lundi 8 décembre 2008

L'Errotika Biblion d'Honoré-Gabriel Riquetti, comte de Mirabeau (1749-1791)


Il faut lire ici : Erotika Biblion, cette faute d'imprimerie sera reproduite sur beaucoup de rééditions.


Ce livre à été écrit durant l'emprisonnement de Mirabeau au donjon de Vincennes : entre 14 mai 1777 et le 8 juin 1780.

Le marquis de Sade, un autre prisonnier illustre y était depuis le 14 janvier 1777 ; ils étaient parents par les femmes et ne s'estimaient pas. L'un traitant de giton l'autre qui le considérait comme un monstre, tous deux ont joué un rôle prépondérant dans l'histoire de l'émancipation sociale et morale de l'humanité (1).

Mirabeau était enfermé pour avoir fuit avec sa maîtresse, Sophie de Monnier ; le couple à été rattrapé en Hollande et Mirabeau à été emmené directement à Vincennes. Il à été emprisonné à la demande du mari de Sophie et avec l'accord de Mirabeau père qui ne souffrait plus de voir son fils dans "la dépravation" et qui ne supportait plus de l'aider sans cesse financièrement.

L'Erotika Biblion a été édité en 1782 ou 1783, à Neufchâtel ou à Paris ; l'ouvrage est divisé en onze parties, les chapitres sont masqués sous des titres en hébreu ou grec ou chaque chapitre traite d’une perverssion sexuelle : Anagogie ; l'Anélytroïde ; l'Ischa ; la Toproïde ; le Thalaba (sodomie) ; l'Anandryne ; (homosexualité féminine) ; l'Akropodie (la circoncision) ; Kadhésch ; Béhémah ; L’Anoscopie ; la Linguanmanie.


Mirabeau montre ici une grande érudition pour les langues mortes ; les chapitres sont tirés de l'Ancien Testament et démontrent que les peuples de l'antiquité étaient plus pervertis encore (nous sommes en 1783).

Les différentes éditions :


Errotika Biblion/(épigraphe grecque)/une vignette formée de divers attributs artistiques et scientifiques/A Rome, de l'imprimerie du Vatican/MDCCLXXXIII (1783), in-8, iv+192pp.

Errotika Biblion/(épigraphe grecque)/une vignette représentant deux amours ailés dont l'un tient une gerbe et l'autre une harpe auprès d'une urne/A Rome, de l'imprimerie du Vatican/MDCCLXXXIII (1783), in-8, iv+192pp.

Errotika Biblion/(épigraphe latine)/groupe d'ornements typographique disposés de façon à former une vignette/A Rome, de l'imprimerie du Vatican/MDCCLXXXIII (1783), in-8, iv+188pp. Il s'agit d'une contrefaçon faite la même année que l'originale, et serait due à Hoyois (Mons)

Errotika Biblion/(épigraphe grecque et latine)/dernière édition/A Paris chez Le Jay, libraire, rue Neuve-des-petits-champs, près celle de Richelieu, du Grand Corneille, n°146, 1792, in-8, iv+192pp., in-8 de 176pp. Cette édition aurait aussi été poursuivie, quelques exemplaires arrivèrent à Rome et le livre fut mis à l'index le 2 juillet 1794

Errotika Biblion/(épigraphe grecque)/(épigraphe latine)/Troisième édition.
A Paris, chez tous les marchands de nouveautés/An IX-1801, petit in-12, iv+248pp. et un portrait gravé par Mariage. Paris, Vatar-Jouannet, an IX (1801). Cette édition est la plus jolie et la plus rare. On en trouve des exemplaires portant : par le comte de Mirabeau, nouvelle édition corrigée sur un exemplaire revu par l'auteur.

Erotika Biblion/par Mirabeau/nouvelle édition, revue et corrigée sur un exemplaire de l'An IX, et augmentée d'une préface et de notes pour l'intelligence du texte. Paris, chez les frères Girodet, rue Saint-Germain-L’auxerrois./MDCCCXXXIII (1833)/(épigraphes grecque et latine). Petit in-8, xii+271pp. Une vignette polytipée sur le titre représente Jupiter balançant ses carreaux. Edition très rare et désirable, elle contient les notes du chevalier Pierrugues, auteur du Glossarium eroticum linguœ latinœ dont j'ai déjà parlé à propos de mon livre d'Heures du XIXe. Cette édition est devenue très rare, parce que, croit-on, la presque totalité des exemplaires fut brulée pendant l'incendie de la rue du Pot-de-Fer, où le 13 décembre 1835, un fond très important de librairie fut détruit.

