jeudi 27 août 2009

Une mystérieuse édition du Bücher vom Wahren Christenthüm par Johann Arendt.


J’aimerais soumettre à la communauté des savants experts du Bibliomane Moderne, une étrangeté. Il s’agit d’un livre qui n’est apparemment recensé par aucun bibliographe et qui ne semble figurer dans aucune des bibliothèques et autres moteurs de recherche que j’ai consultés.

Je ne ferais pas d’autres commentaires que de vous décrire ce que j’ai sous les yeux.

Une demi-reliure assez élégante en maroquin bleu. L’ouvrage débute avec 2 pages de titres, l’une au regard de l’autre (ou une page de titre et une marque d’imprimeur ?) La première mentionne un auteur - Johann Arendt – et un titre Bücher vom Wahren Christenthüm, la seconde, le lieu d’impression (Frankfurt) l’imprimeur (Johann Borlins) et la date (1700). (Fig 1)

Fig. 1


A la suite, 44 feuillets gravés en taille-douce qui font penser à un livre d’emblèmes. Chaque figure est assortie d’une légende en allemand. Les thèmes sont étranges et évoquent des éléments naturels, des phénomènes physiques, etc. Alchimie ? Sorcellerie ? La gravure est très noire, visiblement un premier tirage. ( Fig 2 à 7).

Fig. 2


Fig. 3


Fig. 4


Fig. 5


Fig. 6


Fig. 7


Certaines gravures sont signées ACF et les quelques dernières A.C. Fleischman. (Fig 8)

Fig. 8


J’ai vu sur Google qu’il existait 2 personnages répondant au nom de August Christian Fleischman, le premier a peint des portraits, le second semble avoir fait des gravures, et avoir eu une courte existence (1704-1732). Le second pourrait être le bon candidat mais cela ne colle pas avec la date de la page de titre. Y aurait-il un troisième Fleischman ?

Voilà toute l’énigme. Pourquoi personne ne s’est intéressé à cet ouvrage ? Arendt n’est pas ce qu’on peut appeler un Insignifiant puisque c’est un prédicateur protestant qui a beaucoup écrit, son best seller étant justement sechs Bücher vom wahren Christentum.

Existe-t-il un lien entre les 2 premières pages, (dont les gravures ne sont pas signées) et la série d’emblèmes qui suivent ? Mystère ! Le style parait différent mais les caractères gothiques allemands sont les mêmes. (en tous cas pour moi qui ne suis pas spécialiste du gothique allemand !)

La réponse est peut être dans le catalogue de la vente Van der Helle, si cet ouvrage faisait partie des livres qui ont été dispersés à sa mort (vente de 1848 ?) mais je ne l’ai pas trouvé. L’ex-libris de ce célèbre bibliophile, déjà cité par le Bibliomane Moderne, figure sur la garde du livre. (Fig 9)

Je propose que les experts amis-amis pouvant me donner un renseignement valable soient nommés Secrétaires Perpétuel de l’Académie des Insignifiants !

Bonne journée,
Textor

26 commentaires:

Bertrand a dit…

J'ai le catalogue Van der Helle dans ma bibliothèque de travail, je regarde de suite.

La figure 8 est particulièrement bienvenue sur le Bibliomane moderne non ?

B.

Bertrand a dit…

La vente Van der Helle de Lille que je possède s'est déroulée le lundi 10 février 1868 et jours suivants sous le ministère de Maître Delbergue-Cormont. Le catalogue a été publié à Paris par les soins de l'excellentissime librairie Bachelin-Deflorenne, en 1868.

Ce catalogue qui compte 2372 numéros est riche en livres liturgiques, religueux, livres d'emblèmes et autres livres de piété. Ces livres qui représentent la première partie du catalogue, tient en 408 numéros.

M. Van der Helle était visiblement très intéressé par l'illustration religieuse, au point qu'il possédait un nomnbre impressionnant de "figures de la bible" en tous genres, de "Pieux désirs (Pia desidera)" ornés de belles gravures, etc.

... mais point de "Bücher vom Wahren Christenthüm" par Johann Arendt.

Mais sa présence dans sa bibliothèque n'aurait pas dénoté.

Peut-être y a-t-il eu une autre vente Van der Helle ? Je vais chercher.

Martin devrait pouvoir vous aider sur cette affaire Textor.

B.

