dimanche 19 juin 2011

Une reliure estampée à froid du XVIe siècle sur laquelle tout reste à découvrir ou preque ...

Plat inférieur

Voici un billet tout en images pour vous remuer les méninges. De mon côté je me trouve dans une situation qui ne me laisse guère de temps à consacrer à la rédaction de longs billets pour le Bibliomane moderne (cela reviendra d'ici quelques jours je l'espère en tous cas).

fer angulaire type "Alde"


Roulette


fleur de lis et hermine

Détail de la roulette

Dauphin couronné et fleur de lis



Une jolie reliure en veau brun estampée à froid. Il s'agit d'une reliure décorée de roulettes et de fers poussés à froid. Les fers utilisés dans les roulettes d'encadrement (voir photos), fleurs de lis, dauphins couronnés et hermines, ne laissent pas indifférent au premier coup d'oeil. Une particularité s'y ajoute enfin, et non des moindres, sur chacun des plats, on trouve, en haut et en bas des plats, un fer spécial poussé à froid en forme de hérisson jouant de la cornemuse (en tous les cas c'est ainsi que je l'interprète). Personnellement je n'ai jamais rencontré ce fer spécial avant. Je n'ai pas encore réussi à trouver une référence intéressante et fiable.

fer spécial et bien curieux
"hérisson jouant de la cornemuse"



Au centre des plats, jeu de fers "type Alde" justaposés


Une documentation de premier choix aurait pourtant pu me mettre sur la piste de telle ou telle provenance, atelier, etc ; je veux dire le Catalogue des reliures françaises estampées à froid (XVe et XVIe siècle) de la Bibliothèque Mazarine, tome I et II, Editions du CNRS, 1984. Ces deux volumes renferment des centaines de frottis de reliures estampées à froid conservées à la Mazarine et dans quelques autres bibliothèques. On doit ce monument à Denise Gid. Cette documentation, indispensable si l'on s'intéresse de près à ce type de reliures (n'est-ce pas Textor), est devenu assez difficile à trouver (on en trouve cependant quelques exemplaires sur Vialibri). Il se trouve que notre reliure ne se retrouve dans aucune des reproductions de roulettes ni de fers fait par Denise Gid.

Plat supérieur


Mystère donc ? La dater, savoir de quelle ville (atelier) elle peut bien sortir ? Si les fers spéciaux utilisés (hérisson) indiquent une provenance particulière ? Autant de questions qui restent, parmi d'autres, encore en attente de réponses.

Bonnes recherches à toutes et à tous,

Bonne soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

PS : j'oubliais de préciser que cette reliure recouvre une édition des annotations et commentaires sur quelques livres de la Bible par Denys le Chartreux, édition de Cologne, imprimée par Jean Quentel en 1548. La reliure est sur ais de bois, le dos a été refait anciennement à l'imitation.

14 commentaires:

Textor a dit…

Une très belle reliure en tous cas ! J’étais parti sur la piste d’Anne de Bretagne, à cause des hermines et des fleurs de Lys , piste renforcée par le porc-épic de Louis XII et par le tressage caractéristique. Mais, après vérification, le porc-épic de Louis XII ne jouait pas de cornemuse. Il n’y a guère que les reliures anglaises pour jouer de la cornemuse. Les attaches sont-elles à l’envers par rapport aux reliures françaises ? Si elles sont dans le bon sens, ce n’est pas une cornemuse mais un biniou kozh.
I hope it is useful
Textor

Textor a dit…

Au XVIème siècle, le sens du tact a pour attribut le Hérisson et l’Hermine, c’est-à-dire les animaux aux poils les plus durs et les plus doux. (Marino Ferro – 1996)

Anonyme a dit…

Hans le Herisson, qui joue de la cornemuse et se marie a la fille d'un roi: un vieux conte populaire allemand rapporte par les freres Grimm....

Bonne journee,

Denis.

Anonyme a dit…

C'est du plus bel effet.
Les fleurons Alde me chagrinent.
Bien à vous.
Sandrine.

Textor a dit…

Et pourquoi vous chagrinent-ils, Sandrine? Auraient-ils été ajoutés postérieurement?

T

Anonyme a dit…

C'est une question que je me suis posée. Les fers Alde de chez M. Alivon, presentent ces petites boules aux extrémités que ne présentaient pas certains fers Aldes originaux. Du moins l'ai-je appris, sans le vérifier complétement. C'est la raison qui me fait être prudente dans cette assertion. de plus j'ai du mal à repérer, d'aprés photo, et surement parce que je n'ai pas manipulé assez de livres du XVIème, les détails qui appuient ou invalident une hypothése
Bien à vous.
Sandrine.

