mardi 15 février 2011

Correspondance de bibliophile à la fin du XIXe siècle : Louis Lebeuf de Montgermont au libraire A. Durel ... ou quand le bibliophile est médecin !



Continuons à explorer les missives discrètes ou indiscrètes de nos amis bibliophiles de la fin du XIXe siècle. Voici devant vous Louis Lebeuf de Montgermont, l'un des plus célèbres bibliophiles de son temps et dont les ventes de livres de sa bibliothèque entre 1911 et 1914 restent encore aujourd'hui parmi les plus prestigieuses.

On lit dans cette lettre que M. L. de Montgermont avait du se rendre acquéreur de nombreux lots lors de la vente des livres de la bibliothèque de M. Lignerolles. Au 5 septembre 1894 il n'avait pas encore tout réglé au libraire expert A. Durel. Durel n'était pourtant pas l'expert de la vente Lignerolles. L'expert de cette vente était le libraire Charles Porquet. On supposera donc que M. L. de Montgermont avait préféré donné commission au libraire Durel, qu'il connaissait visiblement bien, pour acquérir quelques lots (ou de nombreux lots - je n'ai pas le détail des enchérisseurs de la vente Lignerolles).

Durel est malade, vraisemblablement de la goutte (les libraires mangeaient gras en ce temps... les temps changent...) ... M. Lebeuf de Montgermont fait sa petite ordonnance au libraire... Mais lisez plutôt, c'est une missive assez cocasse je trouve.



[Lettre adressée au libraire A. Durel bien que ce ne soit pas indiqué. Elle sort de ses archives privées achetées à la famille].

"5 septembre (18)94. Mon cher Monsieur, je suis désolé de ne pas me trouver à Paris, afin de pouvoir répondre immédiatement à votre appel. Mais je pense venir le 17 ; et dès le lendemain, je passerai chez vous, pour vous payer le solde de la vente Lignerolles, heureux de pouvoir vous rendre service. J'espère que ce petit retard n'aura pas d'inconvénients pour vous, et que vous pourrez vous arranger en conséquence. J'apprends avec peine que vous êtes souffrant. S'agit-il encore de la goutte ? Dans ce cas, n'oubliez pas la Lyseronine, en la prenant sagement. Vous pourriez aussi prendre de l'eau de Santenay lithium (1/2 verre, quelques minutes avant le déjeuner et avant le diner). Ce traitement doit être poursuivi pendant plusieurs mois. Le meilleur remède contre la goutte, c'est la lithine. C'est pour cela qu'on conseille l'eau de Santenay lithium, de même que l'eau de Royat (Source St. Hart). Je vous ferais, du reste, un cours de médecine ; mais, ce qui laisse à désirer, c'est l'entente des médecins, pour vous dire l'alimentation que vous devez prendre. Recevez l'assurance de mes sentiments les plus dévoués. (signé) Louis Lebeuf de Montgermont."

Ou quand le bibliophile se fait médecin... on sait maintenant comme certains praticiens obtenaient (ou obtiennent encore) d'outrageux rabais chez les libraires (sourire), n'est-ce pas Jean-Paul ?! Tu dois bien avoir une ou deux anecdotes croustillantes à nous raconter sur le sujet... tout en conservant, biensur, le secret médical si cher à hypocrite ! (euh pardon... Hypocrate je voulais dire...)

La biographie de Louis Lebeuf de Montgermont reste encore aussi à écrire... On sait que ses livres dont l'essentiel fut acheté dans les ventes dirigées par Rahir et dans sa librairie étaient parmi les plus prestigieux. Ils furent vendus en plusieurs vaccations entre 1911 et 1914. J'en possède quelques parties mais pas toutes... un vide à combler... avis aux bibliophiles catalogophobes...

Bonne journée,
Bertrand Bibliomane moderne

4 commentaires:

Le Bibliophile Rhemus a dit…

Tu ne vas pas me faire sortir un par un les 300 dossiers environ de bibliophiles que j'ai à portée de mains !

sandrine a dit…

Bien cela valait le coup d'attendre 3 ou 4 jours pour avoir autant de choses à lire ...
Bien à vous
Sandrine

Textor a dit…

La question qui se pose est de savoir comment autant de courriers aussi divers de bibliophiles qui ne vivaient pas tous à la même époque ni dans la même ville a pu se retrouver dans un seul carton déniché par Bertrand ?

Il y a un livre à écrire sur les bibliophiles du XIX eme siècle et un second tome à écrire sur les historiens de la bibliophilie du XIX ème siècle...

T

Bertrand a dit…

J'ai tout simplement eu la chance d'acheter une partie du fond d'archives commerciales du libraire A. Durel.

B.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...