Claire H a dit…

Peut-être serait-il intéressant de se rapprocher de la BNUS qui semble d'après le CCFr conserver plusieurs exemplaires de ce livre (agrégé à d'autres) bien que dans des éditions différentes de la vôtre. Il y aurait également des éditions du 18e siècle à la BnF et aux Arts déco. (recherche avec "wahren Christenthum" en mots du titre).

Martin a dit…

Tous les bibliographes? Lesquels?

Raphael Riljk a dit…

Connait-on le mode d'emploi de ces livres? Servaient-ils une pratique religieuse particulière ?

Raphael

Martin a dit…

Un livre de prières protestant.

Arndt, Johann (1555-1621): Sämtliche Geistreiche Bücher vom wahren Christenthum, ...Francfort/M: Johann Görlin 1700
[2] ff. repl.., [2] ff., 14 pp., [2] ff., p. 15-56, [1] f., 1232 p., [36], [54] ff. : 2 titres illustrés., 54 grav.

Evidemment un fragment, mais très joli. D'après Graesse, la première édition, en 4 livres, serait de 1666, "cent fois reproduit".

Martin a dit…

Possible, qu'il se trompe, M. Graesse.
Les bibliographies à consulter sont Praz, A Bibliography of emblem books et Landwehr, German emlem books 1531-1888. Aucune idée, si cette édition s'y trouve.

Il existe aussi un catalogue, Mundus symbolicus: Emblembücher aus der Sammlung Wolfgang J. Müller in der Universitätsbibliothek Kiel, visible en partie sur google books.

Martin a dit…

Une édition rare, sans doute.
On devrait aussi consulter Jantz, Faber du Faur et Dünnhaupt (littérature allemande du baroque).
Rien trouvé non plus sur le graveur Fleischmann, actif à Nuremberg vers 1680/1700.

Assez fréquents, me semble-t-il, ces recueils en demi-reliures, de gravures ou de parties illustrées de livres sans autre intérêt. J'en ai aussi, malheureusement.

Textor a dit…

Merci à Tous pour vos commentaires étayés. Le Bi Mo est une mine, que dis-je, une pépite.

Marin a fait des merveilles comme d'habitude. Le mystère est presqu'entièrement levé. Bertrand, avec vos commentaires sur Van der Helle je vais avoir une fiché des plus savantes.

J'ai parfois dans ma bibliothèques des ouvrages auxquels ils manquent un ou deux feuillets, mais celui- ci pourrait entrer dans le livre des Records, puisqu'il lui manque 1346 pages !!!!

Il existe donc bien un 3ème Fleischman que je n'avais pas identifié.

Cela ne parait pas mais vous m'avez donné en une seule après-midi plus d'informations que je n'avais pu réunir en 6 mois sur ce livre.

Merci encore
T

Bertrand a dit…

Je n'ai rien trouvé concernant une seconde hypothétique seconde vente Van der Helle.

A priori l'exemplaire n'a pas été catalogué et s'est retrouvé vendu soit en lot soit à l'amiable à un amateur, avant ou après 1868.

Quoi qu'il en soit, ces illustrations sont vraiment superbes.

Certainement que la rareté de cet ouvrage complet a incité Van der Helle à faire relier uniquement les gravures ensemble, peut-être à partir de plusieurs exemplaires incomplets, comme l'idée souvent venait aux amateurs du XIXe siècle (d'où l'intérêt pour les exemplaires reliés au XIXe siècle de toujours regarder si l'on voit un ou plusieurs feuillets plus courts ou d'une teinte légèrement différente... en ce cas il y aura eu très certainement... accoquinage bibliophilique !

B.

Martin a dit…

Un peu bizarre, mais bon:

1785. Johann. Arnds, general superintend. der Furstenthums Lunebourg. Francfurt am Mayn, 1700, in-8, dem.-rel. maroq. bleu.
46 planches d'emblêmes gravées en taille-douce, et dont les sujets ont spécialement trait aux loix de la physique.
Résultat: 20,-

Ce qui me rapelle une remarque dans la première édition du Brunet (malheureusement vendu, et jamais retrouvée (la remarque)) concernant les "experts" parisiens...

(Trouvé par l'index (Arnd, J.), sinon impossible.)

Bertrand a dit…

Bravo Martin,

c'est bien le numéro 1785 de la bibliothèque Van der Helle...

Je m'étais arrêté (à tort) aux livres religieux en début de catalogue.

Étonnant ce titre ?

B.

