samedi 18 septembre 2010

Un autre dessin original de Paul Gavarni (1804-1866) : La réussite.




Dessin original de Paul Gavarni (1804-1866),
Légendé :
"Toujours cet as de pique jamais de trèfle, cela commence à devenir inquiétant !"
Encadrement moderne.
Collection B.H.R.

Comme je vous l'avais promis hier, voici un autre dessin original de Paul Gavarni (1804-1866), lithographe et aquarelliste français aujourd'hui quelque peu oublié ou tout au moins étouffé par d'autres pointures du dessin au trait de la même époque que furent J.-J. Grandville ou Honoré Daumier, dont le mérite et l'art est évidemment immense. Si ces modestes billets peuvent remettre à l'honneur ce maître des Masques et visages, j'en serais très heureux.

Le dessin que je vous propose aujourd'hui mesure environ 24 x 20 cm. Il a été récemment encadré (avant que j'en fasse l'acquisition), le cadre étant assez sobre, joli et bien fait, j'ai décidé de le conserver ainsi pour le moment. Ce qui ne facilite pas les choses pour la prise de vues... La photographie du dessin au travers d'une vitre, fut-elle propre, s'est avéré un jeu délicat... mais photographie numérique oblige (EOS 500D), on parvient toujours, quelques dizaines de déclenchements plus tard, au résultat que l'on souhaite, ou à peu près.

Dessin original de Paul Gavarni (1804-1866),
Légendé :
"Toujours cet as de pique jamais de trèfle, cela commence à devenir inquiétant !"
Sans le cadre. Format 24 x 20 cm environ.


La scène représente deux jeunes charmantes demoiselles, fort élégamment habillées de longues robes ornées de jolis petits rubans bleus. Toutes deux sont en train de faire une réussite aux cartes, sur une table. On lit, de la main de Gavarni, au bas du dessin, la légende suivante : "Toujours cet as de pique jamais de trèfle, cela commence à devenir inquiétant !" Le dessin est signé en bas à droite "Gavarni".

Signature de Paul Gavarni, en bas à droite du dessin.


Du point de vue technique, ce dessin de très belle facture, à mi chemin entre le tableau achevé et l'esquisse soulignée de couleurs pastels, a été réalisé sur papier teinté, à la mine de plomb pour le trait et rehaussé d'habiles touches de gouache épaisse, à certains endroits du dessin seulement, laissant la plupart du dessin au stade de l'inachevé, de la suggestion. L'ensemble apparait ainsi très lumineux mais également très "impressionniste" (ndlr :je ne suis pas critique d'art et j'utilise les mots comme je les sens... même si cela peut faire bondir les puristes... comme je l'avais déjà signalé dans un précédent billet... si les puristes savaient comme je m'en f...). Bref, un très joli dessin signé.

Détail.


Que dire de plus ? Je n'ai pas encore réussi à retrouver ce dessin reproduit quelque part dans aucune œuvre imprimée de Gavarni. Peut-être suis-je passé à côté ? Et vous ?

Allez, si vous êtes sage, et comme aujourd'hui et demain sont les deux jours que l'État a donné à notre patrimoine (il ne faut pas attendre ces deux jours commémoratifs pour s'émerveiller des choses de la vie des hommes et de la nature... une belle rivière de montagne est aussi jolie qu'un château du XVIe siècle sur mes terres de Bourgogne...), demain vous donnera droit à un autre dessin original de Gavarni, toujours de ma collection personnelle, et qui lui, cette fois, a bien été retrouvé dans l'œuvre du célèbre dessinateur que je vous invite ainsi à redécouvrir.

Bonnes journées du patrimoine,
Bertrand Bibliomane moderne

4 commentaires:

Textor a dit…

J’aime beaucoup ce dessin, le trait est sur et la pose est charmante. La gouache esquisse la scène juste ce qu’il faut . Belle acquisition.

Peut-on le dater ?

T

Cécile Ripoll a dit…

Je suis d'accord... pour les puristes :) ! Très beau dessin, merci de cette découverte !

Anonyme a dit…

Je viens de mette en vente sur Ebay, dans ma Boutique Chez Herodote, le numéro du CHARIVARI de 1853 contenant ce dessin.
Philippe Leicher
Librairie Candide 7 rue Montault à Angers

guillaume leicher a dit…

Je viens de mette en vente sur Ebay, dans ma Boutique Chez Herodote, le numéro du CHARIVARI de 1853 contenant ce dessin.
Philippe Leicher
Librairie Candide 7 rue Montault à Angers

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...