mercredi 6 mai 2009

Une merveilleuse histoire de cuivres...


Cher(e)s ami(e)s curieux,


voici de quoi repaître votre soif insatiable de nouveautés, d'inédits et de belles histoires du vieux livre...

Un ami m'a envoyé cette photo de deux sublime cuivres gravés du XVIIIe siècle.



Les reconnaitrez-vous ? Sauriez-vous dire à quelle édition ils appartiennent ? Il en possède d'autres... vous les verrez bientôt et la discussion se poursuivra.

Bonne soirée,
Bertrand

9 commentaires:

Textor a dit…

Ne serait-ce pas les figures d'Eisen des Contes de La Fontaine ? Edition de 1762, peut-être ? il faut que l'heureux propriétaire de ces cuivres nous disent comment il a pu les récupérer. j'imagine qu'elles n'existent qu'en un seul exemplaire, non ? Bonne soirée. Textor

Textor a dit…

en fait, en cherchant à la BNF l'édition des fermiers généraux, je constate que les dessins d'Eisen ont été gravés par une armée de graveurs :
Baquoy, Charles (1721-1772 ). Graveur
Ficquet . Graveur
Aliamet, Jacques (1726-1788 ). Graveur
Choffard, Pierre-Philippe (1730-1809 ). Graveur
Flipart, Jean-Jacques . Graveur
Le Mire, Noël (1724-1800 ). Graveur
Longueil, Joseph de (1730-1792 ). Graveur
Delafosse, Jean-Baptiste . Graveur
Le Veau, Jean-Jacques . Graveur
Ouvrier, Jean . Graveur
Lempereur . Graveur
La Fontaine, Jean de (1621-1695 ).

La question est donc de savoir qui a gravé ces deux cuivres là...
T

Textor a dit…

Non, rectification du précédent message, La fontaine ne faisait pas partie de l'armée des graveurs !!

Bertrand a dit…

Ce n'est pas l'édition de 1762 dite des Fermiers généraux...

mais laquelle alors ?

B.

Martin a dit…

Ce sont des copies non signées des figures d'Eisen, me semble t'il. Les cadres manquent et les légendes sont différentes.

Martin a dit…

Oops. Bien sûr que dans l'édition des fermier généraux il n'y a pas de légendes.

Martin a dit…

Evidemment une contrefaçon avec les figures retournées. Etant donné qu'il y a des cadres dans l'édition de 1777, on peut l'exclure. Reste celle de 1764 (ou une autre).

Bertrand a dit…

Jeen suis au même point, je penche pour 1764... ou une autre contrefaçon.

A suivre...

B.

Textor a dit…

C’est un vrai jeu de devinette ! le cuivre de Joconde d’Eisen est signé et daté sous la table « N. Le Mire 1762 » ; ce n’est donc pas celui-là. La seconde édition de 1762 est encadrée mais sans titre. Seule celle de 1764 comporte de belles contrefaçons et le cuivre de Joconde est inversé, selon Rochambeau, mais apparemment celui-là seulement, cela ne colle encore pas . Ensuite, les contrefaçons ultérieures sont de mauvaise qualité ( 1767, 1777, etc…). il n’y a rien qui ne semble correspondre à ces cuivres !!! Une contrefaçon de 2009 fait par un habile cyber-faussaire ??

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...