vendredi 25 février 2011

Quiz pour bibliophiles : selon vous quel relieur a signé cette jolie reliure ?



Exemplaire Charles Hayoit
Collection B. H.-R.


Petit quiz entre ami(e)s ce soir. Selon vous quel relieur a signé cette jolie petite reliure ?

Quelques éléments d'information. Petit format 111 x 80 mm. Sur "Chansons nouvelles et dernières de P.J. de Béranger dédiées à Lucien Bonaparte." Publié à Paris, chez Perrotin, rue des Filles-S-Thomas, 1, place de la Bourse, même maison, rue des Beaux-Arts, n°9. 1833. Imprimerie de H. Fournier.

Ce que vous ne voyez pas : mention manuscrite à la mine de plomb au verso de la première garde : "Edition originale rarissime". Ont été reliées en tete, montées sur onglet, deux belles lettres autographes du chansonnier Béranger adressées à Perrotin (1830) pour la première et à M. Guernu (1834).



Ce que vous voyez : l'exemplaire porte l'ex libris de Charles Hayoit, bibliophile bien connu des amateurs de belles éditions du XIXe et du XXe siècle en belles reliures... (voir l'ex libris de Charles Hayoit en photographie ci-dessous).

Alors ? Qui a bien pu selon vous signer cette jolie reliure décorée aux petites fers dorés pointillés dans le genre du XVIIe siècle avec des pièces de mosaïque de maroquin rouge ?

A vos claviers !

Bonne nuit,
Bertrand Bibliomane moderne

35 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Sotheby's 30/11/2005
N° 42 : 480 €
Le catalogue ne donne pas le nom du relieur :
"reliure légèrement postérieure. Maroquin turquoise, cartouche central de maroquin rouge mosaïqué avec lyre dorée, décor en pointillé de rosasses dorées et fleurons aux angles, dos à nerfs orné, doré et mosaïqué, tranches dorées.
Dos légèrement passé."

martin a dit…

Sotheby's 29/06/2001 n° 204: estimation 1050-1500, résultat ?

martin a dit…

Reliure exécutée entre 1876 et 1881, d'après Fléty.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Comment cet exemplaire de Hayoit a-t-il pu être en vente le 29/06/2001
sans succès et remis en vente le 30/11/2005 ?
Est-ce bien le même ?
Celui présenté par Bertrand est bien celui qui a été vendu 480 € le 30/11/2005 (photo à l'appui dans le catalogue, l'expert ne donnant pas de nom de relieur)

martin a dit…

Comment, sans succès? J'ignore le résultat, tout simplement. Un malentendu?

Anonyme a dit…

Bonjour,
c'est la période des pastiches avec en ligne de tête: Trautz, qui n'exerça que jusqu'en 1879.
La date en bas est bien 1833?
C'est le début , selon M. Devaux de ce genre.
Thouvenin( courvées abbadesques... pour Nodier)
Ensuite Cuzin, qui succéda, avec Emile Mercier comme doreur.
Et enfin Lortic.
pour les plus célébres mais je trouve que ce décor est plus leger, plus fin que les exemples que j'ai sous les yeux.
Vu les dates de ce bobliophile belge, je penche pour Mercier à qui il confia des reliures... Mais étant belge, il aurait pu aussi bien faire appel à des relieurs belges... dont je ne connais pas l'histoire.
Bonne jour née
Bien à vous.
Sandrine

Anonyme a dit…

Quoique, les dates ne correspondent pas. Ce bibliophile est né en 1901...
Je m'y perds.. A qui appartenait ce livre avant lui.

Anonyme a dit…

Belz-Niédrée??
Vincent

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Martin,
je crois qu'on ne se comprend pas.
L'exemplaire présenté par Bertrand a été vendu (480€) le 30 novembre 2005 chez Sotheby's-Paris lors de la 5e vente Hayoit.
Comment pouvait-il être en vente chez Sotheby's-Paris à la première vente Hayoit le 29 juin 2001 ? Votre exemplaire ne peut pas être celui présenté par Bertrand, vendu le 30 novembre 2005.

sandrine a dit…

En cherchant des renseignements sur Simier... Je suis tombée sur ce lien, qui bien qu'eloingné de Niédrée... est une base de planches intéressantes pour visualiser l'évolution des styles originaux, pastichés par ses grands relieurs du 19 ème.
http://fr.wikisource.org/wiki/La_Reliure_ancienne_et_moderne
S.

sandrine a dit…

Je trouve dans un cours donné par M. Richard, doreur ceci: Je cite sur polycopié...["Bauzonnet, doreur extrémement habile et à qui l'on attribue à juste raison d'ailleurs les encadrements et filets droits qui constituaient un décor sobre et élégant. Couture ( nerfs, dos rond, maroquin poli à gros grain, gardes en sois moirée et papier peigne fin.
Vers 1850, s'intensifie le régne de la copie déclanché par Nodier, en particulier Trautz( gendre de Bauzonnet qui prit sa succession en 1848), .(...),
Il faut citer à coté de trautz: THIBARON-JOLY, CHAMBOLLE, PETIT et plus tard les MERCIER, successeurs de CUZIN, NOULHAC, CARAYON...
(...)
Leurs dorures, trés enfoncées, bien brillantes, sont executées sur des volumes trés lourds de cartons et très solides.
Au contraire de Lortic et surtout de Capé, reliures très fines élégantes avec reliures fines et dorure très nette superficielle.]
(...)
Voici qui peut donner des éléments de reflexion;
S.

sandrine a dit…

Je trouve aussi la date de décés des doreurs: Thouvenin mort en 1834, simier pére mort en 1837, purgold en 1834,
S.

