samedi 8 août 2009

M je dis M... ou le narcissisme bibliophile.



Vacances, vacances, ils n'ont que ce mot là à la bouche !

Est-ce que je pars en vacances moi ?

Euh... oui.... mais pas longtemps, promis.

Et que cela ne m'empêche pas de vous soumettre une de mes dernières acquisitions uzannesques... une édition Jouaust de 1877 (le bon Octave avait tout juste 26 ans). Une belle édition, imprimée sur papier de chine, des poésies de Sarasin, poète oublié du XVIIe siècle.

Bref, tout ça pour vous montrer que la bête est bien jolie et qu'elle garde encore pour moi tout son mystère quant au bibliophile très humilitophobe qui a cru bon (avec raison d'un point de vue esthétique selon mes goûts), de faire mosaïquer, en maroquin bleu sombre, un grand M sur chaque plat de la reliure... avec (car cela ne suffisait visiblement pas à son ego bibliophile), des M poussés or dans les coins des plats, ce qui nous donne un total de cinq M par plat, soit dix M au total sur cette reliure grand in-12 !


Pas mal non ? Qui était ce M mystérieux ? Le retrouvera-t-on un jour ? Pour ma part, c'est la première fois que je croise cette "provenance". Je n'ai rien trouvé de probant de mon côté. Aucun ex libris dans le volume ne permet d'en savoir plus. Ce qui est certain, c'est que cet amateur avait du goût et des moyens, la reliure, en plein maroquin, réalisée à l'époque, vers 1880, est signée d'un maître, Durvand.

Et vous ? Ces M à tout va vous inspirent-ils quelque chose ?

Bonne nuit,
Bertrand (qui a définitivement abandonné l'idée de caresser une vraie dorade sauvage... je vais me tourner avec résignation vers le surgelé de qualité)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

M pour MOI ?,
Lauverjat

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...