Martin a dit…

Classé sous Emblêmes linguistiques...

Textor a dit…

Non, il ne me semble pas que les gravures proviennent de plusieurs exemplaires, Elles sont toutes grande de marge et "à l'état de neuf" . Cela ressemble à ces fascicules de gravures que l'on trouve brochées "avant la lettre". elles devaient faire l'objet de tirages à part et être vendues séparémment. J'ai une série de gravures comme celà provenant d'une édition de la Pharsale de Lucain.
Mais Si j'en crois la collation de Martin, il y aurait eu 54 gravures et là j'en ai 10 de moins. Donc, cela ne va pas bien avec l'idée d'un tirage à part.
Le mystère n'est pas totalement tombé.... et c'est tant mieux, finalement

T

Textor a dit…

Emblèmes linguistiques ? quid ? il y aurait un rapport entre la formule en allemand (difficilement lisible) et l'image ?

Martin a dit…

Si vous regardez le classement des livres d'emblêmes dans le catalogue Van der Helle (google books), il est un peu, comment dire, bizarre. Pas seulement des problèmes linguistiques.

En principe, ce n'est pas un livre d'emblêmes, c'est un livre religieux (les quatre livres du vrai christianisme), orné de gravures emblématiques. Bien sûr qu'il y a une relation entre l'image et la légende, et le texte. Pas toujours évidente, cette relation..

Martin a dit…

Ici, les six livres, bien sûr.

Difficile à traduire. Cherchez l'image:

Le plus petit doit céder au plus grand.
Pas trop près.
Plus dure la guerre, plus noble la victoire.

Textor a dit…

En effet, pas évident comme jeu, même avec votre traduction et mes 5 ans d'allemand, il faut chercher un peu !!

Le plus petit doit céder au plus grand. : Fig 4 G ( la lumière des étoiles s’efface devant le Roi-Soleil ?)
Pas trop près. : fig 7 D ( la chandelle peut brûler le rideau du lit ?)
Plus dure la guerre, plus noble la victoire : fig 6 G (mais on se demande où est la noblesse de ces ruines fumantes …)

Martin a dit…

Très bien, mais le rideau du lit?

Il n'y a pas de texte explicatif au verso?

Textor a dit…

J'ai dit cela parce qu'il y a une étoffe à côté de la chandelle. Mais cela pourrait être tout aussi bien une allusion aux papillons de nuit. Le feu éclaire et réchauffe, comme il peut bruler et détruire. Chaque formule semble construite autour d'un paradoxe, ou au moins d'une opposition.

Non, il n'y a pas de texte au verso des feuillets qui sont tous blancs. Les gravures étant mises au regard l'une de l'autre, cela donne 2 pages blanches et 2 pages illustrées. L'ensemble est un peu curieux.

Est-il possible que Graesse se soit trompé dans sa collation et qu'il y ait 44 gravures et non 54 dans les exemplaires complets ? N'y a -t- il pas une bibliothèque en Allemagne qui possèderait cette édition de 1700 ?

T

Martin a dit…

Non, non, Graesse s'est complètement trompé. La première édition est de 1605, la première illustré de 1679 (à vérifier).
La collation vient d'une bibliothèque allemande: Wolfenbüttel, Halle, Marburg? Je ne sais plus.
A suivre.

Anonyme a dit…

Voyez la notice d'un libraire à l'adresse
http://www.abebooks.com/servlet/BookDetails?bi=608163008
Yves

Textor a dit…

Merci Yves, c'est intéressant car nous retrouvons dans cette édition le thème de david et Goliath de la page de titre de mon exemplaire (fig 1 D) mais avec une autre gravure.
Ici 56 gravures, je serais curieux de savoir de savoir si les thèmes iconographiques sont constant d'une édition à l'autre ou bien si Görlin et Fleischman ont fait preuve d'imagination. ( et accessoirement, s'ils ce sont limités à 44 gravures)

Martin a dit…

Landwehr 48

Textor a dit…

Bonsoir Martin !
Quel est donc ce message codé ?
Une référence bibliographique ?

Aujourd'hui le hasard de mes déplacements m'amène à Zurich, où j'y ai découvert une rue remplie de librairies anciennes, la Kirchgasse. Je me demande si je ne vais pas me laisser tenter par une impression de Froben 1518, la Sylva d'Ange Politien...

Martin a dit…

Une référence bibliographique ?

Oui.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...