samedi 19 septembre 2009

Un dessin inédit du poëte par Gavarni pour les Français peints par eux-mêmes (1840).



Épreuve en noir, d'après un bois gravé, bandeau de tête de l'article "Le Poëte",
in Les Français peints par eux-mêmes, 1840, tome II, pp. 81-96.



C’est dans le tome second des Français peints par eux-mêmes qu’on trouvera cette truculente physiologie du Poète. Physiologie et Physionomie d’ailleurs puisqu’on trouve pour illustrer ce portrait deux jolies gravures sur bois hors-texte, toutes deux signées de Gavarni. C’est Émile de La Bédollière qui signe ce savoureux article de 16 pages (1). Curieusement cet article est publié peu de temps avant qu’Edmond Texier ne donne sa « Physiologie du poète » dans la lignée des physiologies joliment illustrées et imprimées en petit format à cette époque.

Outre le fait qu’Émile de La Bédollière insiste sur le fait que cette classe de la société est « bizarre et peu connue », il la divise en plusieurs types : poètes classiques, les auteurs de poésies légères, les auteurs de romances, les chansonniers, les poètes élégiaques, les poètes sacrés, les poètes nébuleux et intimes. Évidemment, les types se mélangent parfois, s’entrechoquent même. Rien n’est figé.

Mais ce qui nous intéressera aujourd’hui, c’est la représentation que donne Gavarni de ce poëte des années 1840. Voici les deux types retenus par l’éditeur Curmer pour illustrer l’article de M. de La Bédollière. Je vous les présente d’après l’édition de Curmer, titre daté de 1840 (1840 dans l'exemplaire que j'ai sous les yeux et non 1841 comme j’ai pu le constater sur d’autres exemplaires).

Épreuve coloriée à l'époque, d'après un bois gravé d'après Gavarni, se trouve en tête de l'article "Le poëte" in Les Français peints par eux-mêmes, 1840, tome II, pp. 81-96.


Je vous laisse deviner dans quelle catégorie de poète ce premier type doit trouver sa place. Poète nébuleux et intime ?

Épreuve coloriée à l'époque, d'après un bois gravé d'après Gavarni, illustre l'article "Le poëte" in Les Français peints par eux-mêmes, 1840, tome II, pp. 81-96.


Ce deuxième type, plus distingué au niveau de l’habit, songeur nez au vent, nous ferait presque penser à un rêveur éveillé. Encore un nébuleux d’un autre type ?

Mais voilà qu’il y a quelques mois je tombais le nez sur un dessin… inédit ! (2)


Dessin à l'encre de chine rehaussé à l'aquarelle, signé Gavarni et titré "Poëte".
Dessin inédit, non retenu pour illustré la première édition Curmer 1840-1842 des Français peints par eux-mêmes, article "le Poëte", tome II, pp. 81-96.
Collection personnelle. Image libre de droits.


Il s’agit d’un dessin à l’encre de chine et rehaussé de couleurs à l’aquarelle, sur un papier teinté couleur chair, très fin (type papier pelure). Il est signé Gavarni et porte en bas le titre « poëte ». Il est du même format que les hors-texte de la série des Français peints par eux-mêmes. J’avais sous les yeux depuis quelque temps ces beaux types de Gavarni, il ne m’a alors pas été difficile de comprendre que ce dessin à la plume signé de l’artiste, était un dessin inédit, non retenu par l’éditeur pour l’édition des Français peints par eux-mêmes.

Je vous laisse déterminer à quelle catégorie ce poëte débraillé aux cheveux broussailleux peut bien appartenir.

Voilà, je voulais juste vous faire partager cette petite découverte qui trône en bonne place dans mon salon au milieu d’autres dessins originaux d’artistes du livre, dessins que je ne manquerai pas d’évoquer dans de prochains billets pour le Bibliomane moderne.

"L'amateur de livres" d'après Tony Johannot pour les Français peints par eux-mêmes de l'édition Curmer, 1840-1842.
Existerait-il un autre "type" de l'amateur de livres par Tony Johannot, resté inédit ?

Je le cherche... ou il me trouvera...


Par ailleurs, en bibliomane incorrigible que je suis, je ne peux désormais m’empêcher de penser que peut-être Tony Johannot, autre artiste ayant travaillé pour les Français peints par eux-mêmes, a dessiné un deuxième type de l’Amateur de livres (voir ci-dessus)… Je ne désespère pas de le rencontrer un jour…

Bonne soirée,
Bertrand

(1) Article « Le poëte » par E. de La Bédollière, in Les Français peints par eux-mêmes, tome 2, Paris, Curmer, 1840, pp. 81-96.

(2) Je n’ai trouvé aucune trace de ce dessin sous forme d’imprimé.

5 commentaires:

Galderich a dit…

Ha ha ... Aujourd'hui même, chez les libraires de la "Fira de llibreters de vell" à Barcelone, j'ai acheté l'excellent livre «oeuvres de choisi de Gavarni. Un plaisir à regarder comme votre note.
Merci encore.

Vincent P. a dit…

J'aime beaucoup ces différents types de poëte...

Entre le romantique évaporé par nature et votre poëte qui semble bien évaporé par l'alcool (ou autre), Gavarni réussit toujours à croquer parfaitemet l'esprit humain.

Bravo pour cette découverte!

Vincent P.

Bertrand a dit…

Ce qui serait amusant ce serait d'essayer de mettre des noms de poètes connus sur ces trois types différents...

Musset, Hugo, Vigny ?

Mais il faut dormir un peu...

B.

Vincent P. a dit…

Oui je pensais bien à Musset et Vigny aussi. Hugo pour le lecteur? (le personnage du dessin est souvent, et à tort dit-on, associé à Nodier).

Vincent P.

Bertrand a dit…

Corrections importantes apportées à ce message, ici : http://le-bibliomane.blogspot.com/2009/10/deux-dessins-originaux-de-paul-gavarni.html

Bonne lecture,

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...