Textor a dit…

Je cherche toujours des fers aux hérissons musiciens, sans résultat probant pour l'instant.
T

Bertrand a dit…

Je me désespérais depuis plusieurs jour de voir ne pas avancer ma recherche concernant cette reliure. Et je dois bien avouer que je sèche en grande partie.
Pourtant, ce soir, à la faveur de la canicule qui n'aide pas à dormir tôt... me voici peut-être sur une piste concernant notre animal jouant de la cornemuse.

Je dis peut-être, car il ne s'agit que d'une piste à explorer, mais une piste non négligeable.

J'ai trouvé une référence à un conte de Grimm intitulé : Hans-mon-hérisson. Or dans cette histoire le hérisson joue très joliment de la cornemuse. Evidemment le conte des frères Grimm (du XVIIIe s.) est posérieur à la reliure et à son décor. Mais...

... les frères Grimm n'ont fait qu'adapter d'anciens contes allemands ...

... notre reliure pourrait bien être allemande auquel cas le hérisson jouant de la cornemuse prendrait toute sa signification.

Reste à retrouver :

- l'origine de ce conte allemand Hans-mon-hérisson

- la signification de ce fer sur cette reliure qui reste totalement énigmatique.

Si vous avez des pistes...
Je continue à fouiller.

B.

Textor a dit…

Mes recherches m'avaient conduit aussi à Hans le Hérisson, mais Denis avait été le premier à poster son commentaire.
La genèse des contes de Grimm, voilà un sujet passionnant. Un érudit a surement du se pencher sur cette épineuse question. (C'est le cas de le dire !)

Textor

Bertrand a dit…

autant pour moi Denis, j'avais zappé votre commentaire.

B.

Daniel a dit…

Je vois que vous séchez autant que moi, cela me rassure ! :) J'avais eu un doute sur les hérissons et me demandais si ils n'étaient pas postérieurs, le noir n'ayant pas le même rendu que sur les autres fers à froid... Pour avoir eu le livre en main, pensez à me passer un mail si vous résolvez l'énigme...

Daniel B.

bertrand.bibliomane@gmail.com a dit…

Bonsoir Daniel, pas simple en effet...

Personnellement je pense que les fers Alde et les hérissons ont été poussés en même temps. Peut-être en même temps que les roulettes ou quelques années après.

Ce qui m'intrigue le plus dans cette reliure c'est la possibilité d'un remboitage car je pense la reliure plus anciennne que le texte (1548), au nez j'aurais plutôt donné cette reliure dans les années 1520-1530 ? mais je peux me tromper, ce n'est qu'un ressenti comparé à d'autres reliures du même type que j'ai eu en mains.

B.

Anonyme a dit…

Les vieux articles remontent à la surface ! Il est vrai que le rendu des fleurons et des "hérissons" est différent de celui des roulettes. D'ailleurs, sont ils poussés à froid ou argentés ou encore avec un or à bas titre qui se serait oxydé ? Pour ce qui est de la roulette aux emblèmes royaux, il est vrai quon la croise plutôt sur des ouvrages des années 1520. Vous en trouverez une illustration proche dans la 3e vente Berès, lot233.

Philippem

JL Matte a dit…

Bonjour

Les cornemuses sont un décor courant à cette époque, mais, effectivement pas sur les reliures : je n'en connais qu'une autre mais dans un style différent :
AVIGNON (Vaucluse) : Bibliothèque municipale, missel "Liber de Gratia Dei" de Francon, abbé d'Afflighem

Bien que la plupart des français l'ignore actuellement et cantonnent l'instrument à l'Ecosse et la Bretagne, la cornemuse a été un instrument très courant dans toute l'Europe jusqu'à une époque relativement récente et très souvent présente dans l'iconographie. Vous pouvez-vous en faire une idée sur mon site :
http://jeanluc.matte.free.fr
Ce motif de porc-épic me dit quelque chose mais je ne le remets pas pour l'instant...
La représentation est un peu fantaisiste puisqu'elle dote le bourdon de trous de jeu, parfaitement inutiles puisque le musicien n'a pas du tout les mains placée sur ce tuyau (celui qui monte au dessus de l'épaule). Mais c'est une erreur qui figure sur d'autres représentations.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...