lundi 30 mai 2011

Suite du feuilleton « Où est passé le manuscrit du De Doemonialitate du R. P. Sinistrari d’Ameno ? »


Pour faire suite à la belle enquête bibliophilique de Denis sur ce blog, http://le-bibliomane.blogspot.com/2009/09/isidore-debout-ou-lenigme-de-de-la.html (ci-dessous une photo de la 1ère édition)


Signalons tout d’abord qu’il y a une photo du catalogue de la vente Seymour Kirkup (et de son n° 145) dans le livre de Paul Adamy ce qui confirme tout à fait Denis.

Par contre, il y a bien eu une vente Liseux qui a eu lieu peu de temps après celle d’Octave Uzanne (Où ai-je lu ça, sans doute dans Uzanne ou dans Adamy ? Il faudra que je retrouve la référence)

Toujours est-il qu’à la mort de Liseux en 1894, ses papiers furent rachetés par l’éditeur belge van Crombrugghe. [Cf. : http://www.textesrares.com/liseux/liseu.htm]

Qui était ce van Crombrugghe ?

« Van Gombrugghe éditait en Hollande, à partir de 1888, un catalogue de curiosa. » nous dit Jacques Duprilot dans Gay et Doucé, éditeurs sous le manteau (1877-1882) Paris, éditions Astarté, 1998, p. 45. Olivier Bessard-Banquy précise et corrige ce nom : François van Crombrugghe [Intervention au 11e Colloque des Invalides « Curieux curiosa », le 9 novembre 2007. Actes parus aux éditions du Lérot, 2009]


Cependant ce n’est pas lui qui hérita du manuscrit selon l’article « Isidore Liseux : éditeur et érudit » in Le Bibliophile. Revue artistique et documentaire du livre ancien et moderne, numéro V, troisième année. Paris, Papyrus, 1933. Il est dû à un certain Robert Delle Donne qui pille largement Apollinaire après l’avoir seulement mentionné (on a les élèves qu’on mérite) et qui brode quelque peu sur le libraire Lehec chez qui il a pu, dit-il, « admirer le manuscrit du De Doemonialitate (…) de la main du R. P. Sinistrari. » [Je dois la communication de cet article à M. Thomas Telkamp, bibliophile néerlandais qui met les Liseux en ligne] http://library.telkamp.eu/liseux/

Nous ne sommes guère plus avancés puisque nous ne savons pas en quelle année Delle Donne a compulsé le manuscrit, ni si Lehec l’a vendu, ni s’il y a eu une vente Lehec…

Amis « Sherlock Holmes bibliophiles », à vous de jouer.

Bonne journée,
Dominique Paillard

13 commentaires:

calamar a dit…

rendons à Paule ce qui est à César...

Dominique Paillard a dit…

Finalement la mention d’une vente Liseux n’est ni dans Uzanne, ni dans Adamy, mais dans le texte d’Olivier Bessard-Banquy (déjà cité) qui a fouillé les Archives départementales de Paris. D’où il ressort d’une part, que « l’actif de (la) succession (de Liseux) s’élève à 9 790 FF mais la masse des créanciers présente un total passif de plus de 31 000 FF. Les héritiers de Liseux qui se nomment Stanislas Hacquin, Théophile, Abel, Suzanne et Marcel Gaucher, des cousins, ne peuvent se réjouir de cette succession. »
Et d’autre part, qu’« une vente de ses biens a lieu sous la coupe d’un certain M. de Cagny, commissaire priseur, le 3 avril 1894, mais le produit de la vente ne dépasse pas la somme de 413 FF. » Ainsi, à l’évidence, ni la riche bibliothèque, ni les papiers de Liseux n’en faisaient partie, pas plus que François van Crombrugghe, ni Auguste Lehec ne font partie des adjudicataires

Denis a dit…

Je dois enfoncer des portes ouvertes mais bon... Je cite la presentation de la librairie Clavreuil: "la Librairie Historique Jean Clavreuil a été fondée en 1878. Après Gustave Lehec, Alphonse Margraff, c'est Raymond Clavreuil (fils du libraire Charles Clavreuil présent depuis le milieu des années 1930) qui a présidé aux destinées de cette maison jusqu'en 1978. Son fils Jean, présent à ses côtés pendant plus de vingt ans, lui a succédé. Depuis sa disparition prématurée en 1995, c'est dépourvue de libraire que la librairie a continué sur sa lancée jusqu'à la reprise par Fabrice TEISSÈDRE en septembre 2004." Le manuscrit y dort peut-etre toujours...

