vendredi 27 mai 2011

Lettre ouverte au Bibliophile Rhemus ou quatre rémois pour le prix d'un ! Cazin, Brissart-Binet, Choppin et le comte de Chevigné.



Tout est dans le titre ! Ce billet est spécialement dédicacé au Bibliophile Rhemus et à sa patrie : Reims. L'acquisition récente d'une lettre autographe permet ce tour de magie de réunir quatre rémois sur une même feuille. Quatre je m'avance peut-être, au moins trois ! Le comte de Chevigné, le célèbre auteur des Contes rémois, le libraire-bibliographe rémois Brissart-Binet, bien connu des cazinophiles, et Cazin, juste évoqué, mais finalement au centre de cette courte lettre dont voici le texte :

[Lettre adressée par le comte de Chevigné au libraire Brissart-Binet, de Reims, datée du 20 avril 1861].

Monsieur Brissart, j'ai vu M. Choppin et je lui ai parlé de ses Cazin. Qu'il me donne la note des Cazin qui lui manquent je verrai si je les ai, m'a-t-il répondu. Merci, pour votre lettre. J'irai ce matin chez Plon lui demander la critique f. du 15 avril. Merci pour l'article. [Signé] Comte de Chevigné. 20 avril 1861.

Voyez ci-dessous la photographie de cette lettre.



Peu de mots donc, mais beaucoup de choses à comprendre, de sous-entendus, qui, je n'en doute pas, ne manqueront pas d'éveiller l'intérêt de notre ami le Bibliophile Rhemus. Nous comptons donc tous sur lui pour nous faire un résumé "in extenso" de cette affaire de Cazin.

Par ailleurs je rappelle que la souscription pour le Cazin du Bibliophile Rhemus est prolongée jusqu'en septembre (il faut 300 souscripteurs et à ce jour il n'y en a guère plus de 120... le compte n'y est pas - le bulletin de souscription se trouve ICI). Ce serait bien le diable de penser qu'un tel ouvrage n'intéresse même pas l'ensemble des membres du SLAM qui compte, je ne crois pas me tromper, bien près de 300 membres... enfin... on verra bien... (*)


(*) NDLR : A défaut chacun pourra se procurer le classement des 100 plus grandes fortunes du monde "civilisé" du magazine Forbes (Information for the World's Business Leaders) pour quelques euros seulement. Son utilité en matière de librairie ancienne de prestige n'est plus à démontrer.

Belle soirée,
Bertrand Bibliomane moderne

11 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

L'édition présentée est la 12e , publiée en 1877 par la Librairie des bibliophiles, rue Saint-Honoré,et imprimée par Jouaust, dont la marque est au titre, dans le format in-16, de xxxvi-224 pages, titre imprimé en rouge et noir, lettres ornées, en-têtes et culs-de-lampe.Tirage à petit nombre sur Hollande, plus 25 exemplaires sur Chine et 25 ex sur Whatman avec épreuve des gravures avant la lettre.Portrait frontispice de l'auteur, d'après Léopold Flameng, et 6 hors-texte d'après Jules Worms, gravés par Paul Rajon. Cette édition contient 50 contes, sans les contes "réservés". Elle est précédée de "La Muse champenoise" de Louis Lacour, et est suivie d'une bibliographie. Il existe un tirage en grand papier : 20 sur Chine et 20 sur Whatman qui contiennent les gravures en double épreuve, avant et avec la lettre, et 170 sur Hollande.

C'est en tant que colonel de la garde nationale de Reims, que le comte de Chevigné (Chavagnes-en-Paillers, 1793-Reims, 1876) a connu Jean-Pierre CHOPPIN (Germont,1791-Mézières,1872),ancien chef de division à la préfecture des Ardennes,ancien capitaine des grenadiers de la Garde nationale de Mézières, chevalier de la Légion d’honneur.
(à suivre)

Bertrand a dit…

Merci pour ces premiers éléments. On attend la suite et l'histoire du contexte de cette lettre... avec moult impatience non dissimulée... (sourire)

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

En avril 1861, le libraire rémois Charles Brissart-Binet était encore en pleine recherche et rédaction de son ouvrage qui ne passera chez l'imprimeur, à Châlons, que pendant l'été 1862. L'ouvrage intitulé "Cazin, sa vie et ses éditions" paraîtra en 1863.
On constate combien ces recherches étaient artisanales et aléatoires...Pratiquement rien n'était alors répertorié dans les bibliothèques publiques...

N'étant pas spécialiste de la vie du comte de Chevigné, je ne vois pas bien pourquoi il va questionner Plon sur une critique concernant probablement l'édition de ses contes publiée en 1861 chez Lévy ...

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ma patrie n'est pas Reims, mais Lorient : je suis, comme le comte,Breton d'origine et Rémois d'adoption... mais je n'ai ni son talent, ni sa fortune ...

Bertrand a dit…

Merci pour ce contexte que j'imaginais bien que tu connaissais par coeur ! (sourire),

Amusant tout de même cette effervescence Cazin dans les années 1860... alors qu'aujourd'hui cela ne fait plus bouger une oreille à personne ! ... Les temps changent. Jean de Bonnot a peut-être finalement un avenir.

B.

Bertrand a dit…

On fait ce qu'on peut Jean-Paul ! On fait ce qu'on peut ! Moi non plus je ne ne suis pas rémois, et encore moins de Lorient ! Bourguignon depuis Louis XI au moins... pauvre hère morvandiau d'un côté... pauvre hère des environs de la Grande Chartreuse de l'autre... on fait ce qu'on peut Jean-Paul ! (sourire)

B.

calamar a dit…

un scoop ? Bertrand prépare un ouvrage sur Jean de Bonnot ? les souscriptions sont-elles ouvertes ?

Textor a dit…

Bon, moi j'aimerais bien que cet ouvrage sur Cazin sorte rapidement ! N'ayant jamais mis les pied à Reims, je ne connaissais pas cet éditeur, avant de lire vos chroniques enflammées sur le sujet. Du coup maintenant, l'addiction me gagne...
Textor

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Textor,
puisque vous aimez les images pieuses, c'est le moment de venir à Reims pour le 8e centenaire de la cathédrale ! Je vous montrerai la librairie de Cazin, transformée depuis en salon de coiffure, je vous ferai voir les manuscrits carolingiens et les incunables de la BM, la rare bibliothèque baroque des Jésuites, l'exceptionnelle collection de reliquaires de la basilique Ste Clotilde, le baptistère de Clovis, l'endroit où un révolutionnaire a brisé la Sainte Ampoule du Sacre des rois de France, l'unique arc de triomphe romain dit "Porte Mars", etc. ... et il y a le champagne, évidemment !

Textor a dit…

Voilà une bonne idée, que j'inscris immédiatement sur ma to do list !! Merci pour cette invitation, Jean Paul, je n'avais jamais imaginé qu'il y avait tant de chose à voir à Reims !

Textor

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Je rentre de 20 minutes de polychromies projetées sur la façade de la cathédrale :fa bu leux ! Transporté au XIII e s. avec une statuaire peinte.Indéscriptible.Il faut venir au moins une fois à Reims pour voir ça !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...