vendredi 12 décembre 2008

Relisons La Bruyère (1645-1696)



Portrait de Jean de La Bruyère (1645-1696),
frontispice (dessiné par St Jean et gravé par L. J. Cathelin) de l'édition ancienne au format in-4 des
Caractères de Théophraste et de La Bruyère, avec des notes par M. Coste.
Nouvelle édition, Paris, Hochereau et Panckoucke, 1765. 1 vol. gr. in-4.



Chers amis tanneurs,

Je vous propose pour ce soir, tout simplement une relecture de La Bruyère, auteur de "Les caractères ou les moeurs de ce siècle" (1688-1696). 1688 pour la toute première édition et 1696 pour la dernière publiée seulement quelques jours après sa mort, édition que l'auteur avait cependant eu le temps de revoir.

Relisons La Bruyère :

"Je vais, dit-il, trouver cet homme — le bibliophile — qui me reçoit dans une maison où, dès l'escalier, je tombe en faiblesse d'une odeur de maroquin noir dont ses livres sont tous couverts. Il a beau me crier aux oreilles, pour me ranimer, qu'ils sont tous dorés sur tranche, ornés de filets d'or et de la bonne édition, me nommer les meilleurs les uns après les autres, dire que sa galerie est remplie, à quelques endroits près qui sont peints de manière qu'on les prend pour de vrais livres arrangés sur des tablettes et que l'œil s'y trompe, ajouter qu'il ne lit jamais, qu'il ne met pas le pied dans cette galerie, qu'il y viendra pour me faire plaisir, je le remercie de sa complaisance et ne veux, non plus que lui, visiter sa tannerie qu'il appelle bibliothèque."


"On n'a rien écrit à cet égard de plus brutal et de plus grossier que ces paroles de La Bruyère " écrivait Léopold Derome dans son ouvrage "Le luxe des livres" publié en 1879.

Toujours très tranché ce Léopold Derome ! Toujours très franc en tous les cas.

Pour ma part, je vais voir Morphée avec ces lignes de La Bruyère sous l'oreiller et je vous dirai demain ce que j'en pense.

Bonne nuit,
Bertrand


4 commentaires:

bertrand a dit…

De retour du monde d'Hadès (forcément puisque je croyais retrouver la sérénité bibliophilique dans le sommeil... mais rien n'y a fait ! Je me réveille bibliophile ardent et bibliomane impétueux, plus que jamais...),

La Bruyère est un misanthrope comme je les aime, il aurait pu servir de modèle à Molière pour sa pièce je pense. Aigri, non reconnu pour son oeuvre unique publiée de son vivant, sans être expert sur le personnage, je pense que La Bruyère est sans doute le modèle même de l'homme "mal en cour" de son époque. Il y a quelque chose d'attachant dans la personne de La Bruyère, je l'ai toujours apprécié pour ce qu'il avait écrit, et sa persévérance surtout à corriger, augmenter sans cesse l'ouvrage de sa vie.

Question : J'aimerais savoir ce que La Bruyère avait sur les tablettes de sa bibliothèque ? Il faudrait que je me documente sur le sujet (si quelqu'un en sait plus ? qu'il parle ou se taise à jamais - sourire).

La Bruyère ne pouvait être fondamentalement si misanthrope que cela.

Anecdote : La vente de son ouvrage n’enrichit point La Bruyère, qui d’avance en avait destiné le produit à doter la fille de son libraire Michallet — cette dot fut de 100,000 F environ suivant certaines estimations, et de 200 000 à 3 000 000 F suivant d’autres.

Joli geste non ?

B.

Raphael Riljk a dit…

Une dégoogueulisation pour lancer la recherche :

"Il avait deux appartements qu'il avait meublés de ses propres meubles. L'un lui avait été donné à l'hôtel de Condé, rue de Vaugirard, en face le palais du Luxembourg, au deuxième étage (...) Le cabinet était séparé de la chambre par une porte vitrée. Il en était, en quelque sorte, le complément. Il contenait la bibliothèque de La Bruyère, quelques douzaines de volumes reliés de veau et de parchemin rangés sur sept tablettes, un petit lit de repos enveloppé de serge verte, ...
http://www.archive.org/stream/labruyretextes00labruoft/labruyretextes00labruoft_djvu.txt

Il nous reste à trouver la liste des ouvrages.

R.

Raphael Riljk a dit…

Plus loin :
"L'appartement de Versailles était beaucoup moins luxueux. ...il se signalait par ses tons verts que La Bruyère paraît affectionner... une autre bibliothèque d'environ
cent quarante-cinq volumes...Il paraît avoir accordé sa prédilection à la demeure de
Versailles. On y trouve, en effet, une bibliothèque plus importante et presque tout son linge."
Ibid.

Bergamote a dit…

héhéhé, il est clair qu'avec les Caractères de La Bruyère, tu as certainement dû rejoindre Morphée en moins de deux !!! Je les ai étudiés au lycée et j'en garde un souvenir... soporifique :)

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...