniques et d’autres découvertes sur le Bibliophile Uzanne qui parait être un sujet inépuisable.

Peut-être parce qu’à travers son extravagance et son panache, chaque lecteur de votre blog se retrouve un peu en lui (ou voudrait avoir les moyens de lui ressembler !) et qu’il justifie notre quête insensée.

Textor

Bertrand a dit…

Il se trouve que j'ai jeté un œil hier soir à la liste de sociétaires des Amis des Livres qui se trouve à la fin du volume "La dot de Suzette" de Joseph Fiévée avec des illustrations par V. Foulquier, Paris, imprimé pour les Amis des Livres, par Chamerot et Renouard, 1892 (tirage à 115 ex. seulement). Or il se trouve qu'Octave Uzanne y figure en bonne place dans la liste des "membres" de la Société. En 1892 Octave était donc à la fois Bibliophile Contemporain et Ami des Livres.

B.

Pierre a dit…

Existe-t-il une Octave Uzanne contemporain à la fois auteur, éditeur et bibliophile ? Pierre

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Cela devait arranger le président Paillet d'avoir encore Uzanne dans sa liste, alors qu'il n'en était plus.

Bertrand a dit…

Es-tu certain de cela Jean-Paul ? En 1892 il pouvait encore appartenir aux deux sociétés de bibliphiles non ? Ensuite je sais qu'il les critique si violemment... mais bon, au sein d'un même gouvernement on voit bien les mêmes dissensions même au XXIe siècle alors...

B.

Lauverjat a dit…

Pierre Berès, 3eme vente, n°377, Germinie Lacerteux, adjugé 4500 € plus 21,10 %.

Lauverjat

Bertrand a dit…

Merci Lauverjat !

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Tu as probablement raison Bertrand.

Bertrand a dit…

En 1904, Octave Uzanne dirige la Société des Bibliophiles Indépendants et c'est sous sa direction qu'est publié : Chansons de l'ancienne France. Paris, H. Floury, 1905. Par ROBERTSON (W. Graham). In-folio, de iv pp. puis 40 feuillets. Ouvrage illustré de bois gravés de Robertson, la plupart en couleurs. Tiré à 150 exemplaires. Imprimé sur papier à la forme d'Arches par les soins et sous la direction d'Octave Uzanne pour les Bibliophiles Indépendants le 4 novembre 1904.

Je ne possède pas cet ouvrage.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...