jeudi 9 juillet 2009

Des chiffres et des lettres...


Qui pourra expliquer à ma fille qui ne sait pas encore très bien compter, qui sait son alphabet grâce à Chantal Goya et qui se trompe encore de pied en mettant ses chausssures... ?

Qu'en bibliophilie les histoires de chiffres sont en fait des histoires de lettres... ?
Qu'il n'y a rien de mathématique dans tout ceci... !

Avis aux curieux de ce soir, voici un chiffre composé de deux lettres (je vous le disais bien que ce ne serait pas simple...), E et B ou plutôt B et E... cela dépend de quel point de vue on se place...

Ce chiffre BE ou EB est un fer doré qui sert de décor central en ornement des caissons des dos de deux beaux volumes in-4 reliés plein maroquin rouge par BELZ-NIEDREE au milieu du XIXe siècle.

Aucune autre mention d'appartenance dans les volumes ne permet de retrouver la trace de ce chiffre bien mystérieux...

Qui saura percer le mystère du chiffre de deux lettres ??

Voici en image.


Bonne soirée,
Bertrand

22 commentaires:

Vincent P. a dit…

C'est étrange: je viens de recevoir ce matin un in-8, maroquin rouge signé de Hardy-Menil, avec le même chiffre...

Le mien à également l'ex-libris du grand bibliophile américan Robert Hoe.

Donc moi aussi je demande de l'aide!

Amicalement,
Vincent P.

Bertrand a dit…

Le mystère s'épaissit donc.

En tous les cas, ce bibliophile avait du goût et il est fort probable que son nom soit fort connu...

Reste à le découvrir.
Ce billet se transforme donc en SOS.

B.

Vincent P. a dit…

Peut-être que si quelqu'un avait le catalogue de la vente Hoe le chiffre y serait expliqué??

Vincent P.

Martin a dit…

Je veux bien regarder, mais il me faut l'auteur et le titre.

Martin a dit…

Autre possibilité:

http://sbdsproto.nla.gov.au/sbdp-ui/work/383186?c=book&q=library+robert+hoe&l-availability=y

Martin a dit…

Désolé, non, rien. "backs ornamented with the monogram E. B.", c'est tout

Bertrand a dit…

Diable d'homme !

Nous échappera-t-il ce E. B. ??

B.

Bertrand a dit…

Martin a déniché la fiche suivante dans le ventre du web...

Vente du Vendredi 26 octobre 2001
Livres Anciens et Modernes

Piasa - Paris

Lot 190 : GONCOURT (Edmond et Jules de). La Patrie en danger.

Drame en cinq actes et en prose. Paris, E. Dentu, s.d. (1873). In-8, demi-maroquin lavallière avec coins, double filet doré, dos orné de fleurons et d'un chiffre E. B. répété, tête doré, non rogné (Belz-Niédrée).

EDITION ORIGINALE.
Un des 100 exemplaires sur papier vélin de format in-8.
Exemplaire d'Asselineau (1875, n° 219) portant un envoi autographe d'Edmond de Goncourt sur le faux-titre.
Pâles rousseurs.
Bel exemplaire cité par Vicaire (III, p. 1055), provenant de la bibliothèque Sickles (IV, 1990, n° 1153).


1 500 F
229 E

Malheureusement... on n'est guère plus avancé. Mais merci Martin... on chauffe !!!

B.

Bertrand a dit…

Martin, encore lui ! Grand trifouilleur du net et de ses arcanes bibliophiles...

vient de nous trouver ceci... on approche la vérité à grands pas... On brûle même...

On attend des confirmations "certaines", des preuves, du dur ! du solide !

Voici ce que Martin a trouvé sur le site du CCfr (Catalogue Collectif des Bibliothèques de France). 2 notices intéressantes :

- Catalogue des livres anciens et modernes provenant de la Bibliothèque de Mr E. B., en vente aux prix marqués à la librairie Victor Pineau, à Beauvais. Beauvais : Pineau , 1868. in-8. (un exemplaire à la BNF site Tolbiac).

- Catalogue des livres rares et précieux de la bibliothèque de M. E. B***[Baudelocque] : dont la vente se fera le 10 avril 1850 et les jours suivants. A Paris : chez Potier libraire , 1850 16, iv, 376 p 22 cm (Paris, BIUM).

Je sens que ce M. Baudelocque va passer un sale quart d'heure sur le net... Nous allons le traquer... à mort !

B.

Martin a dit…

D'après les dates, ni l'un ni l'autre. Dommage.

Martin a dit…

Edouard Bocher?
Pas en forme, aujourd'hui...

Bertrand a dit…

Décidément Martin est trop fort.

Je crois qu'il a mis le doigt dessus comme on dit...

Voici ce qu'il a repéré sur le net :

AUBIN - Histoire des Diables de Loudun, ou de la possession des Religieuses Ursulines, et de la condamnation & du suplice d'Urbain Grandier, Curé de la même Ville. Cruels effets de la vengeance de Richelieu.

