mercredi 1 juin 2011

Un très joli dessin à la pierre noire signé Devéria. Achille ou Eugène ? A vous de dire...


Dessin original à la pierre noire signé Devéria.
Vers 1830.

Dimensions : 28 x 19,5 cm


A l'heure où il serait de bon ton de se faire anachorète ou eunuque du grand sérail, je vais me faire l'avocat du diable et vous montrer que la femme et le bibliophile font bon ménage, surtout lorsque le bibliophile est volontaire et que la femme est insoumise, ou le contraire.

Il y a de cela quelques années, j'ai fais l'acquisition de cette jolie pierre noire dans une galerie parisienne. En clair, j'ai craqué pour cette pose naturelle et lascive, ce "lever de la belle dame" était si charmant que je n'ai pu y résister très longtemps. Ce dessin est signé Devéria. Il mesure 28 x 19,5 cm. Il a été fait sur un papier teinté, il est monté sur carton.

Alors, Achille ou Eugène ? En effet, la galerie a qui je l'ai acheté n'a pas su me dire si ce dessin était l’œuvre d'Achille Devéria (1800-1857) ou bien l’œuvre de son frère Eugène Devéria (1808-1865). La galerie indiquait que dans le cas précis de ce dessin, la signature prête à confusion et qu'il peut aussi bien être de la main de l'un ou de l'autre des deux frères Devéria. Alors ? Que penser ?

Je vous livre la description que la galerie avait fait pour ce dessin : "beaux drapés des linges autour des hanches, belle impression de mouvement, entre la manière dont le pied avant se pose et le léger déhanchement." Moi j'ajouterais que la position des bras relevés avec les mains posées sur la tête n'est pas sans charme ... le visage est fin et la coiffure charmante.

Voilà, encore une fois il se peut que nous nous éloignions ici de la bibliophilie pure, encore que, les frères Devéria ayant beaucoup produit pour l'histoire du livre illustré et l'art de l'estampe dans la première moitié du XIXe siècle, je vous montrerai demain quelques autres jolies productions des Devéria.

PS : ce dessin n'est pas encore encadré, mais il le sera bientôt. Il aura tout naturellement sa place ... dans ma salle de bains ... face à la douche (sourire). Charmant non ? Et beaucoup moins dangereux au final...

Bonne nuit,
Bertrand Bibliomane moderne

7 commentaires:

Textor a dit…

C'est là que j'ai vécu dans les voluptés calmes,
Au milieu de l'azur, des vagues, des splendeurs
Et des esclaves nus, tout imprégnés d'odeurs,
Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes

Bertrand a dit…

Charles Baudelaire, La vie antérieure. Textor, vous avez des Lettres comme disait mon oncle ! (sourire)

Belle nuit,
B.

Pierre a dit…

Pas une bonne idée, la salle de bain... Les femmes lascives préfèrent l'intimité des boudoirs.

Bon ! Cela ne me dit pas si c'est Achille ou Eugène. Le problème se pose pour l'amateur. Un signe distinctif ? Pierre

Anonyme a dit…

Charmante, charmante, charmante comme une grande soeur avec de frêles doigts aux ongles argentins...

Textor a dit…

Bertrand,
Je ne vous ai pas vu à Rossini aujourd’hui. Alice était pourtant sur son perchoir. Et, je peux me tromper, mais il m‘a semblé qu’elle vous cherchait des yeux dans la salle. Elle s’était spécialement maquillée.
A part cela il n’y avait pas de bonnes affaires à réaliser ( j’entends, coté livres …)
Textor

Eric a dit…

Rien n'est perdu Textor, vous pouvez encore tenter votre chance à Saint Sulpice.
Éric

Textor a dit…

Hé non, malheureusement, je suis loin de St Sulpice ... J'ai eu juste droit de voir les stands se monter Mardi après-midi. Entre parenthèse, un gros boulot que d'amener ces vitrines si fragiles sur des diables...

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...