Dominique Paillard a dit…

Je ne sais pas si c'est une porte ouverte, Denis, mais j'ai écrit à M. Teissèdre pour lui demander s'il avait le manuscrit sur les tablettes de sa librairie, on verra bien...
Bonsoir
Dominique

Dominique Paillard a dit…

Voici l'échange:

Bonjour M. Teissèdre,
> Robert Delle Donne dans un n° du Bibliophile de 1933 prétend avoir
> feuilleté le manuscrit du De Daemonialitate du R. P. Sinistrari
> dans la librairie de Gustave Lehec, votre lointain prédécesseur. Ce
> manuscrit, traduit et publié par Isidore Liseux en 1875, 1876 et
> 1882 ferait-il toujours partie du fonds Lehec sur les tablettes de
> la Librairie Clavreuil-Teissèdre ? Merci de votre réponse.
> Très cordialement.
> D. Paillard


Cher Monsieur,
>Il n'y a pas de fonds Lehec à la librairie, car ce libraire a cédé la
>librairie avant la guerre de 1914.
>Bien cordialement,
>Stéphanie REY
>Librairie Historique Clavreuil-F. Teissèdre

sandrine a dit…

Alors?
Nous restons sur notre faim pour cette enquéte qui a de quoi passionner.
Où est donc passé ce manuscrit?
S.

Anonyme a dit…

Bonsoir,

On peut lire dans l'historique du S.L.A.M. (dunk): "Georges Chrétien, gendre de Gustave Lehec (Libraire 37 rue St André des Arts depuis 1878) fonda sa propre librairie Faubourg St Honoré en 1911." Aurait-t-il cree sa librairie avec le fonds du beau-pere?

Bonne journee,

Denis.

Anonyme a dit…

Complement d'information: A. Margraff (1876-1951) succéda à Gustave Lehec en 1910.

Anonyme a dit…

Au suivant...

Selon Jules Lequier (Abel et Abel, p. 238), il y a eu 26 catalogues de la librairie Lehec, le dernier ayant paru en 1913...le fonds a ete cede a Alphonse Margraff...

Denis.

Dominique P. a dit…

Porte ouverte pour porte ouverte, j'ai aussi écrit à M. Izarn qui préside aux destinées de la maison Chrétien, il aura peut-être des infos sur ce merle blanc.
Merci Denis, merci à tous.
Dominique

Newcrab a dit…

Bonjour,
Passionnant sujet !
Petite question : si le manuscrit est bien du Père Sinistrari d'Ameno (au passage anagramme de Daemon, en latin^^), pourquoi cette oeuvre ne figure-t-elle pas dans son Opera Omnia ?
La présence de son livre De Delictis et Poenis dans le Index Librorum Prohibitum l'aurait-il poussé à l'auto-censure ? Bien que Liseux en affirme +ou- le contraire...

Dominique P. a dit…

Bonsoir Newcrab,
Je n'en sais pas plus qu'Isidore sur le pourquoi du comment... En revanche, le père Sinistrari n'est ni le premier ni le dernier à avoir laissé des textes en dehors de leurs oeuvres complètes. J'ai d'ailleurs sous les yeux une petite plaquette éditée par A. Poulet-Malassis qui s'intitule : Poésies de Théophile Gautier qui ne figureront pas dans ses oeuvres complètes... sans doute pas pour les mêmes raisons. Quant à Ameno, cest effectivement un anagramme^^, mais c'est aussi une charmante petite ville au bord du lac Majeur, au pied du mont rose.
Cordialement
Dominique P.

David F. Allen a dit…

Bonjour,
J'arrive tard dans la discussions ....
Mais les éditions Ombres (Toulouse) ont publié
une édition de Sinistrari il y a quelques années
avec des corrections .... Ce qui nous laisse supposé
qu'ils ont consulté le Ms ou une copie du Ms.
Cordialement à vous,
David Frank Allen

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...