A Amsterdam aus dépens de la Compagnie 1752 In-12 de (4)-378-(2) pp., maroquin rouge, dos à nerfs orné du chiffr EB, triple filet doré sur les plats, tranches dorées sur marbrure (Hardy-Mennil). Edition la plus complète de ce récit de la surprenante histoire d'Urbain Grandier, ecclesiastique mondain et libertin, accusé d'envoûtement par les Ursulines de Loudun atteintes d'une hystérie passionnelle à son égard, condamné à être brûlé comme sorcier en 1634. Une figure gravée (plus courte de marges) : Juges des Diables de Loudun. Bel exemplaire provenant des bibliothèques Robert Hoe et Edouard Bocher, beau-frère de Valentine Delessert, l'égérie de Mérimée.

* EUR 1,200.00
* libraire: B*** Livres Anciens (FRANCE)

Vincent ? Qu'en pensez-vous ?

Merci à Martin pour toutes ces investigations.

B.

Bertrand a dit…

Edouard Bocher ???

Mais qui était-il ???

Et on repart à la chasse...

B.

Bertrand a dit…

Extrait pour les curieux de l'introduction au Catalogue de la librairie Auguste Fontaine () :

"A la suite de ces deux chefs éminents, je crois devoir nommer, comme ordonnateur général de l'armée des bibliophiles, M. le baron Jérôme Pichon, président de la Société des bibliophiles français et bibliophile émérite depuis quarante ans, qui, se trouvant un jour trop encombré de livres, s'est décidé, non sans regret, à faire vendre le tiers de sa bibliothèque, et cette vente célèbre, qui a produit 500,000 francs, produirait un tiers en sus, si elle avait lieu à l'heure même où je proclame la hausse générale du prix des beaux livres.

Dans une armée, si peu nombreuse qu'elle soit, on ne saurait se passer de quatre généraux de division. Les bibliophiles pourraient en fournir davantage. Ces généraux de division seront, si nous en appelons aux suffrages des connaisseurs, M. Dutuit, le premier bibliophile de Rouen, le doyen des bibliophiles français ; M. le comte de Lignerolles, dont la collection renferme un si grand nombre de pièces historiques des quinzième , seizième et dix-septième siècles, et un si grand nombre de reliures anciennes ; M. le baron de Laroche-Lacarelle, qui a formé un musée de reliures plus complet et aussi bien choisi que celui de Motteley, détruit dans l'incendie de la Bibliothèque du Louvre, et enfin, M. Edouard Bocher, dont la bibliothèque, non moins riche que celle de M. le baron 'de Lignerolles, est trois fois plus nombreuse. M. Edouard Bocher peut revendiquer l'honneur d'être le premier aide de camp bibliophile de Mgr le duc d'Aumale."

Je crois nous avons localisé le "bonhomme" !

Un Haut bibliophile !

Vincent, Martin est notre serviteur !

B.

Bertrand a dit…

Catalogue Fontaine pour l'année 1877.

Les dates collent avec une reliure signée BELZ-NIEDREE exécutée quelques années plus tôt.

B.

Bertrand a dit…

Plus de détails sur ce Bocher et son fils (qui est désigné comme bibliophile), il se prénomme Emmanuel. Les initiales correspondent donc également :

"Aline de Laborde, mariée à M. Edouard Bocher, sénateur du Calvados, ancien administrateur des biens de la famille d'Orléans, décédé le 24 janvier 1885, à l'âge de 74 ans. De ce mariage est issu M. Emmanuel Bocher, bibliophile et archéologue, chevalier de la Légion d'honneur, ancien capitaine d'état-major, aide-do camp du général comte Pajol, son beau-père. Il a pris part aux batailles sous Metz. Revenu de sa captivité après avoir été fait prisonnier de guerre, il reprit son service comme capitaine d'état-major ; mais en 1875 il donna sa démission pour se livrer à des études spéciales. Il est propriétaire de la Casa Caradoc, située à Saint-Etienne de Bayonne, où il réside une partie de l'année."

Extrait "Société des sciences, lettres & arts de Bayonne
Par Société des sciences, lettres & arts de Bayonne" p. 230.

B.

Bertrand a dit…

Une belle notice wikipedia est consacrée à cet Edouard Bocher qui pourrait bien être notre homme :

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89douard_Bocher

B.

Bertrand a dit…

"Grand bibliophile, il réunit une remarquable collection de livres rares."

nous dit wikipedia à propos d'Edouard Bocher.

A suivre.

B.

Bertrand a dit…

Le Bibliomane moderne citait M. Bocher sans savoir il y a quelques temps à propos d'une vente de livres en 1881.

Vous pouvez relire cet article ici :

http://le-bibliomane.blogspot.com/2009/03/les-dessous-dune-vente-de-livres-1881.html

(copiez collez l'adresse ci-dessus dans votre navigateur).

B.

Anonyme a dit…

C'est Edouard Bocher qui fut chargé par Aumale de contacter les héritiers pour l'achat en bloc de la collection Armand Cigongne, encore lui qui contacta Michel Lévy pour l'édition de "l'histoire des princes de Condé", et acheta pour le duc beaucoup d'oeuvres d'art et fut administrateur de ses biens.
Lauverjat

Vincent P. a dit…

Merci à tous pour votre immense savoir et vos recherches si rapides et si efficaces.

Cordialement,
Vincent P.

Bertrand a dit…

On peut surtout remercier Martin, qui sur ce coup là, comme sur les autres d'ailleurs, à fait preuve d'un flair bibliophilique sans faille.

Merci Martin !

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...