Errotika Biblion...Edition publiée en Allemagne vers 1860

Erotika Biblion/par Mirabeau./Edition revue et corrigée sur l'édition originale de 1783 et sur l'édition de l'an IX, avec les notes de l'édition de 1833 attribués au chevalier Perrugues. Bruxelles, chez tous les libraires. 1783-1868 (Poulet-Malassis), in-12, xv+220pp., avec un portrait d'après Sicardi et gravé par Flameng. Il y a une introduction due sans doute à la plume de Brunet (de Bordeaux)

Erotika Biblion/par Mirabeau/Edition revue et corrigée sur l'édition originale de 1783 et sur l'édition de l'an IX, avec les notes de l'édition de 1833, attribués au chevalier de Pierrugues et un avant-propos par C. de Katrix. Bruxelles, Gay et Doucé, imprimée à 500 ex. au format in-8, xxix+267pp. plus 2 ff. de table, une eau-forte de Chauvet et un portrait gravé par Flameng sur la gravure de Copia d'après Sicardi et le fac-similé d'un autographe de Mirabeau

Erotika Biblion. Une édition à paru à Bruxelles vers 1885


Note sur l'édition originale.

Une légende colportée un peu partout, surtout par les experts des ventes aux enchères, est qu'il ne reste que quatorze (14) exemplaires de l'édition originale !!! (iv+192pp.) ; les autres ayant étés victimes de l'autodafé.

Si l'on a pour habitude de consulter les dit catalogues, on s'aperçoit vite que cet ouvrage passe assez régulièrement en vente, je me suis amusé à localiser l'édition originale sur une courte période (on s'amuse comme on peut !) : (2)

avril 1992 : vente parisienne
novembre 1994 : à Bruxelles
juin 2007 : vente Louis Perceau, le bibliographe (quelqu'un de bien, que j'aurai aimé connaître...)
septembre 2007 : dans une vente en province
fin 2007, l'exemplaire que je vous présente ici, acquis dans une vente provinciale.
février 2008 : une vente parisienne
milieu 2008 : deux exemplaires chez deux libraires parisiens

Déjà huit exemplaires localisés, je n'ai pas jugé nécessaire de chercher dans les bibliothèques publiques...alors pour la rareté on repassera...

(1) : L'œuvre du comte de Mirabeau, par Guillaume Apollinaire, Paris, Bibliothèque des curieux, 1921

(2) : DVD de l’argus des ventes, et recherches personnelles.

Amitiés bibliographiques
Xavier

9 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

L'édition originale de l'"Errotika Biblion" a été partagée en 1783 par trois imprimeurs de Neuchâtel qui avaient acquis le manuscrit auprès de son auteur : Samuel Fauche, Fabre et Vitel. Chacun d'eux ayant tiré une édition sur ses propres presses,des différences d'imposition existent entre les trois éditions simultanées.

xavier a dit…

Il ne manque dans cet ouvrage que des illustrations !

Un autre exemplaire est en vente chez un librairie de Basse-Normandie, il s'agit de l'exemplaire de Louis Perceau ; ce qui porte à 9 le nombre d'exemplaires localisés.

Merci pour la mise en page Bertrand

Amitiés
Xavier

Raphael Riljk a dit…

Autant qu'il m'est permis d'en juger à la lecture de mon exemplaire bruxellois, l'art du Thalaba ne consiste pas, cher Xavier, à élargir le cercle de ses amis.
Mais c'est une discussion peut-être un peu trop technique, ...je passe la main, si j'ose dire.

Merci pour cet article.

Amitiés

R.

xavier a dit…

Les titres sont hermétiques, et la lecture de l’article ne m’a pas toujours permis avec certitude de translater chaque texte.

Si les lecteurs on déchiffré les articles, vous pouvez les écrire dans les commentaires ; ce qui me permettra de compléter très utilement la fiche de mon livre.

Merci à tous de votre aide
Amitiés
Xavier

Raphael Riljk a dit…

Voyons, Xavier...des enfants pourraient nous lire...

Le chapitre du Thalaba n'est pas à mettre entre toutes les mains...sauf celles des dames, bien entendu.

Est-ce assez pour compléter la fiche sur ce point ?

R.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

L'"Errotika Biblion" était le livre de chevet du roi Louis XVI. De Gaulle avait pour livre de chevet la "Psychologie des foules" du bon docteur Gustave Le Bon...Autres temps, autres moeurs...

bertrand a dit…

Il parait que M. Mitterand avait pour livre de chevet le Prince de Machiavel...

Ceci expliquant cela...

Blague à part, je crois bien que l'ami Raphaël veut nous emmener sur des chemins de traverse... (sourire)

B.

Anonyme a dit…

je travaille sur l'exemplaire ENF 393, l'exemplaire de 188 pages à l'épigraphe latine, or tous les dictionnaire indiquent comme imprimeur les 3 imprimeurs de Neuchâtel. Pourriez-vous me dire où vous avez trouvé l'information pour Hoyios je vous prie? en espérant que 5 ans après il y ait encore quelqu'un pour me répondre ;), merci infiniment
GB

SAVONNET a dit…

François SAVONNET

Je fais relier une édition originale, ce qui portera à 9 les exemplaires recensés.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...