mardi 20 septembre 2011

Esthétisme du livre ancien : un imposant cul-de-lampe (1694)

En bibliophilie comme en tout il faut savoir souvent se laisser guider par son œil, c'est lui le premier instinct du beau, et même si parfois il nous trompe ou nous mène vers des chemins détournés et sinueux, c'est par lui qu'on apprend l'essentiel. C'est en tous cas mon avis, et je le partage.

Ce soir je collationnais une édition de la fin du XVIIe siècle en 3 forts volumes in-4 et mes yeux sont restés admiratifs un long instant de ce motif décoratif situé à la fin d'un chapitre, autrement appelé cul-de-lampe. Celui-ci, gravé sur bois, a la particularité d'être d'une taille hors norme pour ce genre de motif puisqu’il mesure 110 millimètres de largeur par 110 millimètres de hauteur. Il s'agit d'une sorte de cariatide soutenant un plateau où repose un panier de fleurs, le bas du corps s'évanouissant dans de multiples feuillages remontant de chaque côté du corps.


Dimensions réelles : 110 x 110 mm


Je trouve ce cul-de-lampe particulièrement joli et impressionnant, pas vous ?

Il se trouve au verso du feuillet paginé 215 du troisième tome de l'Histoire des révolutions d'Angleterre depuis le commencement de la monarchie, par le Père d'Orléans de la Compagnie de Jésus. Ouvrage publié à Paris chez Claude Barbin, au Palais, sur le Perron de la Sainte Chapelle, en 1694 (achevé d'imprimer le 14 août 1694 sur les presses d'Antoine Lambin). C'est donc du matériel typographique appartenant à ce même Antoine Lambin qui orne ces trois volumes (son nom est mentionné uniquement pour les tomes I et III mais il n'y a pas de raison pour que le tome II sorte d'autres presses, le caractère et les ornements étant en tous points identiques).

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Un atlante plutôt qu'une cariatide ;)?

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...