lundi 18 mai 2009

Du bibliomaniaque ou de la métaphysique de la roulette...


Cher(e)s ami(e)s toqués du bouquin,

Voici une petite interrogation que je vous soumets, car cela me pose problème.

Ma question est simple : à la vue de la photographie ci-dessous, qui donne en couleurs la roulette dorée intérieure qui se trouve sur une reliure de maroquin rouge, pouvez-vous me donner votre avis sur la date d'exécution de ladite reliure, uniquement sur ce critère, et sur le type et l'aspect du papier décoré de la doublure ?

N'hésitez pas à donner votre estimation de datation (sans carbone 14 on rigole moins...) en commentaire avec tous les arguments à l'appui que vous voudrez dévoiler ici.

Saurez-vous dater la reliure uniquement en fonction du décor de la roulette et du papier ci-dessus ?


Je vous expliquerai demain ou les jours suivants le pourquoi de cette question hautement bibliomaniaque...

Bonne semaine à toutes et à tous,
Bertrand

PS : Juste un mot pour vous remercier encore une fois de votre fidélité. Ces dernières semaines le Bibliomane moderne attire en moyenne près de 150 visiteurs par jour pour environ 300 pages vues. Merci ! Le Bibliomane moderne vient récemment de diffuser son 250ème message ! 250 jours déjà ! Merci !

14 commentaires:

Textor a dit…

Allez, puisqu’il faut se lancer, je dirais que cette dentelle intérieure, de type queue de rat primitif, a été réalisée par Antoine Ruette, fils de Macé Ruette. Ses reliures sont classées par G.D. Hobson parmi les reliures à la fanfare de type tardif.. Une date ? 1651, vers la fin d’après midi… mais avec si peu d’indices, je ne ferai pas de pari !!

Eric a dit…

Vu par moi, ce type de papier marbré se rencontre plus tard. Je dirai vers 1720.

Eric

Gonzalo a dit…

Comme Eric, j'aurais daté le papier du XVIIIe s. Mais la roulette me semble presque archaïque: Une restauration ancienne, mettons vers 1720 pour me ranger sous l'autorité d'Eric, sur une reliure plus ancienne, disons 1651 vers la fin de l'après midi, pour me ralier à Textor... Une reliure du XVIIe avec des gardes du XVIIIe?

Bertrand a dit…

Alors, merci aux premiers participants.

Afin que chacun ne parte pas sur de fausses pistes, je précise, ce que je vous montre est de la même époque, la reliure n'a subit aucune restauration, aucun changement sur ce qui est montré. Tout à été fait à la même époque.

Laquelle ?

B.

Je publierai demain un florilège des plus belles roulettes dorées intérieures sur de beaux maroquins anciens.

Continuez à donner votre sentiment sur l'époque de réalisation de cette roulette.

B.

Jean-Marc a dit…

Je penche aussi pour une reliure XVIIème. J'ai un ouvrage de 1638, en reliure d'époque, avec un papier très similaire. Pour la roulette, aucune idée. Disons donc 1640 (on se croirait au juste prix !)

Jean-Marc

Bertrand a dit…

Exprimez-vous ! Exprimez-vous !

Comme c'est amusant et instructif, demain je publierai un indice supplémentaire...

B.

Textor a dit…

J'avais lancé Antoine Ruette à la volée, de mémoire et sans avoir l'ouvrage sous les yeux. Mais maintenant en comparant, les roulettes ont bien des similitudes mais la vôtre parait plus archaîque encore. Je propose donc de remonter de quelques années. 1630? Mais, au fait, quand a-t-on commencé à utiliser du papier marbré ? T

Anonyme a dit…

Justement Marie-Ange Doizy "de la dominoterie à la marbrure" situe au début du XVII° les premiers documents sur la marbrure en Europe et d'abord en Allemagne vers 1604-1618. Bertrand ne nous dit rien sur la nationalité de la reliure. Si elle est française je trouve moi aussi que le papier marbré et la roulette sont assez archaïques, disons 1644 si la reliure est de qualité et par un imitateur de Le Gascon pour la roulette ligne brisée et petits ronds. Mais un atelier de province pourrait travailler ainsi beaucoup plus tard?
Lauverjat

xavier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Bertrand a dit…

Je précise que la reliure est française à l'évidence et parisienne très certainement.

Les débats autour de la date sont intéressants... très intéressants... vous comprendrez pourquoi demain avec le deuxième indice.

Bonne nuit,
Bertrand

Textor a dit…

Recherches faites (sur un site publicitaire d'une maison qui vend du papier marbré aux relieurs), ce serait justement Macé Ruette qui aurait introduit la technique de la marbrure en France, vers 1634, date à laquelle il est devenu l'imprimeur du Roi (Louis XIII).Donc, JeanMarc, avec votre ouvrage de 1638,vous pouvez vous flatter de posséder l'une des toutes premières reliures de ce type. T

Eric a dit…

Très instructif, je pensais que les premiers papiers marbrés étaient plus tardifs (1660) et étaient des peignés, présents, au début, uniquement sur le premier contreplat.

Eric

Raphael Riljk a dit…

Entre quelle et quelle période le papier seulement sur le premier (et dernier) contre-plat a-t-il été pratiqué ?
Dans votre expérience, y-a-t-il une garde blanche ou le livre s'ouvre-t-il sur la page de titre directement ?

Raphael

Textor a dit…

j'ai retourné tous les ouvrages de ma bibliothèque et je dois dire que je n'ai pas de livre à papier marbré (sur le contreplat ou avec la première garde incluse ) avant 1648, ce qui ne permet pas d'en déduire quelquechose.
Donc, je sèche.
Il faut peut-être plutôt chercher du côté de la technique de la dorure sur tranche après marbrure, dont le manuel du relieur (Moret) précise juste que c'était une technique "très en vogue autrefois".
Je ne crois pas que Bertrand se satisfera de cette information !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...