vendredi 6 mars 2009

Une lettrine pour Abel l'Angelier, libraire juré, tenant sa boutique au premier pillier de la grand'salle du Palais, en 1581.



La très grande marque en 1581 du libraire Abel l'Angelier (1574-1610).
Cette marque est un véritable chef d'oeuvre de gravure sur bois.

Dimensions : (14 x 10 cm)


On sait que le libraire Abel l'Angelier ou Langelier donne en 1588 une des belles éditions anciennes des Essais de Montaigne au format in quarto.

Abel l'Angelier était-il imprimeur ? Il était libraire-éditeur au sens moderne du terme. Il a donc, semble-t-il, employé des ateliers d'imprimerie pour chacun des ouvrages qu'il a publié sous son nom.

On sait par exemple que les Mémoires de Martin du Bellay, publiés sous le nom d'Abel l'Angelier en 1587, selon l'achevé d'imprimer, ont été imprimés par "Pierre le Voirrier en 1587, imprimer du Roy és mathematiques ; le vingtneusiesme iour de Octobre (1587)".

L'Angelier donne une nouvelle édition des Essais en 1595, au format in-folio cette fois. Qui en est l'imprimeur ?

J'ai sous les yeux un autre ouvrage in-folio avec sur le titre "Pour Abel l'Angelier" (...) etc. Il a été donné en 1581. Il est d'ailleurs indiqué dans l'extrait du privilège qui indique "il est permis à Abel l'Angelier, libraire juré en l'université de Paris, d'imprimer ou faire imprimer, vendre & distribuer toutes les Oeuvres (...)".

Qui a donc bien pu imprimer ce bel in folio pour Abel l'Angelier en 1581 ?

J'avoue que je n'ai pas poussé bien loin mes recherches à ce sujet. Le Dictionnaire encyclopédique du livre est muet sur ce libraire pourtant important à la fin du XVIe et au début du XVIIe siècle. L'histoire de l'édition française de R. Chartier et H.-J. Martin ne donne pas de détails sur ce libraire mis à part qu'il descend d'une grande famille de libraires.

Quelques fois, Abel l'Angelier est désigné comme imprimeur. Quels sont les livres sortis de ses presses s'il en possédait ?

Je laisse toutes ces questions à la curiosité publique. Je vais faire quelques investigations de mon côté et essaierai de vous présenter un article bien "ficelé" dans les temps prochains.

Je vous offre cette lettrine qui mesure environ 3 x 3 cm et qui se trouve dans un ouvrage in-folio donné "Pour Abel l'Angelier" en 1581. Je l'ai trouvée suffisamment expressive pour évoquer certaines envies qui nous viennent parfois.

De quel atelier typographique provient cette belle lettrine
qui se trouve dans un ouvrage de 1581 publié par Abel l'Angelier ?



J'ai trouvé la référence suivante : Abel L'Angelier & Françoise de Louvain (1574-1620) ; Suivi du catalogue des ouvrages publiés par Abel L'Angelier (1574-1610) et La veuve L'Angelier (1610-1620) par Jean Balsamo et Michel Simonin, Droz, 2002. Mais je ne possède pas cet ouvrage. Je pense que la réponse à mes interrogations est dans cet ouvrage...

Bonne journée,

Bertrand

9 commentaires:

Gonzalo a dit…

Abel Langelier n'était pas imprimeur. Comme Jean Petit au début du XVIe siècle, il a publié énormément de livres, dont nombre de livres importants, a fait travaillé de nombreux imprimeurs, mais ne semble pas avoir possédé de presses.

L'ouvrage de Simonin et Balsamo est une référence incontournable, accompagnée de la bibliographie (assez détaillée: transcription des titres, collations sommaires, etc.) des livres imprimés par Langelier.

Martin a dit…

imprimés? par?

Bertrand a dit…

Peux-tu préciser ta question Martin ?

B.

Gonzalo a dit…

>> "imprimés? par?"

Oups... Quel idiot! "publiés par"...

RAOUL a dit…

Bonjour
_______
Je ne suis pas un spécialiste en bibliophilie, mais j'ai un début de piste pour éclairer les imprimeurs qui travaillaient avec Abel L'Angelier. Je possède des ouvrages de blaise de Vigénère édités par Abel L'Angelier , or après la mort de l'auteur, l'imprimeur de la suite de Philostrate (du même auteur) précise dans la préface qu'il à été l'imprimeur de toutes ses oeuvres durant sa vie. Ceci implique qu'il à nécéssairement travaillé avec l'éditeur Abel l'Angelier. Il s'agit du célèbre Claude Michel à Tournon (imprimeur de l'université)
Cordialement

Textor a dit…

Bonjour Raoul, Merci de vous intéresser à ce blog. La piste mérite d’être explorée, toutefois je vois que notre Claude Michel n’était pas net-net : le 18 Aout 1597, un arrêt du parlement condamne Thomas Soubron, de Lyon, et Claude Michel, de Tournon, pour contrefaçon des privilèges d’Abel Langelier … affaire à suivre...

Textor

RAOUL a dit…

Mon édition de la suite de Philostrate date de 1611 avec privilège de sa Majesté, ce qui veut dire qu’il (Claude Michel) a récupéré ses droits si toutes fois il les avait perdus.
Dans cette édition, il y a également un privilège du « Roy » (en son conseil) par Delalane du 19 juin 1609, pour Guillaume Linocier qui en est le bénéficiaire (libraire, juré en l’université de Tournon). Donc dans cette édition si je comprends bien, deux imprimeurs sur trois à Tournon sont impliqués pour l’édition de l’ouvrage de Vigénère avec en préambule une lettre (complainte pour avoir les droits) de l’Angelier , seul Linocier l’a obtenu en juin 1609, qui le fait imprimer par Claude Michel !
J’ai l’impression que Linocier vient en aide à L’Angelier ( en 1609 peu de temps avant sa mort) en publiant sa lettre (complainte pour imprimer l’œuvre de son ami Vigenère) l’Angelier n’ayant probablement pas obtenu le privilège (n’y a-t-il pas eu un rebondissement dans le jugement de 1597?) Linocier utilise Claude Michel, (je pense, son concurrent) comme imprimeur, est-ce que cela ne voudrais pas dire qu’il privilégie l’imprimeur de L’Angelier , ou que suivant les condamnations, Linocier est une sorte de tutelle en place par la grâce d’Henri IV ? Par ailleurs j’ai fait une erreur dans mon article précédent, c’est bien Langelier qui se déclare être l’imprimeur de Vigénère et non pas l ‘éditeur, du moins c’est ce qu’il annonce dans sa lettre. Il reste un certain nombre de mystères autour de cette profession d’imprimeur à Tournon précisément dans un XVI/XVIIème siècle quelque peut agité. Une chose me semble cependant plus que probable c’est le lien entre L’Angelier et les imprimeurs de Tournon.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Pour Abel L'Angelier, voir le spécialiste Jean Balsamo, et en particulier pour le problème évoqué ici, son "Abel L'Angelier et Françoise de Louvain" (Genève, Droz, 2002, p.406).

Gonzalo a dit…

>> "Abel L'Angelier et Françoise de Louvain" (Genève, Droz, 2002, p.406).

Coécrit avec le défunt Michel Simonin.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...