mercredi 14 septembre 2011

Connaissance du livre de bibliophilie par l'image : une reliure originale signée René Kieffer (vers 1925-1935).





Voici pour vous exercer l'oeil, quelques photographies d'une reliure signée d'un nom connu dans l'univers du livre de bibliophilie, René Kieffer. J'avais déjà commis il y a quelques temps un article à propos d'une reliure Art Déco signée René Kieffer (vous pouvez lire ou relire l'article ICI). J'avais également à l'époque fourni un lien sur René Kieffer éditeur et relieur, il s'agissait du résumé de la thèse d'Agathe Sanjuan intitulée : Les éditions René Kieffer (1909-1950). Vous pouvez lire ou relire ce résumé ICI.


Aujourd'hui c'est une reliure sortie des mêmes ateliers que je vous propose d'admirer, mais d'un tout autre genre, d'un tout autre style. Il s'agit de 2 volumes in-8 reliés en plein maroquin à grain long de couleur chocolat. Elle recouvre un ouvrage imprimé en 1835 et s'adapte assez bien au style de cette époque. On dira donc qu'il s'agit d'une reliure pastiche de la période romantique. Les plats sont décorés d'un encadrement de roulettes dorées, pointillés, filets pleins dorés, fers à froid carrés dans les angles, dos ornés de fleurons typique de cette époque 1830-1840, roulette dorée sur les nerfs, filets dorés et petit fer à froid. La doublure intérieure est en maroquin sur le pourtour sur une largeur d'environ un centimètre et demi, les gardes sont en papier marbré. La tête des volumes est dorée, les autres tranches non rognées, simplement ébarbées (exemplaire relié sur brochure avec ses couverture imprimées conservées). Le papier est un joli papier vergé fin, vraisemblablement lavé et réencollé par les ateliers Kieffer au moment de la reliure. L'intérieur des volumes est immaculé. Les reliures, comme vous pouvez le voir, sont à l'état proche du neuf, telles que si elles sortaient de l'atelier de René Kieffer.



On aime ou on n'aime pas. Juste à savoir, il ne s'agit pas d'une production dite "à la plaque" et semi-industrialisée comme le faisait très bien René Kieffer ; ici il s'agit d'une création, réalisée à la roulette et aux petits fers, certainement suivant les vœux d'un amateur bibliophile qui aura guidé la main du maître relieur. On trouve donc dans ces volumes, aussi bien la signature RENÉ KIEFFER en lettres dorées poussées au bas du premier contreplat, que la petite étiquette imprimée mentionnant : "René Kieffer, reliures d'art, 18 rue Séguier, Paris".

A vous de juger.

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

4 commentaires:

Textor a dit…

Ah la jolie reliure ! Moi, j’aime !

D’ailleurs, je rappelle aux néophytes qu’étymologiquement parlant, Kieffer est à l’origine de l’expression kiffer une reliure. Ou bien encore : « cette reliure, je la kiffe trop ! ». Exclamation que l’on entend souvent chez Sourget.
Bonne soirée
Textor
T

Le Bibliophile Rhemus a dit…

On entend aussi parfois : "cette reliure est noul ha c..."

calamar a dit…

cette dernière remarque, pour les reliures à plaque, bien sûr.

Anonyme a dit…

Bonjour,
En effet très belle reliure. Un art au sommet. Merci pour la clarté de ce billet et les nuances apportées concernant la dorure;
bien à vous.
Sandrine

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...