mardi 25 août 2009

Un candidat à l'Académie des Oubliés, Dédaignés et Insignifiants... qui est une candidate !







Bonjour

Je présente mon candidat, qui est une candidate, dans la catégorie Obscur (voir ci-dessous sa biographie) et Oublié (pour l'oubli dans lequel elle est tombée, malgré son poème "précurseur" sur les Alpes dauphinoises). Il s'agit de Mme Laugier de Grandchamp, qui a publié un poème dans l'Almanach des Muses de 1786.

Vous me direz, elle n'est ni la première, ni la dernière ! Ce qui caractérise ce poème, c'est que c'est la première évocation littéraire d'un voyage au col du Lautaret, avec un passage au pied la Meije.

Le poème est écrit dans l'esprit du conte de Marmontel, La Bergère des Alpes.

Veuillez trouver ci-dessous la transcription du poème (format PDF).

http://www.bibliotheque-dauphinoise.com/description_route_briancon_grenoble.pdf

Sinon, pour tout savoir sur ce poème, il faut se référer à la page qui lui est consacrée sur mon site :

http://www.bibliotheque-dauphinoise.com/description_route_briancon_grenoble.html

Notice sur Mme Laugier de Grandchamp, dans : Dictionnaire historique, bibliographique et littéraire des Françaises et des étrangères naturalisées en France, connues par leurs écrits, ou par la protection qu'elles ont accordée aux gens de Lettres, depuis l'établissement de la Monarchie jusqu'à nos jour, par Fortunée Briquet, Paris, Treuttel et Würtz, 1804.

LAUGIER DE GRANDCHAMP, (Gaudin, Dame) s'est adonnée avec succès à la poésie. Ses productions ont été insérées dans différens ouvrages périodiques. Elle n'avait pas 18 ans, quand elle fit paraître, en 1783, sa charmante Épître à la Bienfaisance. Ses Contes, ses Nouvelles, soit en prose, soit en vers, sont écrits avec grâce. La lecture en est attachante. On y trouve réunis l'intérêt du sentiment et celui de la délicatesse. L'aisance et la facilité caractérisent ses Romances. Il y a un ton de mélancolie et une manière poétique dans sa Description de la route de Briançon.

Cette pièce de vers fait partie d'un Recueil de Voyages, publié en 1787, par Couret Villeneuve.

Son Discours, en vers, sur les Préjugés, a des beautés. Son Éloge, en vers, de Voltaire, a
concouru, en 1779, pour le prix proposé par l'Académie française.

A la BNF, on trouve cet ouvrage : Sur l'arrivée des cendres de Napoléon à Paris, par Mme Laugier de Grandchamp, née Gaudin. Paris, Vve Le Normant, 1841 , in-8° , 8 p. (YE-45918).

Dans les registres paroissiaux de Briançon, on ne trouve qu'un acte qui pourrait correspondre à celui de son mari mort à Briançon, si l'on interprète correctement son poème : Louis Laugier, décédé à Briançon, le 9 juillet 1784, âgé d'environ 50 ans, écuyer, Garde du Corps de Monsieur frère du roi.

Je vous laisse juge de publier cette découverte.

Bonne journée,
Jean-Marc

6 commentaires:

Bertrand a dit…

Merci Jean-Marc de nous faire partager cette découverte et ton amour pour les Alpes.

Suivre ton blog et ton site sont un vrai plaisir sans cesse renouvelé,

à très bientôt (demain en fait...)

Amitiés,
B.

Textor a dit…

Jean Marc,

Une bergère... et dans les Alpes de surcroit, on en rêvait!

Décidemment le Bibliomane devrait être déclaré d'utilité publique, car chaque nouvel article est un sujet de découverte pour moi. Hier une thèse inconnue de Marc Antoine Muret et aujourd'hui une poêtesse du Dauphiné que j'ignorais avoir dans ma bibliothèque (Je n'ai que 2 ou 3 Almanachs des Muses, et pile poil 1786 !)

Savez-vous qui pourrait rejoindre l'Académie dans la catégorie des auteurs patoisant ? Jean Millet qui a écrit notamment la "Pastorale et tragi-comedie de Janin representée dans la Ville de Grenoble." Mais peut-être avez vous déjà écrit sur ce sujet?

Comme Bertrand, je lis votre blog, qui est toujours très intéressant, et dont je regrette seulement qu'il ne déborde pas un peu sur la Savoie, la terre de mes ancètres.
Vous savez, par exemple, entre la Bussière et les Marches...

Bonne Journée
T

Jean-Marc a dit…

Pour Jean Millet, j'ai parlé d'un autre poème en dialecte grenoblois : "La vénérable abbaye de Bongouvert".

http://www.bibliotheque-dauphinoise.com/abbaye_bongouvert.html

Une rareté, comme tous les écrits en patois, en particulier du XVIIe siècle. Le jour ou je trouve sa pastorale, je n'hésiterai pas un instant. Mais, pour le moment, le sort ne m'a pas servi.

Un autre poète patoisant de Grenoble, particulièrement attachant, est Blanc-La Goutte, auteur du Grenoblo Malherou (1733). Il est tellement "obscur" qu'il y a un discussion pour savoir si c'est le père ou le gendre qui est l'auteur. Là aussi, une petite page lui est consacrée.

http://www.bibliotheque-dauphinoise.com/blanc-la-goutte.html

Jean-Marc

Textor a dit…

Bonjour Jean Marc,

Merci pour votre réponse. Les œuvres de Millet ne doivent pas être très courantes en effet car depuis l’achat de la Pastorale de Janin, il y a quelques années en vente publique, je n’ai pas rencontré d’exemplaire de ses autres œuvres. J’aimerais aussi avoir la Vénérable Abbaye de Bongouvert …
Mon exemplaire de la Pastorale a du appartenir à un amoureux du Dauphiné, un de vos prédécesseurs en somme, il a fait relier son exemplaire dans une jolie reliure à plaques, style 1830.( basane havane ornée à froid d'un filet et d'un cartouche " gothique " au centre, dos orné d'un semé d'hermines.). Il y a un ex-libris manuscrit : « Louis Lentis (ou Sentis) provenant de la bibliothèque de l’oncle Aristide Alberti ». C’est la ré-édition de 1676 chez Edouard Dumon à Grenoble, imprimeur rue boucherie près la place Mal-conseil. 127 pp - Curieux format In 8 ? in 12 ? (15,5 x 8,5).
Textor

Jean-Marc a dit…

Provenance séduisante. Il s'agit probablement de Louis Sentis (1892-1979) d'un ancienne famille briançonnaise et sûrement d'Aristide Albert (1821-1903), incontournable personnalité briançonnaise, quoiqu'un peu oubliée (un candidat ?). Je lui est consacré un page, car sa bibliographie sur la région de Briançon est importante. D'une certaine façon, j'ai de la sympathie pour lui. Il a tout de même son buste dans la vieille ville de Briançon, en tant que principal donateur et fondateur de la Bibliothèque municipale de Briançon.

La page : http://bibliotheque-dauphinoise.com/aristide_albert.html
A la relecture, elle mériterait d'être plus étoffée.

Jean-Marc

Textor a dit…

Voilà qui va compléter ma fiche. Un grand merci !
T

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...