jeudi 17 novembre 2011

Dialogue véritable : Entre un "héritier de livres" de par sa femme et un "libraire de campagne".


en avoir ou pas ...


L'héritier

Bonjour Monsieur ! Le père de mon épouse vient de mourir. Il nous laisse sur les bras plusieurs maisons et des tonnes de livres. Il y a de tout. J'en ai pris un ce matin, il était tout moisi. Il tombait en miettes. Mais il y en a certainement de bons ... J'ai pensé à vous.


Le libraire

C'est gentil, merci. Comment souhaitez-vous procéder. Voulez-vous que je me déplace ?


L'héritier

- Ma femme a sept frères et soeurs. Cela ne va pas être simple. Les uns veulent çi, les autres veulent ça. Et puis il y a le notaire. Il doit venir pour faire l'inventaire et expertiser les meubles, objets et livres.

Le libraire

- Bien. Si vous voulez vous pouvez donner mes coordonnées au notaire qui peut faire appel à moi s'il souhaite une estimation des ouvrages.


L'héritier

- Eh bien ! En fait, vous voyez, je pensais ... c'est assez simple, vous venez voir dans la maison où se trouvent les livres, vous regardez, vous mettez un prix dans chaque livre, et voilà ! Ensuite on mettra le tout dans la salle des ventes la plus proche.


Le libraire

- Ah ? ... bah non, cela ne fonctionne pas comme cela Monsieur. Si vous souhaitez une expertise de ces ouvrages, comme tout travail, cela doit faire l'objet d'une rémunération pour le travail que j'aurai à fournir. Voyez avec votre notaire ce qu'il souhaite faire.

L'héritier

- Je vais voir cela.

Le libraire

- Oui, très bien. Au revoir Monsieur.


L'héritier

- Au revoir Monsieur.



Il est dit que les libraires, de campagne ou d'ailleurs, c'est bien connu, vivent de l'air du temps et surtout d'amour et d'eau fraîche ... La journée commençait plutôt bien !

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane de campagne (aussi)

15 commentaires:

Anonyme a dit…

Nos concitoyens n'aiment pas payer un tiers pour une expertise ou toute autre transaction. Ils veulent - après s'être approximativement renseignés sur internet - un conseil gratuit et être couillonnés par un marchand sans scrupules du type "Corto" au début de " la 9 ème Porte" !
Il ne faut pas les décevoir.
frs

bertrand.bibliomane@gmail.com a dit…

Voilà, c'est ça !

Toujours dire son identité dès le départ : Dean Corso .... ça jette !

B.

Daniel a dit…

Cela devait être vraiment tôt le matin, un libraire qui ne récupère pas de suite les coordonnées et qui ne part pas immédiatement assis à coté du conducteur voir cela de plus près , je ne peux le croire! (sourire)

Daniel B.

Textor a dit…

C'est comme cela qu'on passe à coté des Bible à 42 lignes ...
:)
Bon allez, consolez vous... Pendant ce temps, je passais mon après-midi à soutenir les cours des livres anciens, sans rien acheter, en pensant que cela ferait plaisir aux libraires ...

T

Lauverjat a dit…

Sans rien acheter?! Héroïque!

Lauverjat

Textor a dit…

Enfin, rien de sérieux, le Textor sait résister à la tentation !! :)
Je me demande combien a pu faire le Guillaume Postel sur lequel j'aurais bien misé.
T

Lauverjat a dit…

2700 €

Bertrand a dit…

Vous auriez du Textor ! A ce prix c'est donné ! (rires)

B.

Textor a dit…

Merci Lauverjat, j'ai bien fait de partir avant la fin !
2700 ...Il n'avait pas de reliure, je n'ose pas imaginer ce qu'aurait donné le même en Trautz Bauzonnet...
T

Anonyme a dit…

Bah, c'est pas pire que le mec à qui vous faites une proposition à X euros et qui vous dis qu'il le passe à 2X sur ebay après...

Bertrand a dit…

2X ? ...

Bon nombre de libraires auraient déjà mis la clé sous la porte s'ils se contentaient d'un 2X.

Une simple visite à la chambre de commerce locale et un entretien avec un conseiller vous convaincra que le coefficient minimum de survie se situe en moyenne entre 2.5 et 3.

C'est pareil pour les marchands de chaussettes ou les marchands d'iPad.

B.

Anonyme a dit…

Soit un taux horaire de ...?
minimum 45 euros.
ça, c'est avant toutes les mesures en préparation pour juguler les dérapages de dépenses de nos gouvernants.
Gnann... c'est pas du politiquement correct, ça encore.
Bibliophiliquement politico engagée à la campagne, C'est un concept nouveau.
S.

Bertrand a dit…

En même temps, en ce qui me concerne, je ne compte pas mes heures... parce que je fais ce que j'aime. Et c'est tant mieux.

Mais je suis largement au dessus des 80 heures/semaine.

Quand on n'aime ....

B.

Anonyme a dit…

Moi non Plus Bertrand, je passe des heures à lire des catalogues sans aucune rétribution.
Et après il faut encore que je paye pour avoir les livres ;-)

Yohann

Anonyme a dit…

C'est vrai que quand on aime, le temps défile.
Pour autant tout travail mérite... de quoi vivre, aprés avoir eu l'entière satisfaction de se dire qu'aujourd'hui, on est moins bête qu'hier pour s'être nourri l'esprit, pour progresser demain.
S.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...