Bertrand a dit…

Clairement cette reliure a été exécutée entre 1860 et 1880 je pense.

Donc ça élimine pas mal de noms.

Pour vous donner la réponse... cette reliure n'est étonnamment pas signée...

D'où ma question... (sourire)

B.

sandrine a dit…

C'est sur...
S.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

on la dit qu'elle n'était pas signée
l'expert de Sotheby's ne s'est pas mouillé, lui
tu vas le faire, Bertrand ?
alez Bertrand, allez Bertrand !

Bertrand a dit…

Ah non, mon intention n'était pas à tout prix d'avoir un nom... on ne saura jamais... mais que les lecteurs voient une reliure et essayent de comprendre l'époque. 1860-1880. Moi je verrais bien un relieur du style R. PETIT .. ?? Mais ce n'est que supposition.

La reluire est fine et jolie, techniquement parfaite, c'est tout ce qui compte. Cela prouve aussi que tous les "grands" relieurs ne signent pas leurs reliures... au XIXe siècle en tous les cas.

B.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Ah bon ! j'ai eu peur...

martin a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
calamar a dit…

voici la description du lot 204 :
"Béranger. Chansons morales et autres. Floury 1816. édition originale. maroquin vert, filets dorés, dos à nerfs et filets, doublure de maroquin havane, tranches dorées sur marbrure/ Reliure signée par Cuzin".
Evidemment pas le même exemplaire.

martin a dit…

même pas le même ouvrage....
Désolé, c'est la crève, je suppose.

Le Bibliophile Rhemus a dit…

j'aime mieux ça
soignez-vous bien

Lauverjat a dit…

Capé a utilisé des fers pointillés...

Lauverjat

calamar a dit…

Allô aussi...

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Qui n'a pas utilisé de fers pointillés ?

sandrine a dit…

Qui est Allô?

sandrine a dit…

Calamar, je ne connais pas ce relieur. Il est cité dans un article de Lauverjat sur le blog du bibliophile et dans un autre article, sans plus de précision. cela m'interresse de savoir qui c'est. Si vous pouviez me repondre; merci d'avance.
bien à vous
sandrine

martin a dit…

Charles Allô, "relieur parisien établi vers le milieu du XIXe siècle, rue Dauphine. Son atelier fut ensuite transféré 39 rue du Four-Saint-Germain où il mourut en 1875." C'est tout dans Fléty.
Si je ne me trompe pas trop, on trouve des reliures signés aussi par les doreurs Maillard et Wampflug. Autres?

Anonyme a dit…

merci Martin;
je n'ai pas le Fléty et vos précisions sont les bienvenues; En cherchant autre chose, comme d'hab, je suis tombée sur ce livre
"Voyage au pays des relieurs ou l'évolution du métier du relieur en France ..." Par Louise-Mirabelle Biheng-Martinon
sur google livre;
Merci en tout cas;
bien à vous
sandrine.

Lauverjat a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Lauverjat a dit…

Allô et Capé, Lortic aussi, font partie de ces relieurs orfèvres du second empire "esthéticiens" selon Devauchelle. Des reliures fines, cuir à petits grains, cartons fins et amincis , nerfs pincés, équilibre parfait, coiffes irréprochables; l'élégance!
Maillard et Wampflug ont travaillé pour Lortic.

Lauverjat

Anonyme a dit…

Ce qui rejoint les intuitions de base sur les noms pour cette reliure fine, alors.
Qui a un livre similaire, dans sa bibliothèque, à rapprocher du celui-ci pour comparer?
Ce serait chouette de trouver.
Bien à vous
Sandrine

Anonyme a dit…

Je vous livre ma reflexion du jour (reflexion dd vacances ... donc forcement legere) : pourquoi trouve-t-on tant de mauvaises reliures signees du nom de mauvais relieurs quand d'excellents relieurs artistes ont l'humilite fort desagreable de s'oublier...

B. (le Mont dOr chaud avec un petit Arbois blanc... C'est excellent ... Merci!!)

Anonyme a dit…

Si je peux me permettre de repondre, c'est inversement proportionnel à la taille de l'ego, selon l'équation bien connu.
Les honneurs de la gloire en rebutant certains, qui pensent que leur style à l'époque, est reconnaissable, en se croyant immortel et pour la postérité; tandis que les autres tentent de se faire un nom, en pensant que la postérité oubliera ceux qui n'ont pas signé au profit de leur oeuvres, signées elles...
Malin, à malin et demi. C'est sans compter sans l'oeil critique des bibliophiles, avec quelques années de recul.
Les doreurs signent quand la reliure est bien faite, les relieurs signent quand la dorure est bien faite...Chien et chat.
Suppositions on ne peut plus légéres ;-).
A votre santé.
Sandrine.

calamar a dit…

Bertrand, il faut prendre un Savagnin, c'est souverain !

Anonyme a dit…

Conseil suivi a la lettre Calamar !!

Aussi délicieux que de caresser un maroquin de Boyet...

B

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...